Live reports Retour
samedi 20 juin 2009 - U-Zine

Hellfest 2009 - Samedi (jour 2)

Open air - Clisson

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

SAMEDI 20 JUIN


Liste des groupes commentés :
Offending - Gama Bomb - Providence - Grand Magus - Dagoba - Vader - Koritni - All Shall Perish - Pain - Skinless - DevilDriver - Heaven Shall Burn - Aura Noir - Cradle Of Filth - The Business - Moonsorrow - Soulfly - Immolation - Gojira - Kickback - The Misfits - Enslaved - Machine Head - Killing Joke - Sacred Reich - Marilyn Manson - Cro Mags
 

OFFENDING

Caacrinolas : C’est par le gagnant du Sin Cession que commençait cette journée du samedi, et ce groupe n’est autre que les petits gars d’Offending, donc inutile de dire que voir un groupe hébergé sur U-zine au Hellfest ça fait carrément plaisir. Et encore plus quand la musique proposée dévaste tout. Car oui Offending malgré une affluence quelque peu clairsemée (horaire oblige) en aura retourné plus d’un avec un death de haute voltige mené par un frontman plus qu’impressionnant. Ne reste plus désormais qu’aux Français de sortir leur premier album et de montrer comme il se doit au reste que la France compte encore une fois de très bons groupes de death.

m.Kekchoz : Presque toute la rédac d'U-Zine au premier rang pour applaudir nos potes d'Offending ! Parce qu'il faut bien le dire, en plus d'être nos potes, ça envoie du lourd ! Du très lourd ! Vraiment hâte d'écouter ce premier album, car sur scène, les nouveaux morceaux font mal ! Viiiite !

Aghahowa : ++
Très bonne entame de samedi avec Offending. Du bon gros death qui tâche, avec ce je ne sais quoi d’expérimental, qui fait que leur son est unique. Le groupe en impose en live, avec pas mal de charisme, et Jesus The Butcher, leur chanteur, assure bien la liaison groupe – public, avec pas mal d’énergie. L’accueil fut bon, et beaucoup de gens ont apprécié la découverte.

Shawn : Un groupe d'U-zine au Hellfest !! La brutalité à l'état pur !! Pour rappel, le combo de brutal death a gagné sa place en remportant le tremplin Sin Cession à Limoges (où j'étais présent), puis à Lyon lors de la finale. Et c'est avec un drapeau de fond de scène comportant leur nom, surplombant un magnifique U-zine.net, que le groupe rentre sur scène. Un set carré, direct, sans concession. Jesus The Butcher, le chanteur est toujours aussi impressionnant et le groupe est toujours aussi massif sur scène. Le groupe cherche toujours un label pour la distribution et la promotion de leur prochain album "Human Concept", en espérant que le Hellfest puisse le leur apporter.

Hraesvelg : Bien que l’affluence semble réduite, les dimensions de la tente (prévue pour accueillir 6000 spectateurs) y sont pour beaucoup et il y a plus de monde que la veille pour Orakle. Confirmation de ma première impression : ce n’est pas excessivement mon truc mais les morceaux butent et sont vraiment denses. Grosse énergie dégagée par l’ensemble du groupe (alors que ça ne doit pas être évident d'être d'attaque si tôt le matin), set carré. Le son s’est considérablement amélioré comparé à vendredi.

GAMA BOMB

Aghahowa : -

Du thrash sans saveur, beaucoup moins à l’aise que les autres groupes de revival thrash, du type de EvileFueled By FireWarbringer, etc. Oui, ils étaient sympas, mais ça n’a pas volé bien haut.

PROVIDENCE

Caacrinolas : 11H30, l’heure idéale pour faire du sport, et quoi de mieux qu’un petit concert des parisiens de Providence pour se défouler comme il se doit ?? Providence pratique donc un beatdown tout ce qu’il y a de plus commun mais au combien direct et efficace. Alliant brutalité et groove, le tout saupoudré d’une légère touche d’humour et d’un chauvinisme Parisien qui ne sera pas pour me déplaire, le groupe n’aura eu aucun mal à foutre le public dans sa poche, à tel point que celui-ci ira même jusqu'à exécuter des pompes à la demande du chanteur sur une reprise du thème de Rocky.
Mais Providence c’est avant tout LE tube que tout parisien se doit de connaître, l’hymne même de tout hools qui se respecte, j’ai nommé « This Is Filthy Paris » et son refrain dévastateur, c’est donc sur ce tube que s’achève une demi-heure bien burnée qui ne demande qu’a être revécu prochainement en compagnie d’Agnostic Front. THIS IS PARIS.

GRAND MAGUS

Orion : Ce groupe ne vous dit sans doute rien mais sachez que c'est un des groupes de Doom Metal les plus respectés. Evoluant dans un Doom Epique parfois très Stoner ou Heavy, les suédois ont parfaitement su combler les fans malgré un son approximatif par leur joie contagieuse et surtout par la qualité de leur prestation.

Aghahowa : ++
Un show de qualité que j’ai apprécié, en dépit de mes divergences musicales avec leur style. Ils m’ont convaincu.

