Live reports Retour
lundi 27 janvier 2014 - U-Zine

Kylesa + Sierra + Jagged Vision + Regarde Les Hommes Tomber

La Maroquinerie - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Ce 27 janvier sonnait comme ma rentrée scolaire en matière de concerts. Quoi de mieux pour débuter l’année qu’une date de Kylesa ? De plus que la valeur montante Regarde Les Hommes Tomber ouvrait les hostilités. Une Maroquinerie bien fournie pour une soirée réussie, encore une fois merci Kongfuzi !

Il ne fallait pas être en retard pour voir Regarde Les Hommes Tomber et ce sera la seule fausse note de la soirée. Nombreux sont arrivés en court de set ou encore qui ont loupé totalement les Nantais. Faire jouer le groupe à 19h30 aurait été parfait.
C’est devant une salle quasi vide que le groupe démarre son set d’une demie heure, mais quelle demie heure ! L’ambiance est vite posée à travers le titre d’ouverture « Prelude ». Comme à leur habitude, lights minimalistes et stroboscopes seront les seules « artifices » présent sur scène, renforçant le côté sombre de leur musique.
Si l’on sent le groupe pas forcément à son aise sur cette petite scène encombrée par le matériel de Kylesa, les nantais s’en sortent avec les honneurs. Un set carré et concis avec les excellents « The Fall », « Ov Flames, Flesh and Sins » ou encore « Wanderer Of Eternity ».
A défaut d’avoir de nouveaux titres à se mettre sous la dent, l’ordre de la setlist a été modifié, ce n’est pas un mal pour quelqu’un (comme moi) qui les a déjà vus un certain nombre de fois. Le public qui a commencé à investir les lieux en masse tout au long du set des français était en tout les cas unanime, RLHT a conquis de nouveaux fans ce soir.

A peine le temps de boire une bière au restaurant de la Maroquinerie que Jagged Vision monte sur scène. Les norvégiens pratiquent un metalcore de ce qu’il y a de plus quelconque parsemé ci et là de quelques riffs stoner.
Si musicalement ce n’est clairement pas ma tasse de thé, le public semble apprécier, tout du moins le groupe est respecté mais il est clair que leur prestation ne marquera pas les esprits. Des titres bien trop répétitifs au niveau de la structure ainsi que des lignes de chants linéaires auront eu raison de moi, il est temps de faire un tour au merchandising.

Sur de beaux plateaux comme celui proposé ce soir, on rencontre forcément du monde. Je ne vous cache pas que l’appel des amis et des verres ont eu raison des canadiens de Sierra. Ne m’en voulez pas, il fallait se mettre en jambe pour Kylesa. De plus les titres disponibles sur Facebook n’ont pas joué en leur faveur, encore un énième groupe de Stoner sans réelle saveur, qui ne tient pas la comparaison avec la tête d’affiche du soir.

La Maroquinerie devient alors un sauna humain, il n’y a pas de doute, Kylesa s’apprête à fouler les planches parisiennes. Alors que je n’avais pas vu les américains depuis leur tournée en première partie de Baronnes en 2008 (La scène Bastille), je mourrais d’impatience de les revoir.
C’est sur l’excellent « Scapegoat » de « Static Tensions » que les géorgiens débutent leur set. Dès le premier riff, le pit s’anime et sur scène aussi. Bien que Laura ait mis deux titres à rentrer dedans vocalement. On se prend littéralement un gros parpaing dans la tronche avant le premier extrait de l’excellent « Ultraviolet », « Unspoken ».
Un backdrop minimaliste mais des projections totalement psychés l’anime et collent parfaitement à la musique du groupe, surtout sur les titres les plus « calmes » (« Unspoken, Unknown Awarness, Long Gone »).
Philippe Cope qui a perdu ses cheveux au fil des années s’éclate sur scène et prouve clairement que le groupe a progressé dans ses prestations lives.
Si Kylesa a joué un certain nombre de titres « calmes » ce soir, ils n’oublieront pas non plus de passer la seconde et monter en agressivité avec le monstrueux « Hollow Server » (et son solo de deux batteries) ou encore l’excellent « We’re Taking This » extrait du petit dernier.

Le public est chaud bouillant et le groupe le lui rend bien à l’image du rappel de folie avec « Don’t Look Back » et la tuerie « Said And Done » où le pit explosa. Laura s’en donne même à cœur joie et slamme à deux reprises, une première avec sa guitare et la seconde sans.

Setlist Kylesa :

1. Scapegoat
2. Unspoken
3. Hollow Severer
4. Nature's Predators
5. Tired Climb
6. Bottom Line
7. Quicksand
8. To Forget
9. Long Gone
10. Unknown Awareness
11. We're Taking This
12. Running Red

Encore:

13. Don't Look Back
14. Said and Done


Une réelle claque dans la gueule pour commencer l’année, merci Kylesa. En somme la soirée fût belle, bien que Sierra et Jagged Visions faisaient pâles figures à côté du monstre Kylesa, on aurait aimé voir Regarde Les Hommes Tomber un peu plus haut sur l’affiche.