Live reports Retour
vendredi 26 février 2016

HYPNO5E + Psykup + Random Monsters

Trabendo - Paris

S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

C'est au Trabendo que Psykup et HYPNO5E ont posé leurs valises pour la date parisienne de leur tournée commune. Les premiers viennent fêter leur vingt ans de carrière et la réédition de leur premier album, tandis que les seconds sont là pour défendre Shores Of The Abstract Line, leur troisième album. Deux groupes, deux univers, et une même passion pour la déconstruction et les compositions à tiroirs.

En guise d'apéro, nous avons droit aux parisiens de Random Monsters qui montent sur scène à 19h30 et délivrent un post-rock bien foutu. Leur son est très bon, précis mais avec ce qu'il faut de flottement et de flou pour donner une atmosphère planante et éthérée à leur musique. S'étalant avec de longs morceaux, le style quasi instrumental de Random Monsters se situe entre le prog planant d'un Pink Floyd et une lourdeur plus agressive dans un veine parfois presque postcore. Le groupe maîtrise son sujet, les musiciens, d'apparence plutôt juvénile, font preuve d'une maturité agréable. L'un des guitaristes bidouille des pédales de loop qui ouvrent des volumes plus grands tandis que l'autre y va du bottle neck pour offrir une touche presque psyché. Avec cinq compositions au compteur, Random Monsters ouvre d'une belle manière cette soirée, même si le public est encore un peu clairsemé à cette heure-là. Une belle découverte, assurément.

Setlist de Random Monsters :

01.Mason's Moment
02.The Winding Way
03.Ruins
04.Hostility Towards Creation
05.Fathers

Vient ensuite le tour de Psykup, groupe que je ne connais que de renommée alors que, ce concert le prouvera, il a tout pour me plaire. Les Toulousains sont là ce soir pour nous délivrer leur premier album, Le Temps de la Réflexion, dans son intégralité et dans l'ordre, et c'est donc par le dyptique To Be(tray) / Or Not To Be qu'ils ouvrent les hostiltés. Dès les premiers instants, on sent que le public, maintenant bien dense, est déjà au bord de la transe. Les paroles sont chantées en coeur, les pogoteurs sont aux aguets du prochain passage où la baston sera de mise, bref tout le monde connait ce premier album désormais culte. Et c'est une chose assez étrange que d'assister à un concert entouré d'un public aussi connaisseur et conquis en découvrant soi-même l'objet du culte. Et quel objet ! Un pur délire musical, biscornu à souhait, que les musiciens prennent un malin plaisir à jouer, la paire vocale n'étant jamais en rade d'une vanne à sortir. "Bonsoir, on est Psykup et on vient de Tokyo". Psykup, son public au creux de la main, retourne littéralement le Trabendo avec son style aussi déjanté que technique. Parce que derrière le délire absurdo-débile et le côté un peu abscon de leurs compositions, il y a un niveau technique impressionant et une maîtrise de la scène bien rodée. Les membres du groupes sont ultra présents sur scène, ça bouge, ça saute et ça déconne à plein tube dans une ambiance détendue.
Sur le morceau Teatcher, sont annoncés les frères de la Vega en invités et là-dessus débarquent Poun de Black Bomb A et Stéphane Buriez de Loudblast. C'est donc à quatre voix (!) que sera joué le morceau, dans un joyeux bordel scénique et câblique ("J'ai tellement de câbles qu'on dirait un groupe de rap dans une MJC" lancera Matthieu, punchline de la soirée à mon humble avis). Le suite du concert continue de mettre le Trabendo dans tous ses états, notamment quand arriveL'Autruche, morceau emblématique du groupe, 14 minutes de patchwork musical incroyable complété, en live, par l'innénarable chorégraphie de l'autruche interprétée par Julien. Les deux derniers titres, Time & Space et Rebirth & Recession, ne sont pas en reste, finissant de mettre en branle les énervés de la fosse sous une pluie de slammeurs. Ayant acquis le statut de culte, Psykup reste néanmoins humble et remercie ses fans avec une sincérité qui fait vraiment plaisir. Et c'est pour moi une discographie de plus à ajouter à ma liste interminable des choses à écouter.