DAGOBA

Aghahowa : +
Une prestation plutôt positive, avec une bonne présence scénique et un public accueillant. Bon, après, musicalement, je n’aime pas du tout, donc ça s’arrête là.

m.Kekchoz : Après la meilleure blague de l'année 2008, Dagoba est largement descendue dons mon estime. Je tente une approche sur la Main Stage en espérant que peu de titre du dernier opus soient joués. Et bien non, on a dut se taper les dernier morceaux nokia-core... Heureusement, un « The Man You're Not » s'est faufilé dans la set-list, et puis il faut avouer que les marseillais savent tenir un public, mais le reste des morceaux vomitifs finiront par m'achever et à me convaincre de m'en aller très vite.

Hraesvelg : Agréable découverte que ce groupe puisque je m’attendais à vraiment pire compte tenu de ce que j’avais lu ici où là. Oui les types se la racontent, oui le batteur en fait des tonnes mais la musique, toute mainstream qu’elle soit, est relativement extrême et jouée carré. Vu la jeunesse du public, si celui-ci peut ensuite être conduit à s’orienter vers des musiques plus exigeantes autant commencer par Dagoba que par du R’n B.

VADER

Shawn : Cela faisait un petit moment que je désirais voir Vader. Et je dois reconnaître que leur concert au Hellfest m'a profondément déçu. Le son, d'une qualité très discutable, d'une part, et le manque de pêche du groupe, d'autre part, ont fait que le concert n'a pas été aussi bon qu'il aurai du. Fort dommage, surtout pour un tel groupe.

Hraesvelg : Vader envoi du bois, comme d’habitude, ni plus … ni plus. Moins impressionnants qu’en 2007 et que récemment à Paris. Toutefois le batteur envoi de la bûchette avec une impression de facilité déconcertante. Un jour sans tout simplement.

Aghahowa : --
Enorme déception ! Le premier show de Vader que je vois, qui est raté. Des musiciens pas en forme, un son très mauvais, Vogg (guitare) qui a des soucis de branchement pendant 3 morceaux. Que de loupés. Heureusement, il y a toujours les « tubes » des polonais pour raviver la flamme.

Caacrinolas : Le problème avec les groupes comme Vader c’est qu’a force de les voir sans cesse tourner, on fini par s’en lasser, il s’agissait donc du 3ème concert de Vader que je voyais en moins d’un an et demi, et si ce concert à confirméencore une fois que le nouveau line-up était béton il m’a aussi confirmé que ce groupe commence à m’ennuyer en live. La faute ce coup à une motivation plutôt moyenne et à une set-list qui ne décollera qu’avec l’enchaînement « Carnal »-« Wings », soit les deux derniers morceaux. En espérant que le nouvel album relève le niveau…

KORITNI

Shawn : Ayant découvert leur musique sur Internet avec l'album "Game Of Fools", j'étais curieux de voir en live ce groupe. Tirant entre AirbourneBlack Stone Cherry et Nashville Pussy, leur hard rock est tout ce qu'il y a de plus abordable ! Sur scène, c'est une réelle énergie bonne enfant qui s'en dégage. Lex, le chanteur n'hésitera pas à descendre dans la fosse aux photographe pour chanter. Mention spéciale à la jolie jeune fille qui agrémentera le live de sa poitrine !!

Aghahowa : +
Bonne présence sur scène, avec un leader très proche du public. Musicalement, je n’ai pas pris autant mon pied que par le passé avec ce groupe. L’accueil fut timide, en dépit d’une spectatrice qui exhibait ses seins.

Hraesvelg : hélas bien peu de monde devant la Mainstage pour un show très classe qui aurait mérité une meilleure place sur l’affiche. Set énergique sous un soleil radieux. Son au top et public réactif au rock groovy et sensuel délivré par le combo. Un petit coucou à la très jolie demoiselle qui a égayé notre journée de sa jolie poitrine.

ALL SHALL PERISH

m.Kekchoz : Une de mes grosses attentes de ce Hellfest puisqu'All Shall Perish fait partie de mes groupes fétiche ! Je n'ai vraiment pas été déçu, les Américains nous ont offert un set de haute qualité et très pro, et aucun pain à l'horizon ! Mais un grain de folie supplémentaire n'aurait vraiment pas été de trop.

PAIN

Orion : Le groupe de Peter Tagtgren, le frontman d'Hypocrisy, a sorti aujourd'hui sa machine à tube pour nous combler. Il n'oubliera aucun de ses grands tubes (« It's Only Them », « Same Old Song », « Zombie Slam » et évidemment « Shut Your Mouth » en final) et délivrera une prestation vocale bluffante prouvant qu'il est l'un des meilleurs chanteurs de la sphère Metal, n'hésitant pas à gueuler un peu plus que sur album tout en restant très juste sur ses parties claires.

SKINLESS

Hraesvelg : Un des grands moments de n'importe quoi de ce HellFest 2009. Un show au départ sympa, sans plus, qui part soudainement en vrille pour devenir monstrueux : on sent le chanteur bien chaud, monter en pression, il enchaîne les vannes, se met debout sur les barrières, slamme, demande au pit de se scinder : on attend un choc frontal bien violent et là, pan ! Du Jackson ("thriller") version dance, tout le monde hilare, sécurité comprise (qui ne perdras pas sa bonne humeur lors de l’envahissement de la scène). Musicalement pas si marquant (du brutal death bien fait) mais LE frontman du HellFest.

