Chronique Retour

Album

05/03/15 - Leviathan

Melechesh

Enki

LabelNuclear Blast Records
styleBlack/Thrash Metal
formatAlbum
paysPays-Bas
sortiefévrier 2015
La note de
Leviathan
8/10


Leviathan

L'Art n'a aucune limite, peu de personnes en ce bas monde sont capables d'admettre ou de comprendre ce qui se cache derrière ces mots. Les formations Metal originaires du Moyen-Orient ont bien des difficultés à évoluer dans leur pays, là où l'archaïsme et le fondamentalisme religieux font rage depuis des siècles. Certaines entités ont été obligées et même contraintes de quitter leur terre natale pour s'installer dans des contrées moins hostiles. A défaut de pouvoir s'exprimer sans prendre le risque de finir au bout d'une corde, l'exil est sans conteste la meilleure option pour exprimer librement ses inspirations.

Les Néerlandais d'adoption de Melechesh originaires de Jérusalem se manifestent en ce début d'année par le biais de Enki, successeur de The Epigenesis publié en 2010. Quoi de mieux qu'une nouvelle salve de Metal oriental brûlant pour contraster avec les hordes scandinaves qui nous les gèlent tout au long de l'année ?

Black Death Middle Eastern Folk Metal !! ? WTF ! L'étiquette est grossière, pour moi Melechesh évolue dans un registre Black Metal fortement marqué par le Thrash Metal et un goût prononcé pour l'ésotérisme. Les éléments folkloriques (instrumentalement parlant) ou Death Metal sont presque inexistants dans la musique de Melechesh, à l'exeption de Doorway To Irkala sur Enki, qui est une piste orchestrée grâce à des instruments traditionnels.

Plus on écoute Melechesh plus on se rend compte qu'Absu est la principale influence du quatuor. Le passage de Proscriptor Mc Govern dans le groupe a été déterminant. Melechesh navigue dans un registre musical très similaire, bien que les Néerlandais développent des thèmes plus incandescents et sahariens.

Melechesh s'était, à mon sens, légèrement fourvoyé avec The Epigenesis, dévoilant une musique moins agressive et  plus progressive qu'à l'accoutumé. Enki renoue avec les inspirations passées, l'agression et le mordant sont de retour. Les neufs tempêtes de sable composant l'opus se présentent à nous tel des maelströms sonores et c'est peu de le dire. Dès l'ouverture, les vents de Tempest Temper Enlil Enraged nous lacèrent les tympans à grand renfort de blast beat et de riffs acérés. Le groupe rivalise donc sans mal avec les tempi effrénés d'un Witchmaster, bien que la vitesse ne soit pas l'élément principal ici. Sur Enki, Melechesh dévoile des thèmes d'une richesse acoustique incontestable, fouillés et sophistiqués. Comme l'excellent Lost Tribes et ses riffs punisseurs mélodiques subtilement travaillés. L'essentiel des ambiances émane d'un mur érigé par des guitares volcaniques et dantesques. Les compositions aux structures alambiquées s'embrasent entre breaks foudroyants et émanations sulfureuses. Les flammes des hymnes crépitent et confèrent à Enki une grande musicalité. Comme à son habitude Melechesh nous sert des titres épiques à l'architecture pharaonique allant jusqu'à 12 minutes sur The Outsiders.

Je dois avouer être agréablement surpris de voir une telle production estampillée Nuclear Blast. A quelques exceptions prêt, ce label produit des groupes de "musique" de masse misant tout sur l'image et relayant la créativité dans les abysses. Melechesh a mis le paquet et sait que les guitares sont le fer de lance du Metal. De ce côté, les riffs sont tranchants et puissants. Les guitares me rappellent, dans l'esprit, celles de Those Whom The Gods Detest de Nile, bien que dans un registre sonore différent. On sent que les riffs sont au service de la musique et des ambiances, la démonstration n'est pas de la partie. L'enregistrement est dense et intelligible, sa principale qualité est de rester en équilibre sans jamais tomber dans les sons stériles et gonflés, ou de l'autre côté dans la production faiblarde et inaudible. Puissance, intensité et dynamisme sont donc les atouts de Enki.

Enki annonce enfin le retour du grand Melechesh, celui qui nous avait servi les piliers que sont Sphynx et Emissarie. Les cinq années de silence ont permis au groupe de trouver la quiétude nécessaire pour nous délivrer en 2015 une musique riche en influences métalliques et moyen-orientales. Si le précédent opus vous a laissé sur votre faim, je  ne peux que vous conseiller cette nouvelle offrande.

 

Track listing :

01. Tempest Temper Enlil Enraged     
02. The Pendulum Speaks 
03. Lost Tribes
04. Multiple Truths
05. Enki - Divine Nature Awoken     
06. Metatron and Man     
07. The Palm the Eye and Lapis Lazuli
08. Doorways to Irkala
09. The Outsiders      

Les autres chroniques

Album

oct. 2006 U-Zine

Melechesh

Emissaries