Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Ayreon

Universal Migrator part 2 : Flight Of The Migrator

LabelNTS
styleOpera Rock/Metal Progressif
formatAlbum
paysPays-Bas
sortiejuin 2000
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Deuxième partie de la saga The Universal Migrator (première partie ici)

ça y est nous y sommes, nous allons rencontrer le Universal Migrator, première âme de l'Univers. Et nous allons débuter la deuxième partie du voyage narré par Lucassen et sa bande sur cet album Flight Of The Migrator. Le principe reste le même, des invités prestigieux vont vous raconter l'histoire du dernier homme sur Mars qui va se « réincarner » au commencement des mondes et va se diriger à travers l'éther jusqu'à la Terre afin d'y planter la vie. Sauf que ce voyage intersidéral va se muscler considérablement. Au vu de l'énergie nécessaire pour traverser les trous noirs et autres quasars Ayreon a choisi la force du heavy pur et dur pour vous conter ce récit.

La changement d'ambiance est brutal et soudain dès l'instrumentale Chaos qui ouvre le bal avec une petite folie musicale. Adieu Pink Floyd, bonjour disto à fond. Le premier à se lancer est Russel Allen dans une chanson au riff super lourd, au refrain qui tue (« Behooooooold ! The dawn of a million soulllls ») et au clavier à la limite du cliché. Cela dit, et c'est purement personnel, sa performance est sans faute, et on ne s'étonne guère de le retrouver dans un autre projet spatial de Lucassen, Star One.

On sent que l'écrin musical a été façonné pour les chanteurs : on fait monter Ralf Scheepers dans les aigues sur Journey On The Waves Of Time, ou on retire tous les artifices pour laisser le timbre magique de Bruce Dickinson résonner dans le vide intersidéral sur Into The Blackhole avant de lui servir un riff d'une lourdeur incroyable pour une atmosphère sans pesanteur. D'ailleurs est-ce une coïncidence que le titre la plus long lui soit réservé ? Quand on a une légende du métal, on ne le lâche pas comme ça !

Lucassen démontre dans Flight Of The Migrator qu'il sait être jusqu'au-boutiste car il ne donne presqu'aucun moment de répit : les soli s'enchaînent, et des pointures de la guitare ou du clavier comme Michael Romeo (Symphony X) ou Gary Wehrkamp (Shadow Gallery) viennent faire briller leur virtuosité sur la planète Ayreon. Sur cet album, Lucassen laisse s'exprimer les notes et on prend un vrai plaisir de métalleux de bout en bout. En plus avec un batteur issu de l'extrême, (Ed Warby joue dans Gorefest) on retrouve de la puissance dans le section rythmique sans pour autant verser dans le cliché de la double grosse caisse à fond. Pour illustrer mon propos, vous pouvez vous tourner vers le dernier titre, The New Migrator, avec Ian Parry (Elegy) au chant. On croirait presque un départ digne du Dream Sequencer et puis tout explose, et là on se retrouve dans un feu d'artifices pour conclure l'aventure, six minutes où toute l'énergie accumulée au long de ce périple fou à travers les étoiles va se disperser et puis sur un roulement de toms, tout est fini. Peut-être...

Il vous sera difficile de trouver un fil rouge autre que l'histoire entre les deux albums. The Dream Sequencer et Flight Of The Migrator sont presque les négatifs l'un de l'autre. On en viendrait donc presque à douter de l'honnêteté du créateur, qui a voulu séparer les mondes auxquels il est viscéralement attaché depuis ses débuts pour que ses fans ne soient pas froissés quels que soient leurs goûts. Un coup commercial ? Une volonté artistique discutable ? Une façon de se lâcher et d'explorer les concepts rock et métal à fond sans avoir à transiger ou à les diminuer par la présence de l'autre ? On ne saura pas vraiment et surtout il nous faut constater le résultat. On a deux albums fabuleux, qui sont au final inséparables, et sont maintenant regroupés dans une édition double cd car lorsque l'on aime Ayreon, on ne peut pas séparer ces deux facettes. Une chose est sûre, c'est que l'histoire ne se termine pas là, et que, tel un scénariste de série américaine, Lucassen va trouver maints ressorts pour donner une suite à la saga de The Universal Migrator.

01. Chaos
02. Dawn Of A Million Souls
03. Journey On The Waves Of Time
04. To The Quasar
05. Into The Black Hole
06. Through The Wormhole
07. Out Of The White Hole
08. To The Solar System
09. The New Migrator

 

Les autres chroniques

Album

juin 2000 U-Zine

Ayreon

The Dream Sequencer

Album

janv. 2008 U-Zine

Ayreon

01011001

Album

oct. 2013 U-Zine

Ayreon

The Theory Of Everything