Live reports Retour
mardi 24 mars 2015 - Shawn

Finntroll + Hatesphere + Profane Omen

Le Metronum - Toulouse

Shawn

Anciennement responsable du webzine U-zine.org. Actuellement chroniqueur éclectique et live reporter basé à Toulouse.

Alors que Trollhorn, clavieriste compositeur du groupe passe son temps à troller la marque de vêtement H&M, ses petits compagnons sont eux sur la route pour une tournée rendant hommage aux 10 ans de la sortie de Nattfödd, considéré par beaucoup comme leur meilleur album. En effet, si Nattfödd est devenu avec le temps une pierre angulaire du folk metal, il a aussi rencontré beaucoup de succès et a confirmé Finntroll comme un groupe établi. Une célébration en grande pompe où la formation finlandaise n’hésitera pas à jouer l’album en question dans son intégralité et dans l’ordre ! Pour accompagner Finntroll sur cette tournée débutée en septembre / octobre, rien de moins que les danois de Hatesphere et les compatriotes finlandais de Profane Omen.
 

PROFANE OMEN

C’est drôle comme un groupe peut réussir à se placer en première partie de formations n’ayant musicalement rien en commun … Et c’est bien là le mystère de Profane Omen. Alors qu’on avait déjà vu le groupe en ouverture d’Ensiferum en 2012 au Bikini, le revoilà donc 2 ans et demi plus tard en première partie de Finntroll. Comment diable un groupe de groove metal, plus proche d’un Devildriver ou d’un The Haunted, arrive-t-il à deux reprises à se placer sur une tournée de 20 dates d’un groupe de folk metal ? Est-ce parce que le groupe finlandais profite d’une multitude de groupe réputé dans ce genre dans leur pays ? La réponse est-elle a chercher du coté de Spinefarm Records ?

 

Quoi qu’il en soit, même si on aurait clairement préféré un groupe plus cohérent (Finsterforst ? Les excellents russes de Svartby ? Voir même, quitte à rêver un Manegarm …), le groupe passe relativement bien. Relativement, oui. Car même après deux tournées européenne en compagnie de gros groupes, et après avoir écumé un grand nombre de salle, le groupe a toujours la prestance d’une formation d’ouverture. Le groupe n’a pas évolué d’un iota depuis leur dernier passage. Scéniquement, ça sonne cliché, des poses de Jules Näveri le chanteur jusqu’au simili-duels de guitares. En fait, le seul truc vraiment cool chez Profane Omen, c’est la coupe de cheveux de leur guitariste, mix calvitie-dread ! Bref, on est mauvaise langue, mais au fond, l’idée est là : Profane Omen, malgré 4 albums, reste clairement un groupe de seconde zone. Si le groupe a du potentiel, il est encore trop mal exploité, preuve en est avec leur dernier opus, Reset, sorti il y a tout juste un an, qui sonne très convenu. Pas mauvais, mais vraiment pas transcendant.

Wastehead
Sonic Wings
Bound to Strive
The Instigator
Trails
Giab
Painbox

 

HATESPHERE

Voilà, on y est. Si Profane Omen était l’exemple même du groupe qui s’est retrouvé là par on ne sait quel hasard, Hatesphere en est l’antithèse. Si le groupe n’a rien en commun musicalement avec Finntroll, il a en revanche un background énorme. Jugez plutôt : 32 ans d’existence (si l’on compte les années ou le groupe s’appelait Necrosis) et 8 albums. Les danois ont de la bouteille et il suffit de quelques secondes sur scène pour se rendre compte qu’on entre directement dans la cours des grands. Mené par leur charismatique chanteur Esben Hansen, les danois sont venus pour frapper fort et c’est exactement ce qu’ils vont faire.

 

N’ayant pas de nouvel album à défendre, on se retrouvera un peu face au même set que Hatesphere avait proposé lors de leur passage au Saint des Seins en octobre 2013 en première partie de Hypocrisy. En effet, la quasi-totalité des titres joués ce soir l’avaient déjà été il y a un an et demi. Pas grave en soi, vu ce que la formation dégage en live : une énorme énergie, doublée d’une bonne humeur communicative. Le groupe jouit d’un capital sympathie énorme et arrivera à faire bouger le public en un rien de temps. Avec d’excellents titres comme Resurrect With A Vengeance ou la destructrice Sickness Within, Hatesphere frappe fort là où ça fait mal, provoquant wall of death et autres circle pits. Une excellente première partie que l’on ne se lasse pas de voir et revoir. A quand le groupe en tête d’affiche dans une petite salle type le Saint des Seins, pour un set plus long et sans crash-barrière ?

