Chronique Retour

Album

29/06/20 - ZSK

Thanatonaut

Interstellar

LabelGS Productions
styleBlack Metal stellaire
formatAlbum
paysPologne
sortiedécembre 2019
La note de
ZSK
8/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Quand un groupe devient une référence dans un sous-genre précis, il va forcément inspirer une ribambelle de projets derrière qui vont plus ou moins revendiquer son influence. Telle une icône qu’il est devenue après quelques albums - surtout depuis la réédition de ses deux premiers opus en 2006, Darkspace a donc engendré une belle colonie de clones et autres suiveurs, dans son style particulier qu’est un Black-Metal ambiant, cosmique, violent et lo-fi. On ne compte plus les groupes - souvent des one-man band d’ailleurs, alors que les Suisses ont toujours évolué en trio - qui ont appliqué à la lettre la recette et tous les divers codes du maître absolu du Black ambiant. Les Astral Silence, Phobonoid, Carcharoth, De Silence Et D’Ombre à ses débuts, Mare Cognitum, Arkhtinn… et bien d’autres, garants d’un Black cosmique raw et sidérant, parfois avec quelques variations mais toujours dans le registre originel du tout puissant Darkspace. Et comme le Black-Metal de ce genre n’est plus si underground qu’à l’époque où Haunter Of The Dark sortait des CD limités à 500 copies, que Bandcamp a pris le relai et peut donner de la matière et de l’exposition en deux clics, et que Darkspace se fait désirer en bacs (6 ans nous séparent déjà de Dark Space III I, qui lui-même arrivait 6 ans après Dark Space III, espérons donc une bonne surprise avant la fin de l’année même si c’est Paysage D’Hiver qui s’est retrouvé dans les bacs pour le moment…), les projets du genre ont le champ libre. Bon, il faut quand même faire un sacré travail pour chercher quelque chose qui soit vraiment de qualité honorable, tout en sachant que faire aussi bien que Darkspace est bien évidemment une gageure. Mais parfois, on trouve un projet qui sort du lot, qui apporte même sa pierre à l’édifice. Thanatonaut, au premier abord, se classe donc parmi les 666 clones de Darkspace qui va essayer de tirer son épingle du jeu. Mais il suffit parfois d’un rien pour réussir à se faire remarquer. Ce projet, polonais, existe depuis 2015 et est mené par un musicien surnommé Eija Risen. Qui s’était déjà fait la main avec Eintritt (Funeral Doom) et Lucifer Effect (Black Atmo). Mais aujourd’hui, Thanatonaut est son seul projet « Metal » actif, son autre projet remarquable étant Cold Womb Descent, qui existe depuis 2011 et officie dans… du Space Ambient. Tout cela nous donne donc déjà une bonne base, à la fois en termes de musique cosmique et de Metal extrême, pour venir jouer dans la cour de Darkspace. Un énième suiveur, certes. Mais un suiveur qui va proposer quelque chose d’intéressant et même de très réfléchi.

Car Thanatonaut a un concept bien particulier. Il l’expose même sous forme de « manifeste », un long texte écrit dans le livret de Interstellar, un texte qui fait même office d’intro à l’album vu qu’il est récité le long des 6 minutes de "Very Improbable". Un texte qui nous rappelle la création de l’Univers, de la Terre, et de la Vie, et nous rappelle aussi que nous ne sommes probablement pas seuls. Et que nous devons envisager la colonisation du système solaire et même le voyage interstellaire, en domptant les contraintes de vitesse de la lumière et la gravité zéro, afin d’assurer la survie de l’humanité. Voilà pour la petite histoire et Thanatonaut a l’air bien bloqué là-dessus. Si beaucoup de clones de Darkspace se contentent de visuels stellaires et de gueuler un chant Black volontairement inhumain, Thanatonaut va bien plus loin et propose quelque chose de plus intelligent, pour au bout un concept qui sied parfaitement à ce genre de Metal cosmique. D’ailleurs, "Very Improbable" sait aussi comment nous mettre dans l’ambiance, tout doucement, avec quelques discrets synthés spatiaux, témoignant de l’expérience de Eija Risen dans le domaine avec Cold Womb Descent. "299,792,458 m/s" (c’est très exactement la vitesse de la lumière, j’espère ne rien vous apprendre) enclenche donc le levier « Metal » de Interstellar, où l’on retrouve donc les caractéristiques Darkspaciennes : son ténébreux, mur de grattes, boîte à rythmes, synthés stellaires. Mais c’est sur ce dernier point que Thanatonaut se distingue davantage, les synthés étant ici bien plus en avant que chez d’autres projets similaires. Cela va donc appuyer une ambiance bien plus sidérante et épique, sans pour autant être totalement lumineuse pour l’instant, que chez Darkspace et consorts. Ce premier vrai morceau, instrumental, révèle donc chez Thanatonaut un potentiel assez monumental, qui se finit d’ailleurs en fanfare avec des synthés montant vraiment loin dans le ciel étoilé. Il n’y a rien de bien original mais Thanatonaut joue avec les équilibrages du Black-Metal Darkspacien et va proposer quelque chose de rafraîchissant, qui va bien vite dévoiler un certain potentiel et une autre vision, plus poussée, du Black ambiant cosmique.

