Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Cannibal Corpse

The wretched spawn

LabelMetal Blade Records
styleBrutal death
formatAlbum
paysUSA
sortiemars 2004
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Cannibal corpse, le plus grand groupe de la scène Brutal death vient assouvir l’appétit anthropophage de ses fans, en sortant un neuvième LP, du nom de The Wretched Spawn. La pochette (version non censuré) est une des plus gore visuellement (on se rappelle des covers très sanguinolentes de Butchered At Birth et Eaten Back To Life), et promet de nous offrir comme d'habitude une belle boucherie sonore.

D’album en album, Cannibal corpse n’a cessé de s’améliorer techniquement, pour se rapprocher de plus en plus de la perfection (la chanson qui me marque le plus à chaque fois est la cultissime "Hammer Smashed Face", du Live Cannibalism, tant la coordination des instruments semble tutoyer la perfection). Les deux dernières chansons Bent backwards and broken et They deserve to die sont des titres d’une grande complexité. Le tout ne serait pas si énorme sans l’apport de Neil Kernon à la production (producteur de deicide entre autre), même si celle-ci est loin de faire l'hunanimité. Alors quoi de neuf sur ce nouvel opus ? Rien de spécial, Cannibal corpse fait toujours du Cannibal corpse, le son le plus brutal qui soit, avec au chant un Fisher qui écorche autant les mots quand il le faut. Je ne m’attarderai pas sur une description detaillée des morceaux, sinon que Blunt force castration fait partie des chansons les plus rapide de l’album.

Néanmoins, avec Festering in the crypt, on est en présence d’un des morceaux les plus lents et les plus accessibles de la discographie de Cannibal corpse, tant au niveau du chant (oh miracle, le chanteur articule presque les mots) que dans les instruments (la double pédale se faisant beaucoup moins audible). Mais ne croyez pas pour autant que la bande à Georges "corpsesgrinder" Fisher se soit mise à faire de la musique qui apaisera mémé , c’est mal les connaître.

L’album est accompagné d’un making off ridicule, qui ne redore pas vraimment le blason de Cannibal corpse, et c'est à se demander si ils n'ont pas réellement un cerveau completement mort parfois, comme celui des zombies illustrant la couverture de leur pochettes. Mais je ne doute pas qu'ils se fouttent pas mal de l'image qu'ils peuvent véhiculer, ils font ce qui leur plaît, et c'est tant mieux.

Cannibal corpse nous offre au final avec The Wretched Spawn très peu de changement par rapport au reste de leur discographie (pour apprécier les infimes innovations du cd, il faut être au moins un die hard fan acharné du groupe), mais semble apporter à leur musique une touche encore plus technique. Ils nous ressort sans surprise les ingrédients qui ont fait le succés planetaire du groupe dans le milieu death, ça tombe bien on ne leur en demandait pas plus, un changement de voie radical un jour ne serait pas du goût de certains me semble t-il. Du gore du gore et encore du gore, Cannibal corpse est immortel.


1. Severed Head Stoning
2. Psychotic Precision
3. Decency Defied
4. Frantic Disembowelment
5. The Wretched Spawn
6. Cyanide Assassin
7. Festering In The Crypt
8. Nothing Left To Mutilate
9. Blunt Force Castration
10. Rotted Body Landslide
11. Slain
12. Bent Backwards And Broken
13. They Deserve To Die

Les autres chroniques