Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Trivium

The Crusade

LabelRoadrunner Records
styleJeune vieux Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieoctobre 2006
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A peine âgé de 17 ans, Matt Heafy, frontman du groupe, s’est vu signer un premier contrat avec le label allemand LifeForce Records, qui lui permit en 2003, de sortir un premier album Ember to Inferno qui marqua les débuts de Trivium dans un style typé Metalcore. Grâce à cette première sortie, le groupe se fera un nom dans cette scène en pleine phase d’explosion et signera un contrat en 2004 sur le très grand label Roadrunner Records. A partir de cet instant, le groupe connaîtra tout un engrenage made in Roadrunner qui leur permettra en 2005 de sortir l’album de la consécration nommé Ascendency. Consécration vous dites ? Et bien oui car à partir de cet album le quatuor Américain a tout simplement explosé médiatiquement et commercialement. Le groupe tournera de façon massive en Grande Bretagne et aux Etats-Unis mais peinera tout de même à se faire connaître dans le vieux continent. Résultat des courses, plus de 100 000 albums écoulés en Angleterre, une couverture dans le célèbre Metal Hammer, une place de capitaine pour le jeune chanteur au côté de grands noms de la scène Metal tels que Robert Flynn (Machine Head), Joey Jordison (slipknot) et Dino Cazares (ancien fear factory), mais une des récompenses les plus conséquente est tout de même celle du Metal God attribuée à Matt Heafy à seulement 20 ans.

Aujourd’hui, Trivium revient avec un album nommé The Crusade, alors plusieurs questions se posent, est-ce que Trivium ne va pas prendre la grosse de tête et est-ce que le succès accumulé par l’album précédent va en en quelque sorte, « pervertir » le groupe musicalement ? Et bien la réponse est non.
Propre aux de multiples influences Old-School du groupe (Metallica et Megadeth en tête), Trivium remet sur table les influences de groupes des années 80 propre a son enseigne et se détache du cliché des voix hurlées et guitare mélodique mais pas trop. Exit le Metalcore donc et place a l’Heavy Thrash Metal qui aura bercé l’enfance de Matt Heafy et son collègue Corey Beaulieu. En effet, The Crusade n’est autre qu’un concentré d’influences old-school et de structures modernes empruntés à des scènes plus variés et vastes contrairement a ce que l’ont peut être amené à croire.

L’album débute par le très discret « Ignition » qui fait office ici, de titre d’introduction chargé de chauffer les esgourdes mal avertis. Premier constat, musicalement, Trivium a vraisemblablement travaillé son style et nous offre là une musique plutôt bluffante tant ça sonne paradoxalement old-school et à la fois moderne. Le titre qui suit « Detonation », n’est que le prémisse de l’excellence à suivre, à signaler tout de même que Matt Heafy troc ici son chant hurlé pour une voix empruntée à celle de James Hetfield, ce changement attirera pas mal de critiques mais propose tout de même un registre plus intéressant musicalement que sur le précédent album, par ailleurs si bon nombres de personnes dont moi, n’avaient pas appréciés l’album précédent à cause de ce contraste bien trop présent entre les hurlements du chanteur et les parties clean assez mauvaises, ici il n’en est rien, les lignes de chant sont travaillées et très efficaces par moments. Pour en revenir au contenu de cet album, celui-ci nous propose donc pas mal de tubes tels que l’excellent « Entrance Of The Conflagration » et sa structuration très bien mise en place avec son lot de riffs tous plus impressionnants les uns que les autres, on citera également le très entraînant « Anthem (We Are The Fear) » et son passage en « whooo hohoo whooo hoho, whoo hoo hooo !! yeahh hey heyyy !!! » plutôt incitant à la moquerie et c’est le cas de le dire, à citer également, les très bon « Unrepentant » avec une fois encore, une structuration tout simplement irréprochable, le très influencé Thrash « To The Rats », titre direct et catchy au possible, l’excellent « Tread The Floods » et pour finir, le titre de clôture sous forme instrumentale nommé « The Crusade », nous proposant une démonstration de duels guitares assez sympathiques.

Le contenu de ce The Crusade est étonnamment très régulier, et prend tout le monde à contre-pied en proposant un Metal loin de sombrer dans les modes actuelles en s’éloignant des influences metalcore présentent dans les 2 premiers et précédents albums. Malgré tout, n’oublions pas que Trivium est signé dans un label pour le moins rédhibitoire par rapport aux obligations de ventes et d’accessibilité. Ainsi on retrouvera quelques éléments « d’adoucissement » tels que le titre « This World Can't Tear Us Apart » qui est tout simplement calibré radio et qui malheureusement, tâche un peu limage du groupe avec son côté musique pour minettes… Hey les gars, on est pas dupe !
Mis appart ces quelques éléments enrageants, The Crusade est incontestablement un très bon album avec une musicalité conséquente, il faut être vraiment de mauvaise fois pour dire qu’un titre tel que « Entrance Of The Conflagration » est « merdique » tant musicalement c’est recherché, efficace, travaillé et diablement accrocheur !
Pour clôturer avec ce nouvel album, Trivium a pondu l’album de la confirmation et nous propose une musique honnête et travaillée. Si le jeune age de ses quelques membres explique ce côté un peu trop naïf sur certains plans, il est certain que dans les années à suivre, il faudra compter sur Trivium en espérant que Matt Heafy et cie tirent les leçons du temps et qu’ils échappent aux divers chemins de pervertissement musical.
Bon album.


En détails :


Musicalité : 8.5/10
- Trivium Propose un mix intéressant entre culture moderne et ancienne. L’alchimie est très présente et le duo de gratteux nous propose des riffs assez bluffant par moments. Malheureusement, les quelques éléments d’accessibilité rendent parfois les musiques moins intéressantes. Mais gros travail sur le plan musical.

Régularité : 8/10
- Pas mal de tubes dans cet album, le contenu est très travaillé. Avec le succès, le groupe aurait pu se conforter dans sa notoriété et nous pondre un album sans profondeur et véritable envie mais il n’en est rien.

Visuel : 8/10
- Une belle pochette et un art work travaillé dans l’ensemble font que cet album est une réussite sur le plan visuel.

Production : 8/10
- Une production propre a Collin Richardson avec des riffs très mis en avant et une batterie très puissante. Les seuls bémols sont ces quelques effets placés dans le chant de Matt Heafy qui, en étant omniprésents, soustraient beaucoup de naturel dans le chant de ce dernier. Mais bonne production somme toute.


1. Ignition
2. Detonation
3. Entrance Of The Conflagration
4. Anthem (We Are The Fire)
5. Unrepentant
6. And Sadness Will Sear
7. Becoming The Dragon
8. To The Rats
9. This World Can't Tear Us Apart
10. Tread The Floods
11. Contempt Breeds Contamination
12. Rising, The
13. Crusade, The

Les autres chroniques