Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Necromantia

Ancient Pride

LabelBlack Lotus
styleBlack Metal Atmosphérique
formatAlbum
paysGrèce
sortiejanvier 2004
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

En effet, Ancient Pride fait parti de ces quelques anciens disques de Necromantia que Black Lotus a judicieusement entreprit de rééditer. A l'origine, il était donc sorti en 1997, suite au Scarlet Evil, Witching Black...et je n'omettrai pas de préciser qu'autrefois (jadis, dans les temps anciens), c'était Osmose Productions qui s'était chargé de le produire - et il est, par ailleurs, le dernier opus des grecs de Necromantia à être sorti chez eux. La réédition de chez Black Lotus sort en 2005, et on peut aussitôt remarquer que sa pochette reste tout de même tolérable, si on la compare avec les autres pochettes des précédentes rééditions, mais réellement terne par rapport à la pochette originelle.

En 1997, Necromantia nous avait livré un mini-album d'un Black Metal atmosphérique à quatre titres seulement. La réédition d'Ancient Pride, maintenant sortie chez Black Lotus, nous offre alors ces mêmes quatre titre, plus deux Bonus Tracks : la reprise du titre "The Number of the Beast" d'Iron Maiden, suivie d'un titre qui porte le doux nom de "Spiritforms of the Psychomancer"... Je glisserai quelques mots sur ces deux derniers plus tard.
Ancient Pride s'ouvre sur "The Shaman". Tout d'abord, on constate que la voix s'est de nouveau transformée. Ici, elle s'avère être plus brute et moins retouchée que dans Scarlet Evil, Witching Black. Le rythme est franchement entraînant, et au bout d'une minutes (et quelques), on redécouvre la fameuse basse à 8 cordes qui donne à ce combo grec quasiment toute son originalité. Et bien entendu, cette basse occupe toujours la place culminante dans la musique de Necromantia... On remarquera par la suite qu'on dispose, comme sur les précédents disques du groupe, de ces mêmes soli de basse ravageurs et de ces soli de guitare aux diverses influences néo-classiques. Le premier riff de guitare est enfantin, mais il n'est pas sans dire qu'il est puissant et accrocheur. Vous l'aurez compris, "The Shaman" est un excellent titre. Il s'enchaîne ensuite sur "Ancient Pride", un morceau qui débute sur un petit air de flûte fort sympathique et que l'on pourrait facilement classer dans un registre de Black Metal atmosphérique. Les guitares semblent dans un premier temps se faire dicter par la flûte, mais cette dernière disparaît au fil de la musique, pour laisser place à une guitare acoustique, et pour finalement réapparaître à la fin du morceau. Je ne saurais dire pourquoi, mais "Ancient Pride" me fait étrangement/vaguement penser à certains passages du Dark Medieval Times de Satyricon... Bref, l'album se poursuit avec "For the Light of my Darkness", où les guitares sonnent ma foi très Heavy. Le rythme du titre se révèle être lent, et ce, du début jusqu'à la fin. Tout comme pour "Ancient Pride", "For the Light of my Darkness" pourrait être considéré comme un titre de Black Metal atmosphérique, où l'on introduit un mélancolique et sympathique solo de guitare. Le disque s'enchaîne sur "Each Dawn I Die", puis finalement sur les deux Bonus Tracks... Le cinquième morceau n'est qu'une simple reprise du cultissime The Number of the Beast" d'Iron Maiden, mais avec une voix qui sonne plus Black Metal (et encore).
Enfin, Ancient Pride se boucle en beauté avec "Spiritforms of the Psychomancer", un titre sombre et intense...

Entre les albums de Necromantia que je possède, Ancient Pride s'avère être mon favori, et il n'est pas sans dire qu'il est un très bon (mini-)album... De plus que Necromantia, eh bien c'est culte.

1. The Shaman
2. Ancient Pride
3. For the Light of my Darkness
4. Each Dawn I Die
5. The Number of the Beast (IRON MAIDEN Cover)
6. Spiritforms of the Psychomancer

Les autres chroniques