Caacrinolas : Le voila le concert le plus fou du week-end. Skinless se fait plutôt rare en Europe, donc inutile de dire que lorsqu’ils débarquent ce n’est pas pour faire de la figuration. Avec un Jason Keyser toujours aussi impressionnant de charisme, le groupe va nous livrer 40 minutes de pures brutalité, et c’est sans compter sur les samples aidant l’ambiance entre le petit jingle « Show Me Your tits » et l’intronisation du Zombie Wall Of Death sur le "Thriller" de Michael Jackson (qui aux dernières nouvelles n’aurait pas supporté et en serait mort) c’était du grand n’importe quoi. Et comme Skinless se fout de tout, le groupe va se payer le luxe d’être le tout premier groupe de l’histoire du Hellfest à faire monter le public sur scène sur le dernier morceau, non réellement l’un des meilleurs concerts de cette année, voire peut-être même du Hellfest tout court.

Aghahowa : ++++
Une sacré claque ! Du gros death sans fioritures, un leader charismatique, un public motivé… Et une surprise ! Un wall of death spécial Michael Jackson (1 semaine avant son décès), qui a cartonné. La fin fut cataclysmique avec une montée de nombreux fans sur scène. Un grand moment du Hellfest.

m.Kekchoz : Et voilà THE baffe du festival, je ne suis pas très fan de Skinless sur CD, mais alors là ! Un set ultra-puissant qui se déroulera dans une ambiance toute bon enfant (show me your boobs !). Un zombie-wall-of-death (raté puisque certains n'ont rien compris) sur fond de thriller, slam de Jason tout en réussissant à chanter, et surtout, la centaine de festivaliers sur scène à la fin du set ! Putain c'que c'était bon !!

DEVILDRIVER

Caacrinolas : Et comme si cela ne suffisait pas voici qu’après la tornade Skinless vient se dresser devant nous l’ouragan Devildriver. Car oui là c’était carrément le déluge du siècle niveau poussière, multi circle-pit oblige il ne faisait pas bon pour les poumons d’être au milieu du pit, mais bon à coté de ça une ambiance de folie comme on a pu en avoir durant ce concert méritait de sacrifier quelques bronches par ci par là. Devildriver maintenant on connaît, c’est américain, c’est ultra carré, et c’est toujours la même rengaine en live soit un bon moment. Une set list tout ce qu’il y a de plus classique, tout juste agrémentée du titre éponyme du tout dernier album, mais surtout le bouquet final comme à leur habitude sur « Meet The Wretched ». Si en 2006 le festival n’étant qu’a ses balbutiements avait été le théâtre d’un énorme circle-pit pour ce même titre, je vous laisse imaginer la folie cette année avec quasiment le double de personnes… La tournée en compagnie de Behemoth promet son lot de baffes.

Aghahowa : +
Gros accueil de festivaliers avec une sacrée ambiance, des musiciens bien en place. Musicalement, je me suis toujours autant ennuyé avec ces nombreux éléments « modernes » dans les compos. Reste que Dez Fafara a bien gagné au change en abandonnant Coal Chamber pour DevilDriver.

Shawn : Louper Pain pour être au premier rang pour Devildriver, c'est des choix qu'il faut parfois assumer. Mais avouez que Devildriver, c'est toujours l'assurance de vivre un concert mémorable, alors autant être bien placé pour apprécier Fafara et sa bande. Nous gratifiant d'un nouveau titre, "Pray For Villains", le groupe se lance au passage dans la promotion de son futur bébé également avec le visuel de ce dernier des deux cotés de la batterie. Etant recordmen du plus gros circle pit au monde (Download 2007, 25.000 personnes), il était inconcevable de ne pas voir la foule tourner et la poussière s'envoler. Etant au premier rang, j'en ai profité pour m'asseoir sur les barrières et contempler le tout. Magnifique !

Hraesvelg : Foule impressionnante, bon son quoique toujours un peu fort. Le « nouveau » groupe de Dez est relativement plus couillu que Coal Chamber. Au final pas ma tasse de thé mais clairement une grosse attraction pour un tel fest.

HEAVEN SHALL BURN

Shawn : Après un Devildriver, enchaîner directement avec Heaven Shall Burn s'avère délicat, surtout quand le groupe commence par "Endzeit" et enchaîne avec "Counterweight". Les deux titres les plus haineux en tête de setlist, il n'en faut pas plus pour achever les cervicales des plus résistants. Le groupe, tout de rouge vêtu, crache sa rage, et le public est tout ce qu'il y a de plus réceptif. Une vrai joie de les voir en live.

Orion : Grosse déception pour le set des Allemands. En effet, leur Deathcore ultra burné fut desservi par un son pourri avec une grosse claire et des basses bien trop en avant qui a rendu les mélodies inaudibles et a gâché le set. Dommage car les Allemands et leurs costumes rouges avaient sorti la machine à parpaing avec « Endzeit » et « Counterweight » pour commencer le show (ça décoiffe!) et « The Weapon They Fear » ainsi que la reprise d'Edge Of Sanity, « Black Tears » pour le conclure (désolé, je n'ai pas reconnu le reste à cause du son). Le groupe avait l'air carrément en forme pourtant, j'espère les revoir dans de meilleures conditions.

