Live reports Retour
vendredi 8 octobre 2010

Klone + Lopsided + Om Mani

La Chimère - Lille

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Enfin! C’est ce que les fans de nos Klone nationaux (dont je fais ardemment partie) ont dû se dire à l’annonce des dates de la tournée… c’est que ça fait déjà presque six mois que « Black Days » est sorti, ils se seront fait attendre les gaillards ! C’est donc depuis hier, et la première date à La Boule Noire à Paris, que les Poitevins sont sur les routes pour défendre cet opus plus rock que ses prédécesseurs, mais aussi beaucoup plus varié. On peut dire que six mois n’auront pas été de trop pour parfaitement assimiler ce disque dantesque, qu’on a beaucoup aimé sur U-zine ! Ce soir, c’est à La Chimère, bar/salle de concert, et endroit incontournable pour tout métalleux de la région Lilloise, que le groupe continue son chemin.

Lopsided

Début des hostilités un peu après 20h30 avec un groupe local, Lopsided. A vrai dire, je n’avais écouté qu’un morceau sur leur myspace d’une oreille inattentive avant de venir… et j’ai juste pris une belle claque, bonne surprise ! Les Lopsided proposent une musique très variée, qu’on pourrait qualifier de rock progressif, mais qu’il serait réducteur de résumer à cela. Le combo passe avec une simplicité déconcertante d’un extrait posé à des passages plus aériens, sans oublier les riffs metal bien gras (« The Third Circle »). Cette alchimie évoque parfois un autre groupe frenchie, Dysfunctional By Choice, bien qu’ici le mélange semble plus fouillé, limpide, et surtout plus violent.

Et le chanteur, Nico, est à l’image de la musique : tout en variations. D’une voix claire tout simplement magnifique me faisant penser à celle du haut perché vocaliste de Psykup, Julien Cassarino ; on passe lors des passages énervés à une voix plus hardcore, elle aussi réussie. Dommage que les balances n’aient pas mis assez en avant le chant !

Le groupe, visiblement très content de jouer devant une salle assez garnie (il y a quand même 50 personnes dans une salle pouvant en contenir environ 80, pour un groupe de première partie ça reste pas mal), se donne sans compter, que ce soit le chanteur ou les zicos. Ces derniers seront bien actifs durant le set, et sans fausse note s’il vous plaît ! L’attention revient quand même en priorité sur Nico, dont le jeu scénique fait primer l’énergie sur les riffs les plus metal du groupe, et l’émotion sur les magnifiques passages « Toolesques » que comporte la musique des Lillois. Dommage, j’ai pas assez de monnaie pour m’acheter l’EP « In Your Steps »… je me rattraperai, pour sûr !

Om Mani

A peine le temps de taper la discute dehors que d’autres Lillois ont déjà pris la scène d’assaut : il s’agit cette fois d’Om Mani, groupe qui s’est très vite fait remarquer en 2006 avec sa démo « Help Is On The Way », et auteur d’un excellent « Apology » pour son premier véritable album l’année dernière. Et merde, le groupe en est déjà au second morceau, j’aurais pas vu le magnifique « The Call » en live cette fois-ci ! C’est donc sur un « Burn Out » illustrant parfaitement la musique du combo que mon live d’Om Mani débute : des riffs et rythmiques pachydermiques à la Meshuggah, aérés par des passages plus atmosphériques, sombres. On pense immédiatement à Hacride ou Textures, même si le groupe possède sa patte mélodique personnelle. Et si la mélodie se taille tout de même une part importante du gâteau Om Mani, c’est en grand partie grâce au chanteur, Max. Que ce soit quand il hurle, chante ou murmure, cela sied toujours à la musique de la plus belle des manières : quelle justesse !

Le show se passe dans une ambiance très agréable malgré la chaleur, phénomène récurrent lorsque la Chimère est bien remplie. Le groupe est globalement moins mobile que les Lopsided, mais livre une bonne prestation. Cette fois au moins, on peut parfaitement profiter du chant ! Seulement, un accroc de taille viendra ternir la prestation des Nordistes : la guitare aura été quasiment inexistante tout au long du set d’Om Mani. C’est d’autant plus dommageable que les personnes qui ne connaissent pas le groupe n’auront pas pu profiter des mélodies pourtant si belles des compositions d’ « Apology ». Et lors des passages polyrythmiques, l’absence de guitare dans les balances se fait malheureusement encore plus sentir.

