Live reports Retour
samedi 8 avril 2017 - Shawn

Amon Amarth + Dark Tranquillity + Omnium Gatherum

Le Bikini - Toulouse

Shawn

Anciennement responsable du webzine U-zine.org. Actuellement chroniqueur éclectique et live reporter basé à Toulouse.

Tout est cyclique, on se tue à vous le dire ! Et précisément, alors que le Bikini n’avait plus été en 2016 le théâtre de gros plateaux metal, voici que ce début 2017 en est chargé. Jugez par vous-même : Gojira, Sum41, Kreator / Sepultura, ou encore Amon Amarth, l’intégralité de ces concerts affichant purement et simplement un sold-out. Ne boudons pas notre plaisir, c’est signe que le public sait se bouger. Dommage que ça ne soit que sur des énormes plateaux et que le soutien de la scène locale ne se limite qu’à quelques rares initiatives. Qu’importe, ce soir le death metal melodique est à l’honneur alors direction les pays nordiques !

OMNIUM GATHERUM

S’il est bien un groupe qui n’aura pas franchement marqué les esprits ce soir-là, c’est bien Omnium Gatherum. Originaire de Karhula en Finlande, le sextet nous avait gratifiés l’an dernier d’un 7ème opus, « Grey Heavens », qui, malgré quelques titres sympathiques, n’avait pas renouvelé le genre. Car le réel (et seul ?) intérêt du groupe, réside surtout dans la personne de Markus Vanhala. Seul et dernier membre fondateur encore présent, le Finlandais est aussi et surtout connu pour son travail depuis 6 ans chez les compères de Insomnium. Et sur scène, c’est fatalement le seul qui semble se démarquer.  Souffrant d’une lumière peu valorisante (malheureusement c’est monnaie courante pour les groupes d’ouverture), Omnium Gatherum assure l’essentiel. On notera le très bon titre « Frontiers », sortant notamment du lot, tant en terme de composition qu’au niveau de l’exécution scénique. Dommage cependant que le clavier soit si inégalement perçu en fonction de notre placement dans la salle ! Bref, nos Finlandais auront assuré leur set mais l’effort déployé ne sera sûrement pas suffisant pour marquer les esprits outre mesure.

Setlist Omnium Gatherum :
The Pit
Skyline
Frontiers
The Unknowing
New Dynamic
New World Shadows

 

DARK TRANQUILITY

Peut-on seulement aborder Dark Tranquility sans leur accoler le statut de légende du death mélodique à la suédoise ? Un statut partagé avec  In Flames et At The Gates, tant les trois groupes sont les précurseurs et gardiens du style. Et pour retrouver une trace de leur précédent passage à Toulouse, il a fallu fouiller les archives et remonter jusqu’en octobre 1999 à l’ancien Bikini, en tournée avec In Flames, Arch Enemy et Children of Bodom, rien que ça ! C’est dire si la formation était attendue au tournant et constitue à eux seul une tête d’affiche en soi.  Fort de leur 11ème album, Atoma, sorti en novembre dernier, la formation suédoise était bien décidée à le promouvoir, et c’est assez logiquement que quatre titres de la setlist y seront consacrés, à l’image de Force of Hand qui passe crème sur scène.

Et au-delà des titres, c’est surtout le line-up qui aura pu marquer les esprits. En effet, peu de temps avant le début de la tournée, les suédois annoncent que leur guitariste lead et figure phare du groupe, Niklas Sundin sera remplacé par Christopher Amott (ex-Arch Enemy). Un remplacement de haut standing quand on connait le pedigree des deux guitaristes. Et au final, il semble qu’Amott n’ait pas eu de peine à apprendre rapidement les titres puisqu’on n’y aura vu que du feu. Comme toujours, Mikael Stanne (rien à voir mais le simple fait qu’il fut le premier chanteur de HammerFall me fera toujours marrer) montrera ses qualités de vocaliste et de maître de cérémonie. Maîtrisée, arpentant la scène sur toute sa largeur, sa prestance est notable ainsi que sa maîtrise vocale très juste. Un très sympathique show, à deux détails près : l’absence sur le stand de merch’ de la bière Dark Tranquility (dommage, une Imperial Dry Stout, c’était prometteur), et la méga-surutilisation du vidéo-projecteur. Si ce dernier apporte incontestablement un gros plus à leur prestation en y instaurant une ambiance particulière et très onirique, son utilisation à outrance est nuisible et on se demande si leur show ne serait pas juste « fade » sans cet artifice. A méditer ! 

