Live reports Retour
lundi 5 mai 2014

Los Disidentes Del Sucio Motel + Witchthroat Serpent + Bad Pigeons

Le Saint des Seins - Toulouse

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Quelle étrange idée d’organiser un concert un lundi, alors que la France entière regarde, l’œil mi-clos, la bave aux lèvres le nouvel épisode trépident de Game Of Throne en VOST ! Pourtant, loin des péripéties sexuelles d’un nain et autres crises de pouvoir, à Toulouse, c’est soirée stoner, et doom ! Et The Chosen Fuzz, nouvelle organisation de concert locale a fait les choses en grand pour la première édition de son Toulouse In Fuzz avec les excellents Los Disidentes Del Sucio Motel que l’on avait vu il y a deux ans au Caravan Serail ou l’an dernier à l’Ariège Extreme Fest.

BAD PIGEONS

Quoi qu’il en soit, place à du local, avec le power trio Bad Pigeons. Si le groupe entre sur scène devant une salle bien vide, ça ne l’empêche pas de mettre les petits plats dans les grands et de se donner à fond. Bien dommage que le public se laisse attendre, malgré un début de concert à 20h30. Le peu de monde présent restera majoritairement en fond de scène, condamnant le groupe à jouer une musique ultra chaude et entrainante dans une ambiance bien plus fraîche. Faisant preuve de riffs forts inspirés, soutenu par une ligne de basse grondante comme le tonnerre ultra lourde, Bad Pigeons montre qu’ils savent assurer le show.

Malgré une scène très encombrée (deux batteries, de multiples baffles) qui a pourtant fière allure, le trio semble ne pas être gêné par le manque de place et envoi son power rock ultra dynamique comme le bûcheron enchaîne les bûches. Le son est très bon, mais on déplorera les incessants larsens qui viennent pourrir des compositions pourtant de qualité. Bad Pigeons nous gratifierons d’un solo de batterie en plein milieu de set avant d'enchaîner sur une balade, à grand renfort de la boule à facette : du plus bel effet. En bref, un set soigné, malgré une distance entre le public et le groupe, un peu dommage puisque le potentiel semble énorme.

WITCHTHROAT SERPENT

Changement d’ambiance, pour quelque chose de plus intimiste. Aujourd’hui, Witchthroat Serpent fête la sortie de son premier album éponyme, le tout à domicile ! On quitte donc l’ambiance happy power rock pour l’ambiance d’un sabbat à la gloire du grand cornu. Frederik nous livre un son de guitare uuuuuuuuultra lointain, à l’image de ses vocaux, le tout servi encore une fois par un son de basse extrêmement lourd. Pas de doute, le stoner/doom de la formation que l’on avait découvert sur album dernièrement passe très bien en live, avec toute sa lourdeur et sa crasse.

L’ambiance chaudron est renforcé par l’utilisation d’encens sur scène (qui finira par sentir un poil le cramé en fin de set, laissant les musiciens perplexe). Le bassiste souffira de quelques soucis dans son retour, mais ce petit détail technique ne gênera point l’ensemble du set. Serpenta Ritual nous apparaitra comme l’un des titres phare de leur prestation, énergique et sombre, dans l’ambiance d’un Electric Wizard des débuts. Le groupe, concentré ne décrochera pas un mot jusqu’à un timide « Merci » final. Classieux, et à revoir !

Cursed Tongue of the Naja
Have you Never Seen the Substitute ?
Serpenta Ritual
Gospel of the Witches
Ranks up There With the Devil
The Next Black Moon
Priestess of Old Ghosts

LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL

Troisième groupe et troisième ambiance. On se place ici dans un desert rock, à la croisée d’un stoner, chaud saupoudré de poussière et de sable. Le groupe a du pédigrée et ça se sent sur scène. Les strasbourgeois avaient déjà fait preuve par le passé d’une dextérité à toute épreuve et d’une capacité incroyable à installer une ambiance prenante, chaude, t’enveloppant et t’emportant dans leur univers biberonné de road movies, et de séries Z. Eh bien une fois de plus le groupe a frappé fort, devant une foule clairement plus impliqué que pour les deux précédentes formations.

Au programme, une setlist naturellement articulé autour d’Arcane leur excellent dernier album sorti l’an dernier. Avec un Atari, fort à propos puisque collant à l’actualité, ou un Ouija, le groupe nous offre des riffs purement stoner, invitant au headbang frénétique. Mais là où est l’apothéose de leur set, c’est probablement dans Z, qui avait fait l’objet d’un clip, et traitant des zombies. Les musiciens assurent le show sur scène : mouvement coordonnés, mime de zombies, le tout aidé du très scénique Sheriff Rudolvski, le membre non-musicien dont la mission est purement scénique. Ce dernier, n’hésitant pas à jouer avec le public est l’une des clés de leur réussite scénique. Le concert se finira avec les deux guitaristes au milieu du public : la grande classe. A voir, revoir et soutenir, ce groupe ira loin.

Kraken
Atari
Santa Muerte
Ouija
Godfather
Teardrop
Chapter 7
Deathproof
Journey
Lucky Man
Z
Brotherhood
66 to 51

Merci encore à Alex pour la date ! Vivement un Toulouse in Fuzz #2