Live reports Retour
vendredi 5 mai 2017 - Prout

Ultra Vomit + Furies @Alhambra - Paris

Alhambra - Paris

Prout

Chroniqueur musiques du monde. Parfois Brutal Death / Black / Grind mais rien au dessous de 300BPM sinon c'est trop mou et je m'endors.

Le vendredi 5 mai 2017 Ultra Vomit était à Paris à la salle de l’Alhambra pour un concert évènement, le premier d’une longue série, on leur souhaite, afin de défendre leur nouvel album Panzer Surprise ! Horns Up revient sur l’évènement.

Furies

Le concert s’ouvrira avec Furies, groupe de Heavy Metal parisien mixte, une fille à la batterie, une autre au chant / basse, et deux gars aux deux grattes. Pas étonnant au final pensant à Ultra Vomit dont on sait que certains membres sont fans du style (rien qu’à se souvenir Judas Prost). Alors visuellement Furies c’est quoi ? C’est le kitsch des années 80’ à l’état pur avec veste en vinyle, cartouchière, chaîne, bracelet à pics, bref tout l’attirail (devait bien avoir un patch planqué quelque-part aussi). Niveau style, c’est pareil on reste dans les années 80’, tout ce que j’aime (pas). Premier a priori, ça me parait encore assez amateur, la scène n’est pas super bien maîtrisée, le guitariste à ma droite prend un peu trop ridiculement la parole entre les morceaux, on dirait qu’il joue pour ses copains du lycée. Néanmoins avec les morceaux s’enchainant la sauce commence à prendre. Déjà la chanteuse lead est vraiment motivée et communicative ; elle a le smile et la patate, et ça, clairement, c’est contagieux. Ses chants ultra Heavy lorsqu’ils sont tenus enflamment les cœurs du public et ses interventions charment totalement l’auditoire. Bien que pas Heavy du tout, les morceaux bien groovy et dansant ne m’ont pas laissé indifférent, et on se retrouve très vite à taper du pied sans même s’être vraiment posé la question. Si j’ai bien bien compris le quatuor a joué une majorité de morceaux de leurs EP et autres singles sans oublier l’obligatoire cover de Judas Priest et la belle blague WASP qui est sortie de nulle-part mais qui m’avait bien fait sourire. De manière générale le groupe a été très bien reçu par le public qui n’a pas hésité à interagir avec le groupe. Bref, ça fait plaisir à voir, ça fout le smile et t’es en bonne condition pour aller voir Ultra Vomit. Dans le style Furies est un groupe à suivre de très près, qui pourrait bien monter ces prochaines années et je leur souhaite tout le bien possible pour la suite.

https://www.facebook.com/furiesofficial

Setlist :

Furies attack
Prince of the middle-east
Superstition
The Hellion / Electric Eye (Judas Priest cover)
Fire in the sky
Unleash the furies
Voodoo Chains
La Guerrière

 

Ultra Vomit

L’entracte terminé, les gens se poussent de plus en plus pour se rapprocher au mieux des devants de la scène et la chaleur commence à se faire montante. Pas étonnant, y’a les « stars » qui arrivent. Premier constat, le public est assez hétéroclite. Déjà, il n’y a pas vraisemblablement de moyenne d’âge. Il y a du teens, forcément c’est UV, mais y’a aussi leurs teens d’il y a 10 ans qui ont grandi avec eux et qui sont toujours là. Y’a aussi beaucoup de public Hellfest, tu sais les gars qui n’écoutent pas de Metal et qui sont là tu sais pas pourquoi, parce qu’il faut le faire, parce ce que c’est cool. Mais il y a surtout une horde d’abrutis (sans doute les mêmes) qui font que de gueuler comme des mongoles alors qu’il ne se passe rien du tout et dont le meilleur représentant de la France d’en bas était à environ 15 cm de mon oreille gauche, m’ayant laissé comme souvenir une perte de l’audition et de QI significatifs. Je passerai d’ailleurs ma soirée encadré de débiles bidonnant chantant beaucoup trop mal, trop fort et en yaourt des paroles pourtant pas compliquées gâchant un peu l’expérience, je dois l’admettre. J’avais l’impression de me retrouver à un concert de Lady Gaga avec ses fans décérébrés (et pourtant j’avais passé un bon concert). Ultra Vomit c’est comme Jésus, j’ai rien contre le gars mais je déteste sa fanbase. Bref, oublions le monde qui nous entoure car il pousse au suicide et rentrons dans la bulle Ultra Vomit, après tout, on est venu pour passer une bonne soirée, car oui, je suis venu clairement pour les blagues, pas pour la musique.