Setlist Dark Tranquility :
Force of Hand
The Lesser Faith
Atoma
The Science of Noise
Forward Momentum
Terminus (Where Death Is Most Alive)
Clearing Skies
ThereIn
The Wonders At Your Feet
Misery's Crown

AMON AMARTH

Quand on regarde rétrospectivement la discographie d’Amon Amarth, on doit quand même reconnaître qu’il y a un avant et un après. Et le pivot de cette transition se trouve surement dans la doublette « With Oden on Our Side » / « Twilight of the Thunder God », qui, il y a déjà 10 ans, a propulsé le groupe très haut sur les affiches. Et si depuis, la formation suédoise a sorti des albums plus inégaux, sa réputation est désormais faite, tant en live que sur album. Ça n’est donc pas une surprise de les voir revenir sur Toulouse pour soutenir leur 10ème opus, Jomsviking. Et comme pour Dark Tranquility, on s’est penché dans les archives, et on a retrouvé la dernière trace de leur passage sur Toulouse en juin 1998, alors que la France était en pleine effervescence à l’orée d’une coupe du monde black-blanc-beur. L’affiche, alors à l’ancien Bikini avait rassemblé pas moins que Six Feet Under, Deicide, Brutal Truth, Amon Amarth et Dew-Scented ; pas dégueu hein ! Bon, en vrai, on est mauvaise langue car Amon Amarth était passé à Bruguière, à 20 minutes de Toulouse en octobre 2011. C’est d’ailleurs cette date-là qui avait alors lancé l’asso SPM Prod vers des affiches plus imposantes.

Le groupe n’est pas encore entré sur scène qu’un détail nous titille. Le décor de scène en impose puisque la batterie est juchée sur un immense casque viking à cornes. A CORNES ? C’est pourtant un fait bien connu des historiens : le casque viking à cornes n’est qu’une représentation moderne (inspiré par Asterix dit-on parfois), et il est désormais admis que l’image est erronée. Alors pourquoi un groupe comme Amon Amarth, dont les origines vikings sont le fond de commerce peut faire une telle ignominie ? Bref, cessons ici le cours d’histoire.

Sur ces entrefaites, nous apprécierons le premier coup de hache asséné par les Suédois, avec un The Pursuit of the Viking lâché dès le premier titre. BREUM comme dirait l’autre. Si coté setlist, on retrouvera un bon quart des titres autour de Jomsviking, c’est également sans surprise que l’on verra Deceiver of the Gods et Twilight OTTG très à l’honneur. A ce titre, les bons vieux titres tels que « Cry Of The Blackbirds » passent toujours aussi bien sur scène. Et loin de n’être que de la musique, les Suédois nous plongent également dans la culture combative ancestrale avec une démonstration de combat à la hache sur The Way of Vikings.

Autre type de démonstration, le tout nouveau batteur du groupe Jocke Wallgren nous fera une petite démonstration de son savoir-faire avec un sympathique solo de batterie en milieu de set. Dans le pit, l’ambiance est surchauffée et pour cause, la salle est pleine et ce sont 1400 personnes qui s’entassent. Slams, circle pit et autre wall of death sont évidemment de la partie (même si comme toujours on s’étonnera des wall of death improvisés en plein milieu d’un morceau et dont le top départ n’est jamais en rythme).

Pour autant, le groupe bénéficie d’un énorme capital sympathie que le groupe se plaît à entretenir. Ainsi, on verra à plusieurs reprises Johan Hegg, discuter avec son public en français. Après une nouvelle salve (Runes to my Memory), le groupe se retire pour mieux revenir pour un rappel. On notera notamment sur Twilight of the Thunder God la théâtralité et la joie de la mise en scène lorsque la tête d’un Jormungand de 5 mètres de haut débarque sur scène, permettant à l’imposant vocaliste de lui asséner un coup de Mjolnir. Un peu surfait mais toujours marrant sur scène. En bref, Amon Amarth continue son bout de chemin avec une recette éprouvée mais efficace.

Setlist Amon Amarth:
Intro
The Pursuit of Vikings
As Loke Falls
First Kill
The Way of Vikings
At Dawn's First Light
Cry of the Black Birds
Deceiver of the Gods
Tattered Banners and Bloody Flags
Destroyer of the Universe
Death in Fire
One Thousand Burning Arrows
Father of the Wolf
Runes to My Memory
War of the Gods
-----
Raise Your Horns
Guardians of Asgaard
Twilight of the Thunder God

Photos