AURA NOIR

Hraesvelg : Show de grande classe avec un son plus que correct, une attitude quasi punk : vilaines trognes et agression de rigueur ! ça joue effréné et rugueux, ça crache partout, Blasphemer s’éclate visiblement plus que dans MayheM. Set qui passe trop vite. A revoir asap.

Aghahowa : +++
Des musiciens à la hauteur de leur réputation : un Apollyon à son avantage, un Blasphemer heureux de jouer (contrairement à Mayhem, où on le sentait renfermé). Du bon thrash black qui a fait mouche. J’ai beaucoup apprécié !

CRADLE OF FILTH

Orion : Je n'en attendais pas grand chose, juste du mieux par rapport à la prestation lors du Hellfest 2006, ce qui n'était pas bien dur. Et je fus agréablement surpris par les Britanniques qui ont proposé un set composé que de tubes (dommage qu'il manquait « The Forest Whispers My Name ») qui m'a comblé. Le groupe semble être revenu à ses bases et n'en fait plus trop comme avant (souvenez-vous des gargouilles et des speechs d'introduction). Seul Dani a un peu de mal à suivre le rythme des ses camarades mais ce problème ne date pas d'hier et je m'y attendais un peu. Bref, une bonne surprise.

Aghahowa : ++
Toujours le même constat : les musiciens de Cradle Of Filth sont tous doués, mais Dani Filth gâche un peu la fête avec sa voix désagréable. La nouvelle claviériste (Ashley "Ellyllon" Jurgemeyer – ex-Abigail Williams) est bien meilleure au chant (et plus jolie) que l’ancienne

Caacrinolas : Ils sont depuis un bout de temps les têtes de turc d’une grosse partie du public metal, par leur coté guignolesque ou par le coté risible pour certains de Dani Filth mais quoiqu’il en soit Cradle Of Filth a fait et continue de faire partie du paysage du style. Mais force est de constater que le groupe a su se reprendre, après deux albums plutôt médiocres et des prestations scéniques de pire en pire, Cradle revient désormais avec un dernier album qui n’a rien à envier à un « Midian » ou un « Damnation And A Day » et surtout il a sacrément repris du poil de la bête en live, une set list clairement orientée old-school, un son pour une fois pas trop horrible et surtout point trop de singeries ont fait de ce concert un moment agréable et appréciable.

THE BUSINESS

Pec : Ce coup ci début des hostilité de la journée à la Terrorrizer Tent , emmené par un pote connaissant le groupe, et là je me retrouve face à un groupe de punk oi à tendance hooligan, drapeaux anglais et britanniques en fond, marcel blanc et cranes rasés, le décor est planté. The Business va être une des claques et pur kiff de cette journée, des refrains repris en chœur par tout le monde massé sous la tente, des hymnes à la guiness au foot et aux filles, c'est simple efficace et ça envoie du lourd dans une ambiance des plus festives si ce n'est la plus festive de tout le fest pour ma part en tout cas. Les membres de Mad Sin qui étaient aux premières loges avec un sourire jusqu'aux oreilles ne me contrediraient pas! la chanson "guiness boy" restera toute la journée dans ma tête! La découverte et le coup de cœur du Hellfest 2009 et de loin!

MOONSORROW

Pec : Direction la Rock Hard Tent pour apprécier le folk pagan metal des finlandais (oui aucune prog de folk metal cette année à mon grand regret) un voyage sombre et une atmosphère, je peux comprendre que certains ne soient pas rentré dans leur univers musical, pour moi ce fut un vrai plaisir païen pas loin du mystique et de la transe à certains moments, un moment intense en tout cas.

Hraesvelg : Première image : le gratteux chauve a une tête de pervers pas possible et un jeu de scène assez particulier (genre « attention les gens, il y a break dans une, deux, trois : NOW!!! »). Le son met un peu trop en avant les claviers à mon goût. Le groupe est à l’orée de deux mondes entre le Pagan et le folk à synthé mais l’interprétation est dynamique et convaincante.

Aghahowa : +
Show agréable, avec de bons musiciens. Le folk, par contre, je commence à en avoir assez, même si là, c’est sous une sauce un peu moins classique que les nombreux groupes en vogue actuellement.

Shawn : L'un de mes plus gros reproches pour ce Hellfest 2009, c'était l'absence flagrante de groupes folk/pagan. L'an dernier, Eluveitie et Primordial étaient présent mais cette année, un seul groupe représentait le genre : Moonsorrow. C'était donc un point de passage incontournable pour tout fan de folk ou pagan metal. Leur prestation fut agréable malgré un son de clavier aléatoire, parfois trop présent, parfois presque inaudible. A croire que le son sous les tentes sont relativement aléatoire suivant les concerts et suivant l'endroit où l'on se trouve dans sous le chapiteau. Avis mitigé donc, malgré le plaisir de voir le seul groupe folk du festival !

