Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Sonic Syndicate

Love and Other Disasters

LabelNuclear Blast
styleMetal Moderne
formatAlbum
paysSuède
sortieseptembre 2008
La note de
U-Zine
5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Pas facile d'assumer un rôle de futur groupe star dans une écurie de rêve. Sonic syndicate a plus ou moins été promu dans la tête des fans et certainement dans celle des dirigeants influents de Nuclear Blast comme le groupe montant, en vogue, qui représente le mieux ce qui se fait de plus vendeur dans le milieu métal « mainstream » aujourd'hui. Ces paroles ont l'air agressives d'entrée de jeu mais sont loin de l'être. En effet, je voulais signaler en préambule que notre style préféré est soumis aux mêmes mouvements que n'importe quel autre : pendant un moment plus ou moins long, une façon de jouer, un style, un look, une attitude, un genre de groupe est dans la vent et on en tire tout ce que l'on peut. Et pour moi Sonic Syndicate cristallise ce mouvement pour aujourd'hui. Ils ont la mèche au vent, le look un peu core / skate, des tatouages, un air rebelle et ils jouent une musique à la croisée de beaucoup de choses, histoire que chacun puisse s'y retrouver et aussi se pencher sur autre chose. Encore une fois, je suis loin de porter un jugement dépréciatif, au contraire, je constate, et c'est tout. Un autre aspect du visuel est la pochette de Love and Other Disasters, qui reprend le même monstre bizarre que le précédent album : Only Inhuman. Pas très beau...

Musicalement parlant, si vous connaissez les précédents, vous ne serez sans aucun doute pas déçus. Je nuance car je n'ai pas eu le courage de me pencher sur la question et j'ai juste regardé les clips sur le myspace. Et là on remarque que la similitude ne se joue pas que musicalement mais aussi visuellement. Si l'on exclut quelques menus détails, les clips sont des copier-coller les uns des autres au niveau de la manière de se mettre en scène. J'ai donc gagé qu'il en était de même pour la composition et le son. Alors pour ceux qui sont novices à Sonic Syndicate comme ma pomme, on pourrait situer le groupe comme une possibilité d'évolution de Soilwork époque Figure Number Five, ou une mouture du In Flames moderne. En résumé, on a là un métal moderne, rythmé, avec des alternances de voix claires et voix agressives. La particularité résidant dans les deux chanteurs dont l'utilité reste à prouver. D'un certain côté Sonic Syndicate est tout ce que j'aime dans le métal pas prise de tête : du rythme, un bon tempo, un certain sens de la mélodie qui ose inclure de l'artificiel pour agrémenter l'humain comme dans Jack of Diamonds où on sent des nappes et une mélodie électronique, un certain esprit rock'n roll, des titres pas chiants parce que courts et divers.

Mais ceci n'est que l'arbre qui cache la forêt. Car le groupe ne peut que faire bonne figure un temps. Au fur et à mesure de l'écoute, on sent l'intérêt s'étioler, et surtout on sent l'esprit accrocheur du groupe le quitter sur certains titres. Etre promu groupe phare de Nuclear Blast ok mais de là à en faire des chansons moisies, moyennes, sans âme pour faire « single radio » il y a le méchant pas que les Suédois ont franchi : avec My Escape, horrible guimauve à peine métal, on se croirait dans les mauvais titres de certaines radio « rock ». et je ne m'étendrai pas sur l'infâme Contradiction qui sent la balade à deux centimes d'euros, et c'est cher payé. Où est passée la gniaque des premiers morceaux ? Envolée pour ne revenir peu après, mais on ne reste pas indemne d'un tel écueil.

On pourra aussi mettre dans le panier des détails ennuyeux, la ressemblance avec les influences citées dans la paragraphe précédent. Et elle est flagrante sur des entrées de morceaux comme Damage Control, influencée par Soilwork, et indécente sur des titres comme Fallout qui ressemble à du In Flames à s'y méprendre. Surtout lorsque l'on sait qu'ils vont ouvrir pour eux, la comparaison risque de porter préjudice au petit nouveau. En fait à marcher sur les traces d'un groupe qui n'est pas encore mort et qui au contraire vit encore n'est pas des plus judicieux. De plus on a vu ces groupes changer d'orientation, ce qui pour moi veut dire qu'ils révisent leurs choix musicaux. En gros et pour faire simple, Sonic Syndicate arrive au mauvais moment, car des qualités ils en ont. Alors ces constatations viennent en contradiction avec mon introduction mais je suis convaincu que Nuclear Blast n'a pas fait les bons choix, et a misé sur un cheval un peu bancal car même si ce groupe a une longue carrière, ils n'auront jamais la résonance de leur prestigieux cousins.

Noir tableau pour les super stars du métal... En fait, je reprends mes nuances du début, je trouve que cet album possède de nombreuses qualités mais pas celles qui vont faire de Love and Other Disastersun classique. De toutes façons quand on prend un titre de film romantique comme titre d'album, on s'attaque à un mur ! Allez s'il ne doit en rester qu'une je vous recommande de regarder le clip de Jack of Diamonds, à défaut d'acheter le cd !

* 1. Encaged
* 2. Hellgate : Worcester
* 3. Jack of Diamonds (single)
* 4. My Escape
* 5. Fallout
* 6. Power Shift
* 7. Contradiction
* 8. Damage Control
* 9. Red Eyed Friend
* 10. Affliction
* 11. Ruin (Bonus Track de l'édition limitée)
* 12. Dead Planet (Bonus Track de l'édition limitée)

Les autres chroniques

Album

mai 2006 U-Zine

Sonic Syndicate

Only Inhuman

Album

nov. 2009 U-Zine

Sonic Syndicate

Rebellion (single)

Album

août 2010 U-Zine

Sonic Syndicate

We Rule the Night