Live reports Retour
mardi 3 mai 2022

Slift @ Trabendo

Trabendo - Paris

S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

La sortie d'Ummon juste avant le début des mesures sanitaires en France aurait pu le faire sombrer dans un demi-oubli dont maints albums ont souffert. Mais Ummon était tellement plein de qualités que son aura s'est propagée malgré l'impossibilité pour Slift de le défendre en live. Il a même ouvert des portes aux Toulousains : quelque temps avant la date parisienne dont il est question ici, le trio foulait les planches du prestigieux Roadburn.

Je passerai succinctement sur You Said Strange, le premier groupe à jouer. D'une part parce qu'une partie du set a été jouée avant mon arrivée et d'autre part parce que musicalement ce n'est pas tout à fait ma tasse de thé : trop "simplement" rock, les compos du groupe, même si je peux leur reconnaître de bonnes idées, ne me parlent pas outre mesure. Ceci étant dit, passons à Slift et à sa prestation exceptionnelle.

La sphère surmontant la tour de Space Is The Key brille sur l'écran géant en fond de scène et tourne lentement sur une nappe aérienne qui, progressivement, se fait plus stridente à mesure que la rotation de la sphère s'accélère. Et quand les fréquences sonores et visuelles atteignent leur pic d'intensité, les trois musiciens arrivent sur scène et entament le morceau "Ummon", donnant à la foule sa première occasion d'exprimer sa bonne humeur et son envie de remuer. Le son est excellent, donnant l'espace qu'il faut aux envolées de guitare caractérisant la musique de Slift, tout en gardant la puissance rythmique qui guide les mouvements dans la fosse. L'ambiance dans la salle est immédiatement survoltée, la petite fosse du Trabendo s'agite dans une totale bonne humeur. Et sur scène, même constat : les Toulousains ne tiennent pas en place, sourient en permanence, habitent chaque note qu'ils jouent. Sans surjouer la communication avec le public, Jean, chaque fois qu'il prend la parole, est tout en remerciements, dont l'honnêteté ne fait pas de doute.

Dès les premières notes donc, le public est conquis. Mais s'il y a une preuve de cette adhésion totale à la musique, on la trouve, plus encore que dans les passages énergiques, dans les moments de ralentissement et d'accalmie : les séquences les plus prog et planantes ("Citadel on a Satellite") donnent lieu à une sorte d'apaisement généralisé dans la salle, les yeux se ferment, les mouvements cessent et la communion prend place. Et quand la puissance reprend ses droits ("Hyperion"), c'est au quart de tour que la foule se remet en branle. Si l'essentiel du set est composé de titres d'Ummon, Slift nous fera l'honneur de jouer deux nouveaux morceaux. Extrêmement énergique, avec des rythmiques saccadées et turbulentes, cette paire de titres augure du bon et du très bon pour la suite. Le talent de composition des Toulousains semble rester intact. Les trois semblent avoir digéré à peu près toute la musique saturée des cinquante dernières années pour la restituer d'une manière personnelle et intelligente, et les deux nouveautés proposées ce soir ne le démentent pas.

La dernière cartouche du groupe pour la soirée s'intitule "Lions, Tigers and Bears". Et si vous connaissez le morceau, vous savez déjà que ces treize minutes plongent l'auditeur dans un long voyage aux multiples dimensions. Ce soir, c'est tout le Trabendo qui, aidé par les visions psychédéliques proposées sur l'écran de fond, traverse l'hyper-espace, chantant le refrain fédérateur à pleins poumons, slammant à tout-va sur ce dernier moment de bravoure. Lorsque les lumières se rallument, le rappel est à peine réclamé : Slift nous a amené aussi loin qu'il est possible d'aller et chacun savoure encore l'intensité du voyage.

C'est un Trabendo conquis et suant que laisse Slift en quittant la scène, encore une fois tout sourire dehors. J'avais raté leur précédente date au Petit Bain et cette séance de rattrapage a été un pur régal. Et comme l'annonce la présence des nouveaux titres, l'aventure n'est pas terminée et j'attends la suite avec impatience !

Setlist :
01.Ummon
02.It's coming
03.Citadel on a satellite
04.Hyperion
05.Nouveau morceau 1
06.Nouveau morceau 2
07.Altitude Lake
08.Lions, Tigers and Bears

 

Merci à Radical Production pour cette soirée !