SOULFLY

Pec : Vu de loin et déjà vus, donc pas ma priorité, et son de loin limite inaudible, donc j'ai passé mon chemin.

Shawn : Cela faisait un moment que j'attendais de voir le père Cavalera avec Soulfly. Ayant vu Cavalera Conspiracy l'an dernier, il y avait comme une impression de déjà vu dans le set. L'intro du concert, "Blood Fire War Hate" est géniale aussi bien sur album qu'en live, mais jouer "Sanctuary" à un concert de Soulfly relève pour moi de la faute flagrante de goût. Certes Max Cavalera n'a plus rien à prouver au public métal vu son héritage, mais à la vue de la setlist on se pose des questions ... 3 titres de Sepultura, 1 de Cavalera Conspiracy, ... Soulfly a pourtant de très bonnes compositions mais à croire que Max est obligé de faire du remplissage. Dommage par exemple de ne pas jouer "Tribe", ou "Mars" ... Le concert ne manque cependant pas de dynamisme, mais la setlist me laissera dubitatif.

Aghahowa : +
Pas mal, mais je n’ai pas pris de plaisir à les voir. Il y en a assez d’avoir des setlists qui sont un mix entre Soulfly – Sepultura – Cavalera Conspiracy – NailbombMax, assume tes actes et joue LA musique de chaque groupe à chacun de tes concerts !!!

m.Kekchoz : Soulfly faisant partie de mes premiers amours du métal, j'étais heureux de les voir pour la première fois. Alors évidemment, j'ai kiffé. Mais soyons objectif, le père Max se fait vieux et a perdu beaucoup de sa hargne, 4 reprises pour un set d'une heure (alors qu'il y a de quoi faire niveau tueries chez Soulfly !), c'est moyen. Mais l'essentiel est de passer un bon moment non ? Ça fait toujours plaisir un petit "Refuse / Resist "!

IMMOLATION

Aghahowa : ++++
Comme d’habitude, Immolation est un groupe unique, très imposant (leur musique nous écrase littéralement). Le duo Ross Dolan et Bob Vigna est toujours aussi impressionnant, l’un ayant une voix death très profonde et puissante, l’autre excellant dans ses jeux de guitare et son attitude bizarre : il vit sa musique à fond, à travers sa guitare.
Sauf que le son n’était pas au rendez-vous, dommage ! Sans quoi, cela aurait été un plaisir incommensurable.

Hraesvelg : Immolation est venu, a vu et a tout cassé, show de dingue!. Quel est donc le secret de ces types pour arriver aux balances détendus et souriant, saluant fans et techniciens pour revenir un quart d’heure après remontés et hargneux, délivrant un show intense et blindé de testostérone. Ambiance lourde, épaisse et malsaine dont les vagues syncopées submergent l'auditoire. Un des groupes les plus impressionnants visuellement puisque chacun des membres a sa personnalité qui transparaît sur scène (sans aucun artifice extérieur : pas de corpsepaint, lights minimalistes) et donne tout ce qu'il a sans calcul ni arrière pensée. Grand !
Au passage le groupe a annoncé sa signature chez Nuclear Blast et un disque pour cet automne.

Caacrinolas : Qu’on se le dise directement, sur CD je ne suis pas le plus grand fan d’Immolation, j’apprécie bien mais ça s’arrête là, mais alors en live… ce groupe fait très clairement partie du haut gotha du style, une présence incroyable, un son toujours nickel et surtout une vraie machine à tubes. LE vrai concert death de ce week end.

GOJIRA

Orion : J'ai tenu deux morceaux. Non pas que ça soit mauvais mais les ayant déjà vu deux fois lors de la dernière tournée, J'ai été déçu de revoir encore la même setlist même pour un festival. Vraiment dommage que Gojira soit devenu Iron Maiden alors qu'ils se plaignaient de jouer toujours les même titres lors de leurs tournées américaines précédent la sortie de The Way Of All Flesh.

KICKBACK

Caacrinolas : Enchaînement direct avec les Parisiens de Kickback. On se souvient tous du concert de 2007 qui avait quasiment tournée au pugilat, et nombreux étaient ceux et celles qui pensaient revoir la même chose ce soir là, il n’en à rien était du tout, Stephen Bessac prévenant directement que Kickback n’était pas là pour amuser la galerie et que ce concert n’était destiné qu’aux fans purs et durs, les mécontents « pouvant aller se faire foutre ». Et en effet ce concert fût très clairement un véritable concert d’hardcore et non une énième clownerie pour amuser la galerie. Alternant entre classiques du groupes à l’instar de « Forever War » ou de titres du très réussi dernier album « No Surrender » Kickback en aura donné pour son argent en grande majorité aux fans présents.

m.Kekchoz : J'attendais impatiemment le set de Kickback après leur passage remarqué en 2007 (que j'avais malheureusement raté). Leur nouvel album étant une grosse tuerie, j'en attendais évidemment beaucoup. Peut-être même trop car ce set fut pour moi une déception. Voyant Kickback comme autre chose que du hardcore, je me retrouve face à un banal concert de... hardcore, et les nouveaux morceaux ne m'auront pas touché en live (à l'inverse du CD). Allez comprendre, beaucoup ont adorés !

