Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Omnium Gatherum

Stuck Here On Snakes Way

LabelCandlelight Records
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysFinlande
sortieavril 2006
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Omnium Gatherum, peut être que pour vous, ça ne veut pas dire grand-chose... Mais pour moi, c’est une toute autre histoire ! Tout d’abord, il faut revenir en 2004, à cette époque, OG (pour les intimes) sortait Years In Waste, un excellent album de death mélodique remplis de nappes de synthé modernes et jouissives à souhait. Ce dernier, malheureusement sorti dans un anonymat des plus déconcertant, leur coûta à l’époque leur contrat avec le prestigieux label Nuclear Blast. Suite au départ du chanteur, le groupe trouva par la suite, un remplaçant au nom de Jukka Pelkonen , également chanteur au sein de Elenium. Avec un line-up enfin opérationnel, le groupe tentera de repartir grâce à une démo quatre titres afin de démarcher les labels, on rappelle que la démo contenait des morceaux présent sur l’album, je pense bien sûr à « Undertaker » et l’excellent « A-Part Of God ». La suite, nous la connaissons, la signature chez Candlelight Records, label qui semble prendre le dessus sur la scène montante finlandaise avec notamment cette signature et celle des excellents Insomnium.

Pour rentrer dans le vif du sujet, ce nouvel et troisième album poursuit donc dans l’excellent effort du précédent, sauf qu’ici, cocorico, ça sonne encore plus personnel, carré et homogène dirais-je. Evolution donc, mais je tiens avant tout à émettre un gros bémol, car si le précédent album était franchement excellent sur bien des domaines, il n’en est pas moins évident que le chanteur sonnait bien trop « underground » par rapport aux compositions du groupe. Par conséquent, cette voix était une vraie barrière pour accrocher pleinement à l’opus, bien qu’après plusieurs écoutes je fus séduit par la globalité de la musique proposée. Et bien sachez pour votre gouverne, que l’arrivée du nouveau chanteur n’arrange en rien les choses, bien au contraire, Jukka, sonne encore plus inaccessible et surtout sa technique vocale est bien inférieure à celle du précédent frontman. Le vrai problème ne réside pas vraiment dans la voix en elle-même mais avant tout dans la façon dont celui-ci place ses lignes vocales. Parfois malheureusement, on frôle la douche froide, voir le ridicule. Quand on écoute un morceau tel que « Drugery », on reste vraiment scotché par l’efficacité de la composition mais quand la voix débarque, aïe… Et je ne vous parle pas de « The Third Flame » ! Ce problème bien exposé, je peux enfin passer à autre chose, car si le problème de la voix sera une première barrière, la musique quant à elle, c’est une toute autre histoire ! Les musiciens sont tout simplement des plus inspirés qu’il m’ait été donné d’écouter, une vraie alchimie musicale nous est ici proposée. On retrouve tout ce qui fait que cette musique est si agréable à nos oreilles. De majestueuses nappes de synthé viennent caresser nos tympans, des mélodies recherchées prouvent un vrai travail de composition vis-à-vis des musiciens du groupe, mais surtout, ce je ne sais quoi dans la sonorité plongeant l’auditeur dans un vrai sentiment de voyage et d’évacuation, et c’est bien là tout le principe de la musique. Pour parler d’évolution, oui car différent du précédent opus, on ne peut pas dire néanmoins que l’album soit supérieur à son prédécesseur mais l’évolution est bien présente car plus sombre et paradoxalement, plus accessible aussi.
On retiendra quelques bombes aux noms de « Into Sea » avec ce travail vraiment très impressionnant sur la composition et ces mélodies imparables, vraiment dommage que le chanteur ne suive pas, encore une fois. Pour continuer, l’excellent tube « A-Part Of God » idem, ici c’est encore une fois une vraie démonstration de potentiel en matière de créativité, ça reste vraiment impressionnant même après de multiples écoutes ! Je citerai également l’énorme « The Third Flame » et sa mélodie très accrocheuse et ses plans rythmiques biens senties, la très belle ballade « Just Signs » avec un chant clair bien assuré grâce à de bonnes lignes vocales bien placées, comme quoi ! Je n’oublierai pas mon chouchou de l’album à savoir « Drugery », titre personnel à souhait. Ici, les influences sont bien dissimulées pour donner un titre cent pour cent Omnium Gatherum et jouissif du début à la fin. Et pour finir les citations, le fort agréable « Spiritual » et sa mélodie envoûtante comme pas possible !

Pour faire court, Omnium Gatherum c’est une musique remplie de paradoxes, et c’est justement tous ces éléments pourtant si différents qui donnent à ce groupe, une réelle richesse musicale. On retrouve à la fois un sentiment très mélancolique digne d’un Katatonia, des mélodies bien trouvées et qui sortent un peu de nul part un peu dans la technique que Peter Wichers avait crée au sein de Soilwork. Mais toutes ses belles influences ont donné à OG cette science du travail bien fait, et c’est d’ailleurs pour cela qu’aujourd’hui ce groupe est un des plus talentueux de la scène montante Finlandaise. D’ailleurs un petit constat s’impose : les suédois sont bien passés à autre chose, puisque In Flames a changé pour un registre plus fm ainsi que Soilwork, par conséquent, je pense qu’il est vraiment temps de regarder là où il mérite d’y avoir attention, et c’est justement en Finlande que les regards doivent se porter, il n’y a qu’à voir les excellents Insomnium et leurs compos si émouvantes, ou bien encore Mors Principium Est et leur révolutionnaire Moderne Death Mélodique sur The Unborn paru en 2005. Omnium Gatherum est donc de ceux là.
Pour en revenir à Stuck here On Snakes Way, on a finalement un très bon album pour cette année 2007 et je pense que le groupe, qui n’en est qu’à son troisième album, pourrait bien intéresser plus de monde que cela dans les années à venir. Un petit mot s’impose également par rapport à l’artwork, qui est selon moi, est un véritable chez d’œuvre, signé je ne sais qui, celui-ci nous propose un graphisme très profond et qui reste en parfaite alchimie avec le sentiment mélancolique véhiculé par le groupe.
Pour finir, si vous êtes fan de death mélodique, alors Omnium Gatherum sera pour vous une vraie perle, alors plus rien ne vous retient !


01. The Snake and The Way
02. Into Sea
03. Dysnomia
04. A-Part of God
05. Undertaker
06. Bastard-O
07. The Third Flame
08. Just Signs
09. Truth
10. Drudgery
11. In Sane World
12. Spiritual

Les autres chroniques