Chronique Retour

Album

06/02/16 - S.A.D.E

Aborted

Termination Redux

LabelCentury Media Records
styleBrutal Death Metal
formatEP
paysBelgique
sortiejanvier 2016
La note de
S.A.D.E
7.5/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Fêter ses vingt ans de carrière doit être, pour n'importe quel groupe, une certaine satisfaction. Parvenir à tenir sur deux décennies, surtout les deux dernières, au cours desquelles tout s'est accéléré, relève de la gageure, et d'autant plus lorsqu'en cours de route le line-up au complet se fait la malle et que s'ensuit une période de chaises musicales à tous les postes. Et pourtant, c'est dans ces conditions qu'Aborted a traversé les années, mené par l'indéboulonable Sven de Caluwé demeurant seul maître à bord de la boucherie belge. Et donc, en guise de cadeau d'anniversaire, Aborted s'offre et nous offre pour ses vingt ans un EP répondant au nom de Termination Redux et paré d'une pochette rappelant les films de série Z des années 70, en plein dans les thématiques qu'Aborted a déroulées dans sa carrière : le gore, la violence et la médecine façon Mengele.

Et à l'image de la pochette, la musique de ce Termination Redux est un résumé de ce que proposent les Belges depuis leurs débuts : du brutal death ultra hargneux et sans concession. Passée l'intro un peu facile à base de discours menaçant, le morceau titre déboite directement vos jolies tronches à grands renforts de riffs tronçonneuse et de blast bien calés entre les côtes. Aborted n'a jamais fait dans la finesse et ce n'est pas pour ses vingt ans que ça va changer. Le morceau offre quand même une surprise assez réussie, l'utilisation sur le pont de quelques notes de pianos donnant une atmosphère assez particulière, inquiétante presque, renforcée par le chant un peu grinçant de Sven sur le même passage. Reste que c'est la grosse branlée dans l'ensemble, Vestal Disfugurement Upon The Sacred Chantry est absolument brutal, agression sans fioriture. Sven utilise ses deux chants de prédilection de manière assez égale, comme sur les derniers albums, tantôt la grosse voix dégueulante, tantôt le cri éraillé bien coléreux.

Comme toujours chez Aborted, les compos vont à 200 à l'heure, les parties batterie sont chiadées, à la fois brutales et ultra-précises et c'est clairement l'un des gros points forts d'Aborted sur toutes ces années : le soin apporté aux détails. Aborted, malgré sa propension à briser des nuques à la chaîne, est passé maître du détail qui tue, de la petite touche bien placée qui fait mouche à chaque écoute, le petit break qui fait dire "yes" à haute voix, même dans le métro, avant de headbanguer sur le tapis de double qui vient derrière. Même si la recette appliquée reste la même depuis quelques temps, il y a toujours à l'écoute d'une nouvelle sortie estampillée Aborted, la certitude d'avoir ces petits instants de pur plaisir, en plus de celle de se manger de l'agression. Parce que même avec seulement cinq titres, ce Termination Redux vous laisse sur les genoux en fin de parcours. Les quelques passages où le tempo se pose un peu ne sont là que pour rendre le rédemarrage encore plus efficace et bordel que ça cogne. Une fois de plus la production est bien compacte tout en gardant une petite touche de crasse qui a pu manquer sur certains albums. Ici la basse bien baveuse offre un contrepoint aux guitares relativement cliniques, et c'est excellent. La fin bien lourde de The Holocaust Re-Incarnate laisse justement la place à la basse de faire sentir sa poisse, et clôt cet EP sur une touche cradingue bien sentie.

Termination Redux fête les vingt ans d'Aborted en annonçant une chose : vous allez encore manger de la violence pendant quelques années. Sans énorme surprise, cet EP offre aux fans un bel amuse-gueule en attendant un album qui ne saurait tarder, d'autant plus beau, l'amuse-gueule, qu'il n'est disponible qu'en version vinyle. Un cadeau pour les fans de toujours donc, mais surtout l'assurance que la suite arrive et qu'elle sera brutale. Et ça, c'est un plaisir qui ne se boude pas.

Tracklist de Termination Redux :

01. Liberate Me Ex Inferis
02. Termination Redux
03. Vestal Disfigurement Upon the Sacred Chantry
04. Bound in Acrimony
05. The Holocaust Re-Incarnate

Les autres chroniques