Aghahowa : ---
Délaissant Gojira pour venir voir Kickback, par curiosité, j’ai observé, écouté jusqu’au bout. Et bien, musicalement, c’est assez sympathique : il y a ce côté mélodique dans leur hardcore qui fait une petite différence. Mais au niveau de la prestation globale du groupe, je ne retiens que les discours de collégiens du leader Stephen. De la provocation pour adolescent, qui ne m’a pas du tout touché. Je m’attendais à du vrai rentre dedans, mais ce ne fut pas le cas. A cela, on peut ajouter un souci de guitare à la fin du concert, qui a eu pour conséquence une huée du public. Le public a gagné cette fois-ci

THE MISFITS

Pec : Du bonheur que de voir ce groupe culte, et particulièrement pour un fan de Metallica d'entendre enfin en version originale "die die my darling" et "last caress" par le groupe qui les a inspiré, et dont Cliff Burton était un grand fan, efficace inclassable et vraiment intéressant de voir The Misfits en live.

Caacrinolas : Putain le voila LE concert que j’attendais le plus de tout le weekend. THE FUCKIN MISFITS quoi. Rien à foutre qu’il n’y a plus ni Glenn Danzig ni Michaels Graves, moi tout ce que je voulais c’était entendre du tube, pouvoir m’égosiller comme un fou sur tout leurs titres et dieu sait combien j’ai été servi, avec dès le début un enchaînement de la mort qui tue (coucou copain) « Halloween »-« Earth AD ». Mais je pourrais vous foutre toute la set list d’affilé tant ça n’a été qu’un enchaînement de tubes, quasi aucune communication mais que diable on s’en branle. En 50 minutes le groupe aura facilement placer 30 titres et le final sur « Last Caress » -« Die Die My Darling » m’a tout simplement obligé à changer de calebard. CULTE

<Shawn : Voir les Misfits en live, c'était comme un rêve inespéré. Quand on sait ce que représentait ce groupe pour Cliff Burton et pour l'inspiration futur de Metallica, c'était pour les fans une occasion rêvée de voir un tel groupe !! La setlist regroupait évidement les grands titres de ce groupe mythique : "Dig Up Her Bones", "Die Die My Darling", "Last Caress" ou encore "American Psycho". Et bien évidement l'aspect horror-punk et la coiffure avec la queue de rat devant étaient de sortie ! Incontestablement un grand moment !

b>Hraesvelg : Encore un groupe que je n'aurais probablement jamais pu voir hors festival. L'interprétation est bien péchue, les lights sont au top et l'attitude des musiciens très "US", le frontman ne cessant de mâchouiller son chewing gum. Mention spéciale à la batterie aux toms noir mat qui vont bien.

ENSLAVED

Aghahowa : ++++

Enorme ! Après avoir vu Enslaved évoluer, allant du black pur et dur au black progressif, voici qu’Enslaved a encore mué. J’ai eu l’impression de voir les norvégiens faire un show unplugged. Cette nouvelle version m’a beaucoup plue, elle aussi, permettant de découvrir des morceaux connus sous une différente facette. Enslaved m’a transporté.

Orion : le Black Metal qui rencontre les seventies, c'est forcément hors du commum et forcément excellent. Les Norvégiens dégagent quelques choses de glaciales sur scène mais tout en restant raffinés et beaux (même sur les passages rapides).Durant les cinquante minutes de show, on est plongé dans l'atmosphère du groupe et il est vraiment dur d'en sortir (d'autant que chose rare sous la Rock Hard, le son était bon). Les chants clairs sont aussi beaux que sur l'album (Mon dieu, « The Watcher ») et Ice Dale ne cesse de poser pour les photographes. Le groupe fera la part belle à ces deux dernière sorties avec cinq titres et trois titres plus anciens dont un seul d'Isa qui n'est même pas mon préféré « Return To Yggdrasill » mais « Isa » à mon grand regret.

MACHINE HEAD

Michaël : La 6ème fois que je voyais le groupe, et bien que le son fut, comme d'habitude, horrible, ce fut un show appréciable. Certainement pas le meilleur du fait de la redondance de leur setlist (A quand un "Block", un "The Blood, The Sweat, The Tears" ... ?). Néanmoins, le quatuor américain aura encore réussi à faire bouger la foule à une heure qui lui convient parfaitement. Un des très bons moments du festival à coup sur.

Shawn : Pour certains, c'était l'occasion de re-re-re-re-revoir le groupe. Pour moi, c'était une première. Le groupe envoie du lourd et confirme dans mon estime que c'est un groupe taillé pour le live. On regrettera l'absence de "Clenching the fists of Dissent", mais sur une heure de live, difficile de caser une chanson de plus de 10 minutes. Dommage, malgré l'excellente prestation du groupe.

