Live report Retour
samedi 21 janvier 2012 - U-Zine

Gronibard + Black Bleeding + Mucus + Unsu

DNA - Bruxelles

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Undercore bxl nous proposait samedi 21 janvier dernier une bonne petite date placée sous le signe de la bonne humeur. En effet, un groupe qui se fait rare mais qu’on aime toujours autant à voir sur scène venait égayer nos sens. Ce grand groupe :



Et ouai ! Gronibard venait fouler le sol du DNA à Bruxelles pour une date unique mais néanmoins débile comme on aime.

Prout : Premiers pas dans la soirée avec un retard non dissipé, et c’est David, Hraesvelg et Prout qui arrivent sur place pour se rendre compte qu’ils ont raté UNSU le premier groupe prévu de la partie. On apprendra plus tard que par quiproquo interconnecté, nous avions raté deux groupe. En effet, UNSU avait d’abord annulé leur prestation et avait été remplacé par les délirants MUCUS. Néanmoins UNSU a pu se libérer et l’orga par excès de gentillesse (ah le blaireau il sait pas dire non!!) a donc décidé de programmer les deux groupes dont on ne parlera de toutes façons pas puisqu’on les a ratés.

Arrivé sur le devant de la scène, c’est au tour de Black Bleeding de prendre le mic et on s’avance la duvel verte à la main.

David : Gronibard, avant d’être les apôtres de l’amour (avec un grand « G ») qu’on connaît, c’est de la bonne humeur, et en général une putain de guerre dans la fosse, bref, une soirée qui donne la banane. Pas surprenant du coup qu’à l’annonce de la date à Bruxelles par l’asso « Undercore BxL », les préventes se sont bousculées au portillon ! Ni une, ni deux, U-zine s’est précipité sur l’occase : 3 préventes en poche, location d’une U-zine Mobile top moumoute (histoire d’en mettre plein la vue aux Belges) et vrouum en route vers le pays le plus cool du monde… enfin, si les directions y étaient pas putain de mal (ou pas) indiquées !

Déjà quand on est assez con pour ne pas trouver la bonne direction de l’autoroute vers Bruxelles, fallait pas s’attendre à ne pas se paumer une fois arrivés à l’étranger… ça n’a donc pas manqué, une fois de plus, du coup on a loupé Unsu. Et une fois devant la salle, nous nous sommes rendus compte qu’on avait loupé plus encore…
« - Ah bah y’était temps que vous arriviez !
- Putains de directions… C’était bien Unsu ?
- J’sais pas j’suis arrivé pour le set de Mucus.
- MUCUS ETAIT LA CE SOIR ?? »


Bref, heureusement une bande de joyeux drilles Belges allaient bien vite me redonner le sourire.

Prout : Putain t'es chaud David. Vas-y je te laisse le mic :P

Black Bleeding

David : Je ne connaissais absolument pas Black Bleeding avant ce soir, mais ce cher tonton Hraesvelg m’avait bien donné envie. Ne voulant pas mourir con, j’ai décidé de me mettre aux premières loges. Et bim, baffe dans la tronche. Black Bleeding, je pensais naïvement que c’était du grind, et j’en ai eu pour mes frais ! C’est un concentré de tout ce qui se fait de meilleur : grind, death, brutal death, petits passages plus mélodiques, voire black. Le tout est extrêmement varié, et la plupart du temps groovy, pour le plus grand plaisir des oreilles. En parlant de plaisir des oreilles d’ailleurs, bonne surprise, le son est étonnamment bon vu la salle.

Pour en revenir à la scène, ça joue bien et c’est foutrement pêchu tout en ayant son lot de délires. Les gars ont l’air super content d’être là, le batteur étant visuellement celui qui m’a le plus impressionné. En plus d’assurer derrière le fût, le mec n’a pas arrêté pendant tout le set de faire des mimiques assez drôles. Ca vanne également pas mal entre les membres du groupe, l’un d’eux répondant à Prout -Très bon groupe de black metal !
- C’est faux ! Un bon groupe de black metal ça n’existe pas !
»

Cette scène qui ne se prend pas la tête fait toujours plaisir à voir, et le reste du public semble lui aussi avoir passé un excellent moment. Le groupe nous quitte, promettant de revenir nous jouer des morceaux de bal musette à la fin de la soirée… Je demande à voir ça !

