Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Slipknot

9.0 : Live

LabelRoadrunner Records
styleSlipknot
formatAlbum
paysUSA
sortienovembre 2005
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Autant les deux derniers albums de Slipknot ne me font plus que ni chaud, ni froid à l’heure actuelle, autant en live, quelque soit leur concertet pourtant, j’en ai vu des lives de Slipknot ! - je prend ma claque assurément ! En effet, les 9 de Des Moines sont une véritable machine de guerre sur scène qui détruit tout sur son passage avec une facilité déconcertante ; nous offrant au passage, un show parfaitement rôdé et réglé au millimètre près ne laissant place à (quasi) aucune spontanéité de la part de l’hydre à 9 têtes. Il faut reconnaître que 9 gugusses s’excitant sur leurs instruments et déambulant le long de la scène pendant tout le concert, ça occupe forcément la scène sans trop de problème, faisant ainsi oublier les nombreux travers de la voix de Corey Taylor.
En apprenant que Slipknot allait sortir un album live, je craignais que l’on ait le droit à un nouvel album studio aux allures de best-of tant l’équation Slipknot + Roadrunner + Colin Richardson le laissait porter à croire. Et bien oui et non…

Oui, tout d’abord, car c’est bel et bien un best-of que nous avons là, vu que tous les grands classiques de Slipknot sont présents de Spit It Out à The Nameless en passant par Left Behind, couvrant ainsi la très longue discographie du groupe… C’est-à-dire 3 albums ! Le son quant à lui et tout simplement nickel, pratiquement tout droit sorti du studio, et le public est à peine audible, si ce n’est entre les morceaux ou lorsque Corey s’adresse de temps à autres au public de différentes contrées (Las Vegas, Phoenix)… Et oui, vous avez bien lu, ce CD live est un pot pourri de diverses prestations lives du combo en 2005 lors de leur tournée The Subliminal World Tour, les lives de Slipknot n’excédant jamais 1h20. Toutefois, tout n’est pas pur produit studio car on retrouve plusieurs gimmicks propres au live…

Tout d’abord, le mixage de Colin Richardson se rapproche de la réalité du live, c’est-à-dire une batterie triggée très mise en avant mais extrêmement efficace, Joey Jordison alternant blasts avec des plans plus conventionnels mais aux rythmiques boostées. On saluera sa prestation sur les titres les plus death du groupe comme Eeyore ou Get This. D’ailleurs, comme lors de tous ses lives sur la tournée Iowa et sur la dernière tournée US, #1 nous gratifiera de son Drum Solo - même si l’histoire ne nous dira pas s’il y avait batterie pivotante ce jour-là ou non -. Les percussions sont également à l’honneur sur ce live, tout comme en situation réelle. Quant à la voix de Corey Taylor, elle est fidèle aux prestations scéniques du groupe, alternant le meilleur avec le pire ! En effet, le brailleur assure certes parfaitement ses parties mélodiques (The Nameless) mais montre très vite des signes d’essoufflement dès qu’il s’agit de gueuler comme d’antan. Get This perd ainsi toute une partie de son mordant, mais c’est également frappant sur les nouveaux morceaux comme Duality.

Parlons maintenant du concert en lui-même, on y retrouve donc tous les singles de Slipknot permettant à tout fan de se replonger dans l’univers du groupe qu’il soit "brutal" (Eyeless, Surfacing, People = Shit, (SIC) voire Three Nil), glauque (Purity, Everything Ends, Iowa ou , Skin Ticket - jouée une seule et unique fois dans l’histoire du groupe pour le CD live, ce qui prête sourire...) ou neo (Wait And Bleed, Spit It Out, Before I Forget ou Duality). Pourtant, on ne ressent pas ce côté live crade et brodélique propre à tout show de Slipknot, qui me fait frissonner à chaque extinction des lumières… Ici, pas la moindre émotion ne se dégage, ce qui est assez frustrant et il m'a fallut toute les peines du monde pour pouvoir rentrer dans l'univers Slipknot live à l'écoute de cet album !

Cet album live est donc un parfait best-of à la fois pour découvrir ou approfondir sa culture dans les noeuds coulants au travers des deux heures d'audio. Les fans y trouveront également leur compte, pouvant enfin entendre Skin Ticket en live, mais surtout pour le superbe livret qui accompagne l’album. Néanmoins, écouter Slipknot en concert sans les images, c’est comme écouter un match de Tennis à la radio… On sent que ça pourrait être excellent, mais impossible de rentrer dedans ! C’est en fait ce seul véritable point qui me dérange véritablement en écoutant 9.0 : Live, car je n’ai jamais ressenti ça une seule seconde en écoutant le live de Sepultura Under A Pale Grey Sky, également chez Roadrunner.

CD 1

1. The Blister Exists
2. (sic)
3. Disasterpiece
4. Before I Forget
5. Left Behind
6. Liberate
7. Vermilion
8. Pulse Of The Maggots
9. Purity
10. Eyeless
11. Drum solo
12. Eeyore

CD 2 :

1. Three Nil
2. Skin Ticket
3. Iowa
4. The Heretic Anthem
5. The Nameless
6. Everything Ends
7. Duality
8. Spit It Out
9. People = Shit
10. Get This
11. Wait And Bleed
12. Surfacing

Les autres chroniques