Orion : Je commence à être habitué à Robb Flynn et sa bande et ils n'arrivent jamais à me décevoir et ce même quand ils me surprennent. En effet, j'ai beau adoré « Clenching The Fists Of Dissent », quel bonheur de voir la setlist varier un peu et le concert commencer par « Imperium ». Nous aurons le droit à d'autres titres que je n'avais pas encore vu en live comme « Beautiful Mourning » ou l'énorme « Struck A Nerve » mais c'est toujours la même chanson qui remporte toujours les suffrages, « Halo », quel chef d'œuvre surtout avec ce très bon son (autre chose qu'à Bercy). Robb se laisse aller au niveau barbe mais est toujours un putain de frontman qui obtient ce qu'il veut du public. Le set fut énorme, peut être le meilleur que j'ai vu d'eux, et même « Descend The Shades Of Night » ne m'a pas gonflé mais m'a touché en voyant Phil particulièrement ému en la jouant. La prestation se finira sur l'éternel « Davidian » qui achèvera le public qui semblait tout autant conquis que moi.

Pec :Vu de loin et déjà vus, donc pas ma priorité, et son de loin limite inaudible, donc j'ai passé mon chemin.

Hraesvelg : Grosse claque venant d'un groupe dont je n'attendais plus grand chose. Vus à Paris, le chant clair ne m'avait pas franchement convaincu et le trop court temps de jeu ne m'avait pas permis de rentrer de l'ambiance des nouveaux titres. Cette fois-ci les classiques font toujours leur petit effet et des morceaux tels que "Halo" ont fait mouche : le chant est juste et assez puissant, le son est vraiment bon. Le public est tout entier acquis à la cause du groupe qui le lui rends bien en produisant un show de grande classe appuyé par un éclairage adapté aux ambiances distillées allant de la rébellion au recueillement, les guitariste interprétant un morceau en bonne partie acoustique. Le frontman en fait peut être un peu trop en lâchant des "Awesome" et des "Oh my f***ing god" un peu trop systématiques pour être foncièrement honnêtes mais cela fait partie du show et motive les troupes face à une température qui ne fait que chuter depuis le coucher du soleil. Un groupe que je reverrais à l'occasion, en tête d'affiche toutefois.

Aghahowa : ++++
L’un des 2 meilleurs concerts de Machine Head que j’ai vus. Un grand moment du festival, le public a vraiment pris son pied. Le son était bon, les membres du groupe étaient en grande forme, les lumières étaient de premier choix et la setlist idéalement choisie. Machine Head est un groupe de scène, cela ne fait plus aucun doute. Reste que l’on attend toujours une tournée en tête d’affiche digne de ce nom. Le seul point négatif à mes yeux sur leur prestation, fut l’énième discours démagogique de Robb Flynn. Soit un peu plus vrai mec !

m.Kekchoz : J'ai envie de dire : comme d'hab, Machine Head à tout tué. Y'en a qui râlent sur la set-list pas assez centrée sur le dernier album, mais fuck, ça fait deux ans qu'ils en jouent, et voir "Ten Ton Hammer"et "Stuck a Nerve" en live, maman que ça fait du bien ! Meuchine Feuckin Haide !!

Selist :
Ave Satani (Intro)
Imperium
Ten Ton Hammer
Beautiful Mourning
Old
Halo
Struck A Nerve
Descend The Shades Of Night
Davidian

KILLING JOKE

Hraesvelg : Groupe révélation de ce Fest pour ma part. Si le nom ne m'était pas inconnu, je n'ai pas souvenir d'avoir entendu une seule note du combo avant ce soir et c'est avec regret. Les titres sont vraiment tordus, denses et riches, allant du metal traditionnel à l'électro sans jamais perdre de vue un côté à la fois catchy et malsain. Le frontman était bien halluciné, grimé en clown aux poses mécaniques. Il n'y avait honteusement pas foule pour assister à ce show délirant mais la fraîcheur de la soirée et la venue imminente d'un autre clown auront conduit le public à se masser près de l'autre scène.

Orion : Il n'y avait personne pour apprécier ce groupe culte qui a influencé une pelleté de groupes de Metal. Pourtant, la musique n'a rien de Metal, elle est entre le Punk, la New Wave, l'Indus et le Rock. Le guitariste a une très vieille guitare (qui doit dater des années 60/70) mais arrive à la faire divinement sonner. Le chanteur du groupe, déguisé en Joker, en impose (fait même peur) et malgré son age chante encore très bien. Moi qui ne connaissait pas du tout le groupe, je dois dire qu'il m'a conquis et visiblement je ne fus pas le seul car pour la petite anecdote, quand le groupe a balancé un morceau avec un clavier presque Electro (à la Pain un peu), certain fans ont lâché leur place devant la scène où devait jouer Manson pour venir voir ce qu'il se passait sur cette scène et y rester. Belle claque.

SACRED REICH

Aghahowa : +++++

Pour moi, ce fut le top du week end ! Sacred Reich ! Je ne m’y attendais pas. Je pensais voir un show plutôt sympa, mais ce fut bien plus que ça. Du thrash groovy à souhait, des musiciens qui prennent leur pied à jouer, un leader très communicatif, un public au summum du réceptif. Dave McClain (Machine Head) est venu jouer à la batterie sur un morceau, comme pour se rappeler au bon vieux temps où il avait dépanné le groupe. Aussi, la reprise qu’a faite le groupe de Black Sabbath (« War Pigs ») fut un grand moment de communion. Franchement, Sacred Reich a toujours été un groupe sous estimé du thrash. J’espère que cette prestation dans une rock hard tent bien remplie en a convaincu plus d’un !