On essaye de faire abstraction de ce détail en se concentrant sur les performances du vocaliste, et de Mike, le batteur. C’est un régal de le voir marteler ses fûts, et on comprend mieux pourquoi il y a peu de temps les gars d’ Hacride l’ont accueilli dans leurs rangs en tant que membre définitif cette année (félicitations à lui au passage)! J’espère revoir ce groupe qui mérite vraiment qu’on y jette une feuille dans de meilleures conditions sonores à l’avenir…
Allez j’vais faire mon chauvin… Si vous souhaitez découvrir, l’album « Apology » est en téléchargement par là, enjoy !

Setlist Om Mani :
The Call
Burn Out
Venus
Eternal Sleep
Ajna
Bad Seed
Trapped Outside

Klone

Place aux très attendus Klone, pour lesquels la petit Chimère littéralement blindée (près de 100 personnes) se transformera en véritable fournaise ! Le groupe est en place, le set démarre, sans surprise, par « Rite of Passage », le titre d’ouverture de « Black Days »… et là, malheur ! Les problèmes de son, encore et toujours ! Le son des instruments est globalement trop fort, et imaginez un peu ce que donne le tout avec des samples en arrière-plan… Je dirais pas que c’est la bouillie, mais le son ne fait pas vraiment honneur aux morceaux. Le pire dans tout ça, c’est que globalement, on n’entend pas assez la voix exceptionnelle de Yann Ligner. Une fois c’est pas assez, une fois on l’augmente, mais en y mettant trop d’effets… Ces problèmes ont l’air de gêner particulièrement Yann qui à plusieurs reprises tentera de demander des rectifications.

Le groupe, scéniquement, impressionne. On sent l’expérience que les Poitevins ont accumulé avec les années. Les musiciens s’éclatent, et Yann, visiblement bien à l’étroit sur la petite scène de la Chimère, s’autorisera de nombreuses incursions dans le public. On sent une complicité entre les membres du groupe qui fait plaisir à voir, et qui nous donne le sourire. Chacun y va de sa gueulante pour haranguer le public, même le batteur Florent qui aura effectué une bien belle prestation lui aussi.

Les morceaux extraits de « Black Days » et « All Seeing Eye » s’enchaînent jusqu’à ce que le miracle divin intervienne : le son s’améliore sur « Hollow Way », puis de manière considérable sur un « Spiral Down » qui mettra tout le monde d’accord ! C’est à partir de ce moment que j’ai personnellement réussi à rentrer dans le show, l’enchaînement « Spiral Down » et « The Spell is Cast » m’ayant littéralement soufflé en live ! Yann Ligner (je suis fan, vous l’aurez compris) déroule, autant par son jeu de scène particulier (cette façon de se baisser en écartant les jambes, qu’il utilise aussi avec Mistaken Element… unique !) que par sa voix, qui est aussi divine que sur album. Le chant atteindra des sommets (j’en ai des petits frissons) sur le refrain déjà culte de « Give Up The Rest » sur lequel Yann s’impose comme l’un des meilleurs vocalistes du metal français !

Mon seul regret aurait été la non-présence de morceaux plus musclés… et mon vœu sera exaucé avec le lourd « Monster », morceau bonus de « Black Days » (mais pourquoi ne pas l’avoir intégré à l’album ? Trop en décalage avec le reste ?), et un « All Seeing Eye » qui mettra ma nuque à l’épreuve ! Une bien belle façon de terminer un concert qui avait pourtant mal commencé, et qui au final m’a mis la banane pour toute une partie de la nuit…

Setlist Klone :
Rite of Passage
Promises
Rain Bird
Empire of Shame
Immaculate Desire
Closed Season
Holloway
Spiral Down
The Spell is Cast
Give Up The Rest
Monster
Behold the Silence
All Seeing Eye


Au final, je n’ai qu’une hâte… revoir Klone, en espérant que les problèmes de son ne s’invitent pas à nouveau ! Les Poitevins confirment leur statut sur la scène française, les morceaux du dernier album passent merveilleusement bien l’épreuve de la scène et Yann n’a pas usurpé sa réputation de chanteur monstrueux, aussi bien en live que sur album. N’hésitez pas à découvrir Om Mani et Lopsided, deux très bons groupes Lillois qui ont les atouts pour monter plus haut !

Merci à l’organisatrice Céline pour cette belle affiche qui a rencontré un joli succès, et aux trois groupes d’avoir livré une belle prestation malgré les problèmes de son qui sont, finalement, passés au second plan ! C’est toujours un vrai plaisir de venir à La Chimère !