Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Sinergy

To Hell and Back

LabelNuclear Blast
stylePower Metal
formatAlbum
paysFinlande
sortieaoût 2000
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après un superbe premier album relativement bien accueilli dans la sphère du heavy metal, Sinergy envisage de devenir une formation sérieuse et sur laquelle il faut compter. Pour cela, un revirement total du line up est nécessaire, car leur histoire faisant chemin, Kimberly Goss et Alexi Laiho, les piliers du groupe, sont désormais installés ensemble en Finlande, ce qui rend tout projet de tournée concrète impossible avec le précèdent line-up, majoritairement suédois. Les anciens membres sont donc remerciés sans aucune animosité à la suite de quelques dates au Japon, tandis que Sinergy se prépare à la composition de ce qui sera le successeur de « Beware The Heavens ». Les recrutements successifs de Roope Latvala (ex Waltari, futur Children Of Bodom) à la guitare, Marco Hietala (Nightwish) à la basse et de Tommi Lillman à la batterie en 1999 vont enfin apporter la stabilité dont avait besoin Sinergy pour aborder l'avenir avec sérénité et détermination.

Après une courte tournée européenne, le groupe entre aux Astia Studios en février 2000 avec Anssi Kippo afin d'y enregistrer son deuxième disque, « To Hell And Back » qui sera mixé au Finnvox Studio par Mikko Karmila (une équipe bien connue des fans de métal scandinave et de COB).

L'album débute comme le précédent par un titre speed et accrocheur, dans la ligné d'Helloween, mais cependant quelque chose frappe tout de suite, c'est la production monumentale, de même que le soin apporté aux mélodies harmonisées à la Maiden, et des soli cette fois ci partagés entre 2 guitaristes et plus Alexi Laiho uniquement. The Bitch Is Back pose les bases d'entrée de jeu avec un refrain saisissant et des riffs entrainants d'une efficacité maximum, accompagné comme d'habitude de la voix toujours aussi puissante et gracieuse de Kimberly Goss...oui la pute est bel et bien de retour!!! Mais elle est cette fois très bien accompagnée, et tout le monde apporte sa pierre à son univers, chacun des membres du groupe ayant pu s'exprimer à loisir tout au long de l'album.

C'est en effet le second événement flagrant, Sinergy ne se résume plus qu'au simple tandem Alexi/Kimberly, on ne retrouve d'ailleurs que deux morceaux sur huit (et une reprise) uniquement crédités de ces derniers, ce qui apporte une fraicheur nouvelle et permet de s'éloigner davantage du son COB. Les chansons sont donc encore plus variées, plus matures, gardant toujours cette esprit Heavy old school propre à Sinergy (« Last Escape », "Wake Up In Hell"...), tout en continuant de développer son identité sur d'autres titres comme sur le très épique « Return To The Fourth World » et son riff d'intro entre le néoclassique et le Speed Metal. Des influences Black métal symphonique font même leurs apparitions sur « Lead Us To War », morceau composé par l'ensemble du groupe a l'exception du batteur, ce qui ne lui empêche pas d'embellir le titre avec des plans et des breaks bien sentis (tout comme sur la totalité du disque en fait!).

Les parties rythmiques apportent un groove indéniablement plus présent, la basse de Marco Hietala soutient les guitares à merveille, lui arrivant de jouer seul avec la batterie et apportant par la même occasion une indéniable originalité et touche personnelle supplémentaire au son de Sinergy (« Midnight Madness »).Tout comme sur leur premier opus, les atmosphères et les ambiances sont sombres mais en même temps plus mélancoliques qu'auparavant (« Laid To Rest »). Rien de nouveau quant aux thèmes abordés dans les paroles, toujours à mi chemin entre la réalité, l'autobiographie ou des choses plus fictives, comme dans « Gallowmere » qui relate le combat entre la sorcière Zarok et Sir Fortesque dans le jeu vidéo Medievil sur cette bonne vielle Ps1 (oui ça rajeunit pas!).

Bien que les mélodies et les soli de guitares soient encore très « COB », ils sont une nouvelle fois encore plus nombreux et techniques que dans ce dernier, du moins si l'on prend en considération le fait que « To Hell And Back » est sorti avant Follow The Reaper. Alexi est redoutable de feeling et de précision, Roope Latvala y livre une de ses meilleures performances, d'autant qu'il intervient plus souvent sur ce disque que sur la plupart des albums de COB. Il est tout simplement phénoménal sur tout l'album, ce qui nous permet de mieux comprendre pourquoi Alexi était fan de son jeu et avait envie de collaborer avec lui bien avant sa venue dans COB.

Toujours est-il qu'après cette collection de riffs et de soli endiablés, une reprise fort sympathique de Jack Lee (Hanging On The Telephone) vient clore les hostilités de bel manière, en gardant le coté Hard Rock moderne propre à certaine compos et au style Sinergy.

On était en droit de se demander si la musique et le son de Sinergy n'allait pas radicalement changer après cet important changement de line up, mais au final To Hell And Back reste fidèle à la voie initiée par son prédécesseur, tout en étant plus varié, mieux produit, plus abouti tout simplement! Chaque musicien a trouvé ses marques, tout en laissant l'espace nécessaire à Kimberly pour se dévoiler véritablement et de s'affirmer définitivement comme LA voix du Heavy Speed.

To Hell And Back est un album d'une qualité rare, pour peu que, comme pour le précédent, vous vous soyez accoutumés au chant. Il en devient par contre divin si vous l'appréciez!
Un des disques les plus réussis du début des années 2000!

"The Bitch Is Back" – 4:05
"Midnight Madness" – 4:14
"Lead Us to War" – 4:13
"Laid to Rest" – 5:40
"Gallowmere" – 5:44
"Return to the Fourth World" – 4:09
"Last Escape" – 4:32
"Wake Up in Hell" – 6:55
"Hanging on the Telephone" – 2:03 (Blondie cover)
"Invincible" - 4:10 (Japanese Bonus Track)

 

Les autres chroniques