MARILYN MANSON

Shawn : L'heure de la star. Et le mot est faible. J'ose espérer que la foule de goth et de jeunes metalleux/ses qui sont venu uniquement pour cette journée sont sortis heureux parce qu'au prix du billet, un Manson aussi mauvais, ça me ferai mal. Nul sur tous les plans, aussi bien la setlist courte avec très peu de morceaux cultes. Un Manson hautain, une star, une vrai, imbu de lui même. Un rappel, "Beautiful People" vite fait, et sans merci, sans au revoir, le groupe quitte la scène. Quand on sait en plus que c'était l'anniversaire de Twiggy, on constate vite que le révérend n'avait ce soir aucune capacité scénique. A oublier rapidement.

Pec : Entendre trois fois de suite la chanson de Lady Gaga avant son set n'a pas mis le public dans sa poche. Je n'en attendais pas grand chose, grotesque, des temps longs entre chaque chanson, un Manson qui n'en avait rien à foutre du concert, si on pouvait appeler ça un concert, une mise en scène pour chaque chanson, une énergie inexistante, le concert quelques jours plus tard à Vienne était de bien meilleure facture!

Caacrinolas : Impossible de faire l’impasse sur un groupe qui représente fort pour moi…car oui je le confesse mon premier concert métal reste et restera celui de Manson un soir pluvieux de Novembre 2003. Le retour de Twiggy aidant j’avoue que j’étais curieux de voir ce que donnait le révérend de nos jours. Et là BOUM la déception totale, il y avait le son, il y avait les lights, il y avait le look , il y a même la set list ( "Rock N’Roll Nigger", putain de merde) mais l’interprétation elle devait être facilement du coté du Leclerc de Clisson si ça n’est à Nantes, un Manson complètement aux fraises tant scéniquement que vocalement, un Twiggy inexistant et le reste du groupe tout juste visible… Le constat est triste mais bien là : Le révérend n’est plus grand-chose désormais

Orion : Alors ce type est vraiment une légende ? Ok, il impressionne quand il entre en scène mais une fois devant nous, il n'envoie rien. Les premiers titres tous plus mous le uns que les autres n'ont pas aidé, c'est sur mais c'est pourtant bien sur la « rapide » et une de mes préférés du groupe « The Irresponsable Hate Anthem » que j'ai décidé de m'éclipser. Si on me l'avait dit il y a de ça trois ans, je n'aurais pu le croire.

Hraesvelg : Ayant un peu lâché la musique du Révérend depuis quelques années et ayant eu vent de prestation live plus que limite je grossissais les rangs des curieux jusqu'à ce qu'un déclic s'opère : je n'assistait pas à un concert mais à une représentation théâtrale. Approchant de plus près cette impression s'est confirmée au fil des titres où chaque seconde semble avoir été prévue et répétée intensément pour exclure tout hasard d'un show rodé à l'extrême. Et la musique dans tout ça ? c'est un peu là où le bât blesse : le son est bon, les lumières sont superbes, les figurants bien en place (le porteur de miroir m'a arraché un rire nerveux), les musiciens sont aux ordres et Marilyn est très en voix (ce qui est la moindre des choses pour toute diva qui se respecte) mais si tout cela est fascinant visuellement parlant, aucune vie, aucune énergie ne se dégage du set. Une sorte de paradis pour les personnes qui se plaignent toujours des sets "pas carrés", mais ceux qui recherchent autre chose dans un live (j’en fait partie) auront été déçus.

m.Kekchoz : Que dire ? Je m'attendais au pire, et Marilyn Manson a réussi à faire pire que pire. Quel set honteux ! J'ai vraiment du mal à voir la distinction entre la comédie et la réalité dans son show. Et en dehors de ça, c'est très mou, ça chante faux, c'est très chiant en fait. Non vraiment, ça m'a miné le moral pour la soirée...

Aghahowa : -----
Mon flop du week end, sans aucun doute. J’ai tenu durant 2 morceaux, incapable de résister à l’envie de m’en aller. Le pire, c’est que ce n’était pas risible, le pauvre Brian Warner a tourné là un film de série B. C’était nul. Je suis parti voir Cro-Mags, je n’ai pas perdu au change.
Je devais fêter l’anniversaire de Twiggy Ramirez, mais les photos étant prohibées aux photographes avec accréditation, j’ai décidé de bouder l’affaire…

CRO MAGS

Aghahowa : +

Bon concert par rapport à Marilyn Manson, mais ça ne fut pas difficile. Toute la troupe de groupies hardcore était présente sur le côté de la scène (KickbackTerror, etc.), ce qui promettait une belle ambiance. Le public, nombreux, a pas mal bougé dans le pit, sans pour autant se déchaîner. Musicalement, j’ai assez aimé Cro-Mags, même si j’en attendais mieux. Je me demande si la présence de Harley Flanagan aurait amélioré les choses. Je suis sûr que oui. J’ai même été déçu par leur interprétation de « Hard Times ». Bref, un show pas mal mais je m’attendais à bien mieux.