Setlist de Psykup :

01.To Be(tray)
02.Or Not To Be
03.Libido
04.La Peur du Vide
05.Teacher
06.Martin X part 1&2
07.Insipid
09. L'Autruche
10.Time & Space
11. Rebirth & Recession

Changement de plateau, deux toiles de projection sont installées sur scène de part et d'autre de la batterie, annonçant l'arrivée imminente d'HYPNO5E. Une partie du public était visiblement là pour Psykup exclusivement, la salle étant un peu moins pleine que pour le set des Toulousains. Et les déserteurs ont bien, énormément, excessivement tort de partir avant le passage d'HYPON5E sur scène. Les Montpeliérains entamment leur set, en toute logique, avec les deux parties Eastern Shore, Landscape In The Mist et In Our Deaf Lands, qui ouvrent leur dernier album en date, et immédiatement l'atmosphère HYPNO5E envahit la salle. Ce mélange de mélancolie et de colère qui caractérise la musique du groupe est directement en place au travers des samples puis du premier passage brutal de leur set. Dans la fosse, même moins remplie, le chaos est immédiat. Le son, déjà très bon sur les deux groupes précédents, est ici monstrueux. D'une densité et d'une précision hallucinantes, la texture sonore d'HYPNO5E est dévastatrice. Ajoutez à ça les compos incroyables qu'a produites le groupe et vous obtenez un coktail détonnant. Arrivent ensuite des morceaux des albums précédents, l'excellent Acid Mist Tomorrow, suivi de Maintened Relevance of Destruction part II, qui, avec son sample de chant féminin s'élève dans des strates mystiques d'une beauté fragile. Gehenne part II & III ramènent la bagarre à une place plus centrale, dans un déluge stromboscopique qui est parfaitement en adéquation avec la frénésie rythmique qui nous est proposée. Pour résumé à gros trait ce concert : c'est comme sur album mais en mieux. Tout est augmenté d'un niveau en live : plus de puissance, plus de nuances, la musique d'HYPNO5E, si complexe soit-elle, passe l'épreuve de la scène avec brio. Seul petit bémol, le dispositif des écrans, qui, depuis la fosse, n'est pas hyper visible et perd de son impact. Mais ce léger problème est bien de l'ordre du détail en comparaison de la fessée que nous inflige le groupe.
Après ce détour sur les albums précédents, HYPNO5E revient sur son dernier méfait et nous balance les deux parties de West Shore,Where We The Lost The Ones et le très sombre Memories, avant de convier Matthieu de Psykup sur The Hole. Blind Man's Eye et ses quinze minutes absolument parfaites semblent clore le concert, mais le groupe revient pour un dernier tour de piste avec Tutuguri, juste histoire d'être sûr de ne pas laisser de survivants.

Setlist de HYPNO5E :

01.In Our Deaf Lands
02.Acid Mist Tomorrow
03.Maintened Relevance of Destruction part 2
04.Gehenne part 2&3
05.Where We Lost the Ones
06.Memories
07.The Hole
08.Blind Man's Eye
09.Tutuguri

Regroupant deux des groupes les plus inventifs de l'Hexagone, cette tournée montre que l'expérimentation musicale dans le metal n'est pas prête de s'éteindre. Psykup et HYPNO5E sont d'ailleurs comparables de biens des manières : structures alambiquées, alternance entre agression et moments de calme, soin apporté aux détails, etc. Comme les deux facettes d'une même esthétique, le côté loufoque et délirant pour Psykup et la face sombre et sérieuse pour HYPNO5E. L'affiche de cette tournée est donc absolument cohérente et, bonne nouvelle, il reste des dates un peu partout en France !