Le décollage vers la prochaine étoile et fait et Thanatonaut va nous convier à un passionnant voyage. Et montrer l’étendue de ses capacités et particularités avec le sensationnel "Mass of the Solar System", la pièce centrale impressionnante de Interstellar. Riffs constamment doublés par les synthés (si bien qu’on ne les distingue presque pas à moins qu’ils ne partent dans des trémolos), synthés qui prennent vite une tournure quasi-symphonique, BAR qui appuie le côté intense de l’ensemble, la recette est bien en place et se révèle vite prenante, d’autant qu’elle est accompagnée d’un chant intelligible qui s’autorise juste ici et là quelques accès plus hurlés. "Mass of the Solar System" est un morceau vraiment sidérant qui devient de plus en plus épique au fil des minutes, atteignant déjà son firmament à 4’ avec un chant qui devient quasiment clair. Les synthés, omniprésents et très variés, sont vraiment fantastiques, et l’ensemble finit donc par lorgner vers la clarté et le côté ultra-stellaire d’un projet comme The Lost Sun, allant donc au-delà de la pure noirceur d’un Darkspace pour se tourner vers la lumière des étoiles, l’objectif ultime du manifeste de Thanatonaut. Le final est vraiment fabuleux et l’on se dit que le projet polonais et en train de faire quelque chose de vraiment grandiose, en 10 minutes vraiment incroyables. Mais l’étoile la plus proche est encore loin et il reste du chemin à faire… "Approaching the Great Filter" continue donc l’épopée, avec cette fois-ci des grattes un peu plus audibles, mais la symphonie des synthés stellaires se poursuit, avec un chant pour le coup bien plus Black-Metal également. Malgré la singularité de "Mass of the Solar System", nous avons donc toujours bien affaire à du Darkspace-like (avec quelques passages franchement typiques d’ailleurs), mais Thanatonaut continue à y apposer sa patte, plus épique et monumentale, avec des passages de synthés vraiment gracieux, appuyés à nouveau par du chant clair en milieu de course, amenant à une seconde partie de piste vraiment formidable. C’est qu’on en aurait des étoiles plein les yeux… et c’était, là encore, le but. Thanatonaut était bien bloqué sur son idée de voyage interstellaire et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il nous fait facilement rêver de voyage parmi les étoiles…

Je le disais, ce voyage sera long, et la dernière étape, musicalement, sera résumée par les 21 minutes de "Spores". L’inverse de The Lost Sun qui lui avait commencé son Spectral Voice From Newborn Star avec une pièce de 22 minutes… et les vaisseaux russes et polonais pourraient bien se croiser dans leur voyage. Thanatonaut, lui, termine son chemin interstellaire à coups de compos Darkspaciennes, toujours avec ces synthés très en avant qui jouent une véritable symphonie cosmique, évacuant de plus en plus de lumière tel un pulsar. Pas d’agression ultime à la "Dark 2.10" ici, Thanatonaut a définitivement choisi une toute autre voie, moins ténébreuse et cherchant plus à aller vers les sources de lumière. Au fil des morceaux de Interstellar, le projet d’Eija Risen se détache donc clairement de l’influence de Darkspace qui était évidente pour apporter ses propres variations, et se poser comme bien plus qu’un simple suiveur. Les chemins pour faire un voyage interstellaire sont multiples et Thanatonaut a bien choisi le sien. Il est clair que la base musicale n’est pas forcément très originale, et que l’on peut trouver qu’il y a un peu trop de synthés là-dedans (avec un mixage du coup très déséquilibré) et pas assez de Black-Metal, ce qui est aussi source de longueurs par moments. Mais pour qui cherchait un Darkspace-like qui s’autorise une ambiance autrement plus lumineuse, Thanatonaut est plutôt parfait. Son concept originel autour de son manifeste, l’influence de Cold Womb Descent, la création d’un paysage sonore purement stellaire et totalement sidérant, tout ceci est très réussi et le fleuve "Spores" continue à le prouver avec notamment ce break très marquant à 12’ avec un sample très à-propos, ou encore un final à nouveau résolument symphonique à sa manière. Tout comme The Lost Sun qui lui œuvrait dans des eaux plus « Post », Thanatonaut propose une magnifique variation sur base d’un Black ambiant cosmique, gorgée de moments de grâce. Et j’espère que ça ne sera que le début d’un voyage encore plus ambitieux car Eija Risen peut aller encore plus loin, une fois qu’il aura dompté les contraintes sonores du Black-Metal et totalement digéré l’influ Darkspace mâtinée de son background Space Ambient. Toujours disponible auprès de GS Productions (label qui a notamment réédité pas mal de disques de Thy Catafalque), Interstellar est vraiment une superbe épopée ; passionnés d’exploration spatiale et rêveurs d’un futur expansionniste, laissez-vous emporter…

 

Tracklist de Interstellar :

1. Very Improbable (5:55)
2. 299,792,458 m/s (8:19)
3. Mass of the Solar System (10:30)
4. Approaching the Great Filter (12:30)
5. Spores (21:06)