The Fallen Shall Rise in a River of Blood
500 Dead People
Murderous Intent
Resurrect With A Vengeance
Murderlust
Iconoclast
Disbeliever
Drinking With the King of the Dead
Forever War
Sickness Within

 

FINNTROLL

Finntroll, c’est un peu des habitués de l’étape. On avait déjà vu le groupe en octobre 2013 au Bikini lors de la tournée de promotion pour l’album Blodsvept. Et, clairement, il ne s’est rien passé de bien foufou pour nos trolls finlandais depuis cette date. Bon, les puristes objecteront l’album live sorti en 2014, mais le groupe n’est pas repassé en studio depuis maintenant plus de deux ans. Pire encore, leur jeu de scène, à base d’oreilles pointuse n’a pas bougé d’un iota depuis de dernier opus. On s’était donc rapidement interrogé sur le bien fondé de cette tournée étant donné le peu d’éléments neufs à proposer.

 

Comme beaucoup, on a été rapidement rassuré par lorsque le groupe a annoncé que cette tournée sera un hommage célébrant les 10 ans de la sortie de Nattfödd, et précisé que l’album sera joué dans sa totalité. Et effectivement, le groupe entre sur la pointe des pieds lorsque les premières notes de Vindfärd débutent. Et vraiment … vraiment … mais quel bonheur de pouvoir assister à un tel moment en live ! Nattfödd en entier !! L’album qui avait marqué le folk metal d’une pierre blanche pour en établir de nouveaux codes et ses passages mythiques : le break de Manniskopesten, les chœurs de Fiskarens Fiende, la rythmique rapide et festive de Ursvamp … Certains fans peu au courant s’étonneront d’entendre Trollhammaren aussi tôt dans le concert, mais c’est bien là le concept : l’album joué en entier et dans l’ordre !

 

Coté public, il suffit de deux titres pour installer une ambiance festive, conviviale et fraternelle comme le folk metal sait si bien le faire. Des circle pits débutent parfois sans raisons mais qu’importe, la bonne humeur est communicative, on aura même aperçu un Human Surfboard l’espace de quelques instants. Nos finlandais vivent pleinement le moment même si on a senti par moment des phrases d’absences où certains musiciens semblent perdus dans leurs pensées. Néanmoins, le concert sera l’occasion de constater l’arrivée de MörkÖ, nouveau batteur du groupe, qui remplace Beast Dominator (#NomPourri) qui se consacre désormais uniquement à l’excellent Shape of Despair, perle du funeral doom à la finlandaise.

 

Une fois les derniers titres de Nattfödd terminés, le groupe n’en reste pas moins sur scène et proposera un petit best of de leurs meilleurs titres couvrant l’ensemble de leur discographie. L’accent sera néanmoins mis sur Blodsvept (il faut bien assurer la promo du dernier bébé !). Finntroll n’en oubliera pas ses premiers amours avec l’excellent enchainement Slaget Vid Blodsälv / Jaktens Tid, montrant le coté plus sombre du groupe. Une alternance entre titres festifs plus récents et de titres plus telluriques, rappelant judicieusement l’esprit troll tant apprécié par les fans. En bref, même si Finntroll ferait bien de retourner rapidement en studio nous proposer du nouveau matériel, en live, le groupe n’en demeure pas moins un incontournable. Nattfödd en entier, l’occasion était immanquable !  

Vindfärd (intro)
Manniskopesten
Eliytres
Fiskarens Fiende
Trollhammaren
Nattfödd
Ursvamp
Marknadsvisan
Det Iskalla Trollblodet
Grottans Barn
-----
Blodsvept
Mordminnen
Solsagan
Intro (Midnattens Widunder)
Svartberg
När Jättar Marschera
Nedgång
Slaget Vid Blodsälv
Jaktens Tid
----
Skogsdotter
Häxbrygd
Under Bergets Rot
Rök (outro)

 

Merci à SPM Prod (Fred, Paz & toutes les équipes bénévoles) pour cette date, merci à Jess pour la recette du houmous et pour les crêpes, et merci à Paul pour cette belle soirée !

Photos