Et les blagues seront au rendez-vous, bien entendu !! La blague commence dès le linecheck avec les zicos planqués sous leurs zips roadie puis arrive la venue des dieux vivants sur scène et ça pousse à balle d’un coup par derrière. Je me plains pas, j’aime ça. Générique Looney Tunes comme sur l’album puis générique Fort Boyard, on sent qu’on va vivre la vraie aventure, et bam ! Le concert commence réellement par Darry Cowl Chamber et Les Bonnes Manières d’Objectif : Thunes histoire de mettre tout le monde direct en mode baston. D’ailleurs c’est pas l’envie qui m’a manqué de rentrer dans le jeu et foutre un high kick dans les cordes vocales de mon voisin d’oreille gauche tellement même sur un tube qu’on connait tous par cœur comme Les Bonnes Manières il a réussi à chanter de la merde (et crier comme une groupie du Pape aussi, impressionnant autant que navrant). Puis on enchaine sur Un Chien Géant, premier réel morceau du nouvel album. C’est pas un morceau qui me motive tellement en fait, il fait très Andréas et Nicolas niveau humour, c’est pas le truc que je pige le plus mais soit, le public a l’air de bien s’amuser quand même alors osef de mon avis de vieux schnock et puis le clin d’œil à leurs patrons des Tagada Jones est franchement bien fait (comment je déteste ce genre de chant putain).

On enchaine sur E-TRON (digital caca)Mechanical ChiwawaJe ne t'es jamait autans aimer et Mountains of Maths qui ont été les deux derniers morceaux où j’ai réussi à supporter mon voisin de pallier, qui m’a obligé à être outrecuidant avec le public que j’ai renversé pour aller piter avec les mioches tellement je voulais être loin de cet immonde personnage, qui j’espère est mort étouffé dans son kebab à la fin de la soirée. Arrive Pauv' connard et la blague d’intro sur le nouveau bassiste, qui prendra d’ailleurs vachement cher toute la soirée, mais en mode fun, on n’est pas chez Hanouna là. Puis arrive Calojira, le morceau cover de Gojira (et Calogero j’imagine), vieux morceau qui date de plus de 8 ans mais qui a bien évolué, qui est d’ailleurs même ultra bien fait. Mais là où je suis vraiment content c’est dès lors qu’ils jouent Takoyaki, le morceau qui fleure bon Babymetal, même si c’est limite plus de la parodie mais du premier degré, vu que je sais que Fétus il kiffe (on t’a vu !). Super SexeHyper Sexe, je comprends pas trop non plus, mais Boulangerie Pâtisserie, ça, ça marche ! Tout autant que Pipi VS Caca qui est vraiment un morceau très inspiré et inspirant. Batman VS PredatorWelcome to the JingleJe possède un cousin et Jésus avec une bonne mise en scène et la venue de la chanteuse de Furies puis La Ch’nille, et là franchement, comme prévu, une chenille géante. Et c’est bien cool !! Quand tu parodies un style parodique, forcément ça part trop loin, et ça moi y’aime (Mayhem) bien ! Du coup c’était logique d’enchainer sur La Bouillie IV. Changement d’instruments pour Flokos qui passe de la gratte à la batterie et Manard qui vient au chant, ok, ça sent Keken, l’ultra tube de Panzer Surprise ! Et pas étonnant, c’est bien ce morceau et c’est excellent !! Par contre à l’ère révolutionnaire de la craftbeer, boire encore de la Heineken, ça fait mal à regarder. Arrive l’Anthracte avec les filles de Furies (normal) puis I Like To Vomit pour faire danser (Mr Patate !!!). Ils font style que c’est fini et bien entendu on part sur Je collectionne des canards (vivants) avec Andréas en gayst, « le mec du merch », comme ils disent.

On ne croit pas une seule fois que c’est fini, mais le groupe se barre. Néanmoins il reste une ombre évidente au tableau, Kammthaar. En effet, ce morceau évènement, pas mon préféré mais sans doute le mieux réalisé du tout dernier album manque à l’appel. Du coup on se sent obligé de rappeler le groupe pour qu’ils viennent faire leur office bordel ! Et du coup ils ne se sont pas fait prier pour jouer leur excellente parodie de Rammstein. Ils nous feront d’ailleurs un autre jet d’Objectif : Thunes avec Quand J’étais Petit, pour le côté Rock’n’Roll NWOBHM qu’ils finiront d’ailleurs sans surprise sur le dernier morceau de Panzer Surprise ! j’ai cité : Evier Métal. Tu sais, histoire que ça reste bien dans la tête en sortant du concert. Une fois le concert fini, le groupe nous demandera de faire un selfie général, mais tout le monde de dos, c’était fun, mais je ne me suis pas trouvé sur la photo. De manière générale, toute la soirée était fun au final. Ultra Vomit reste encore et toujours un groupe de scène, qui s’amuse avec le public et qui est toujours autant communicatif. On vient, on passe un bon moment. Le public est toujours autant affreux que dans mes souvenirs, mais bon, le Metal en France maintenant c’est ça, autant l’accepter. Hâte de voir le merdier que ça va être au Hellfest tiens !

Setlist :

Looney tunes theme
Fort boyard theme
Darry Cowl Chamber
Les bonnes manières
Un Chien Géant
E-TRON (digital caca)
Mechanical Chiwawa
Je ne t'es jamait autans aimer
Mountains of Maths
Pauv' connard
Calojira
Takoyaki
Super Sexe
Hyper Sexe
Boulangerie pâtisserie
Pipi VS Caca
Batman VS Predator
Welcome to the Jingle
Je possède un cousin
Jésus
La Ch'nille
La Bouillie IV
Keken
Anthracte
I Like to Vomit
Je collectionne des canards (vivants)

Rappel :

Kammthaar
Quand j'étais petit
Evier Metal