Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Epica

Design Your Universe

LabelNuclear Blast
styleMetal Gothique et Symphonique
formatAlbum
paysPays-Bas
sortieoctobre 2009
La note de
U-Zine
2/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les Pays Bas avant d'être l'autre pays du fromage, c'est le pays du Metal gothique et symphonique à chanteuse avec des groupes qui varient entre l'excellent comme After Forever et le médiocre Within Temptation. Mais parmi tout ce vivier fleurissant ces dernières années, un groupe m'était encore inconnu sur album, c'était Epica alors que pourtant j'en avais entendu des choses sur le physique de la charmante Simone Simons. 2009 et l'arrivée de Design Your Universe dans les bacs était le moment idéal pour commencer l'aventure... et la finir presque aussi vite.

Sans connaître les précédentes réalisations d'Epica, on peut sans nul doute que la formation fait parti des formations ravagés par le succès d'Evanescence et qui se sont mis à faire des albums plus pour les fans que pour le groupe lui même. On cherche davantage à accrocher l'oreille qu'à développer des ambiances et à chercher de le profondeur. Mais le problème avec Epica, c'est qu'en plus de sortir un album vide et sans âme, il ne fait même l'office d'un bon répertoire à tube et après un paquet d'écoutes, je n'arrive toujours pas à déceler un morceau m'accrochant en entier hormis quelques riffs par ci par là. En effet, l'album est un gros pavé d'une heure et quart. Les morceaux ne sont pas assez courts pour en faire des semblants de tubes. Aucun refrain de Simone (Celui de « Resign To Surrender » est peut être plus marquant que le reste mais c'est peut être parce qu'on s'endort très vite après ) ne reste non plus en tête, ça en devient très vite agaçant.

Du tout pour les claviers, les orchestrations et les choeurs gothiques, voilà ce dont est fait Design Your Universe. La première fois que ça a été utilisé dans le milieu, ça devait rendre divinement bien mais ici, c'est du grandiloquent déjà entendu des milliers de fois qui aurait pu avoir un sens si derrière, il y avait un fond, d'autres musiciens. D'autant qu'on ne peut pas vraiment déceler de talent chez Coen Jansen, le claviériste puisque ses parties ne sont pas de hautes volées. On est loin des parties de Joost Van Den Broek d'After Forever qui sait, lui, instaurer des moments de folies dans les compositions. Je retiens un moment un peu fou dans tout cet album, c'est la partie instrumentale de « Kingdom Of Heaven » avec le petit duel guitare clavier qui rend pas trop mal sans plus mais qui dans ce vide apporte un peu de fraicheur.

Parce que le reste, c'est vraiment pas ça, les 95% du temps, les guitares ne jouent que sur les cordes graves (Seulement deux vraiment réussis et entrainants, d'ailleurs, sur « Kingdom Of Heaven » et « Design Your Universe »), alors que justement, quand elles sont plus mélodiques, on retrouve des passages intéressants (la fin de « Resign To Surrender »). Les soli, je n'en parle pas vu comment ils sont dépourvus de feeling. Les seuls endroits où les guitaristes démontrent d'un certains potentiel, ce sont sur les parties en arpèges (même si celui d'introduction de « White Waters » est un beau raté dans le genre) mais qui restent bien trop rares pour remonter le niveau.

L'indispensable sur cet album est sa grosse production sans âme qui permet de mieux faire digérer la supercherie alors que de l'autre coté, plusieurs choses deviennent très vite dispensables à la manière de ce chant Death pas convaincant et même tout le temps inopportun. Par dessus tout, devinez qui vient se perdre dans ce trou à rat ? Bien évidemment, l'ami Tony Kakko, chanteur de Sonata Arctica de son état, vient délivrer une prestation à la hauteur de celle sur le dernier album des Finlandais qui va sortir prochainement, théâtrale et décevante.

Alors oui, il y a de bons moments à l'écoute de ce Design Your Universe mais bon, deux à trois minutes de plaisir pour une heure et douze minutes de vide, le calcul est vite fait. C'est typiquement le genre d'album que je refilerai à mon pire ennemi qui mourra... d'ennui devant ce bâclage insultant pour tout amateur de musique et qui laisse la dure impression d'avoir perdu plus d'une heure de sa vie pour du néant.

1. Samadhi (Prelude)
2. Resign To Surrender (A New Age Dawns Part IV)
3. Unleashed
4. Martyr Of The Free World
5. Our Destiny
6. Kingdom Of Heaven (A New Age Dawns Part V)
7. The Price Of Freedom
8. Burn To A Cinder
9. Tides Of Time
10. Deconstruct
11. Semblance Of Liberty
12. White Waters
13. Design Your Universe (A New Age Dawns Part VI)

Les autres chroniques

Album

sept. 2007 U-Zine

Epica

The Divine Conspiracy

Album

mars 2012 U-Zine

Epica

Requiem for the Indifferent