Prout : J'avoue que je me suis bien amusé aussi mais je n'ai par contre pas trop été emballé par Black Bleeding musicalement. J'y ai largement préféré l'idée de la fanfare. Comme quoi on peut être un gros con et avoir des mauvais goûts. Pas assez groovy comme j'aurais aimé, pas assez puka puka et un peu trop linéaire. Le chant criard qui fait mal aux oreilles est à l'origine de mon interjection, ça faisait quand même limite Black parfois.

Gronibard

David : Le clou du spectacle arrive, et il est visiblement très attendu par le public Belge (avec plein de français dedans) ! Quand on y pense, c’est assez bizarre de voir une salle pleine à craquer au point qu’on n’arrive plus à se déplacer, tout ça pour un groupe à blagues… A vrai dire, pendant longtemps j’ai considéré Gronibard uniquement par son aspect pipi-caca, ce qui ne m’a jamais poussé à écouter leurs disques. Mais ça, c’était avant. Depuis que je les ai vus en concert (c’était lors du Mass Deathtruction 2010), j’ai désormais plus de considération pour les Gronib’, certes pipi-caca, mais avec des compos bien groovy et une bonne humeur qui fout la banane en live.

Le groupe arrive sur les coups de 21h (ils se couchent tôt ces Belges !), du moins 4 de ses 5 membres, et c’est la déconnade totale dès le départ : costumes « Super Gay », bassiste totalement à poil, et hurleur affublé d’un costume de pirate « c’est pour ce costume de merde que t’as mis autant de temps ? ».

« Allons-y matelots, à l’abordage ! ». Et c’est parti pour environ quarante minutes (oui, quarante minutes… c’est court !) de bonne humeur, de franche rigolade, mais aussi de gros bordel dans la fosse et de goregrind sacrément groovy. Le son, comme pour Black Bleeding, est de qualité ce qui ne gâche rien. Le vocaliste semble surmotivé et le public le lui rend bien, pogos et slammeurs se relayant durant la prestation de Gronibard. Etant cette fois ci pile devant le groupe, j’ai pu observer que malgré le côté poil à gratter, musicalement ça reste bien carré. A vrai dire, quand on observe le batteur, plus de doutes possibles : ça joue super bien.

L’envie de headbanguer était bien présente pendant tout le set, c’était le principal ! Concernant la setlist justement, Gronibard a joué… euh.. à vrai dire, j’en ai aucune idée (comment ça « on s’en fout » ?), n’ayant jamais écouté les albums. Heureusement, les Nordistes ont pensé à tout pour les néophytes comme moi avec des reprises de grands classiques comme « Love Don’t Let Me Go » de David Gay-ta ou encore « On est Champions » (mais si, la chanson pour l’équipe de France de football en 2002 !) de Johnny « ah que Gronibard c’est vachement bien » ! Inutile de préciser que ces monuments de la musique ont été reproduits à la perfection. Le groupe nous a offert un show intense, dont le seul point noir est sa durée. Pas grave, ils reviennent à Lille en février !

Prout : Y'a pas à dire, le Jack Sparrow GrindCore ça déménage et Gronibard c'est toujours aussi bon. Du puka, des riffs qui groovent, et un humour misogyne des plus délectables et gratuit, pour moi ils ont tout compris. Non je vais pas en rajouter David a tout dit.

David : Une putain de soirée chez nos amis Belges au final, même si on aurait aimé que ça dure un peu plus… Résultat, 22h et le show déjà terminé… enfin presque… car comme promis, les Black Bleeding débarquent, accordéon, percussions et cie, pour nous offrir un grand moment de bal musette ! C’est assez drôle et ça met une ambiance festival dans la salle, qui durera un bon moment après le show, prolongeant quelque peu la soirée musicalement parlant.

Prout : Les gros de Undercore Bxl nous ont encore une fois chouchoutés avec leur soirée sous le signe de la démence mais de la bonne humeur. Des gros seins il y en avait, et j'ai raté de peu le plan à 4. La bière est bonne en Belgique par contre elle a tendance à bien te démonter la tronche, autant que cette putain de date !! Merci à Undercore !!