Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Trivium

Ascendancy

LabelRoadrunner Records
styleNew Way Of American Heavy Metal
formatAlbum
paysUSA
sortiemars 2005
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A peine âgés de 20 ans, les gamins de Trivium débarquent sur le devant de la scène metal avec un second album très influencé par les mouvances actuelles sans pour autant être une pâle copie des groupes leaders de cette nouvelle scène. Ainsi, le quatuor mélange à merveille des influences metalcore, death mélodique, thrash, progressif et heavy pour un rendu new way of american heavy metal.

Preuve de l’ouverture d’esprit des américains, l’intro au piano accompagnée de chants féminins nous plongeant dans une ambiance Apocalyptienne (les violons en moins). S’en suit alors une débauche de rythmiques toutes plus incisives les unes que les autres accompagnées de riffs thrash (l’intro de Rain vaut particulièrement le détour) puis de riffs typés nordiques – non sans nous rappeler les suédois de In Flames -, et d’un chant metalcore alternant les parties brutales et mélodiques d’une façon peu originale mais efficace. Seules quelques élancées heavy de la voix de Matthew Heafy nous rappelle que Trivium n’est pas un groupe cliché et traditionnel.
Tout au long des 12 morceaux de ce Ascendancy, la technicité est au rendez-vous que ce soit au niveau de l’excellente rythmique de Travis Smith derrière ses fûts ou les sublimes riffs assassins et soli de Corey Beaulieu.
On sent clairement que des groupes comme Testament, Overkill et Metallica ont bercé la jeunesse de ses ados, et plus récemment Killswitch Engage, Caliban, Soilwork et donc In Flames.
Le seul véritable reproche qu’on pourrait faire au quatuor est de trop utiliser des éléments et des structures entendus mille et une fois. D’ailleurs, cela se ressent vers la fin de l’album où quelques longueurs pointent le bout de leur nez, mis à part sur l’excellente The Deceived. Mais ce défaut est dû au jeune âge du groupe ayant encore un peu de mal à prendre du recul.

Outre les influences diverses et la technicité des musiciens de Trivium, Ascendancy jouit d’une excellente production et d’un mixage sublime. Lorsqu’on sait que c’est Monsieur Andy Sneap (Machine Head, Testament, Napalm Death, Soulfly…) qui s’est chargé de la touche finale de l’album, on comprend mieux pourquoi le son est si particulièrement bon et qu’aucun instrument n’est sous-mixé par rapport à un autre !
Enfin, le groupe étant signé chez Roadrunner, nul doute que leur promotion sera assurée de la meilleure façon qu’il soit !

Trivium possède toutes les cartes en main pour plaire de par leur style varié, leur son impressionnant et leur signature sur un label qui a les moyens de les propulser aux plus hauts. Surtout que les Américains ont tendance à incorporer de nombreuses mélodies à fois nordiques et prog, ce qui ravira les néophytes du genre et ceux qui surfent sur la vague metalcore et NWOAHM.

1. The End Of Everything
2. Rain
3. Pull Harder On The Strings Of Your Martyr
4. Drowned And Torn Asunder
5. Ascendancy
6. A Gunshot To The Head Of Trepidation
7. Like Light To The Flies
8. Dying In Your Arms
9. The Deceived
10. Suffocating Sight
11. Departure
12. Declaration

Les autres chroniques