Live reports Retour
dimanche 28 mars 2010

Paris Extreme Fest - Dimanche

Elysée Montmartre - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après les journées punk et hardcore, place à l'ultime journée : metal. Au programme, une tripotée de groupes pour une affiche assez hétéroclite. Veuillez nous excuser, mais pour des raisons de retard à une interview d'Arch Enemy (2h d'attente), le live report ne commence qu'à Treponem Pal.


Treponem Pal

Juste après la pause de 2h du festival, les français de Treponem Pal sont montés sur scène, bien décidés à séduire le public parisien. C'est avec un son plutôt correct que le groupe a livré un bon set. Puisant à la fois dans leurs anciens et leurs derniers albums, le groupe d'indus a proposé aux fans une setlist équilibrée. Malheureusement, il devait y avoir 500 personnes tout au plus dans la salle à ce moment là (contre 900 au maximum dans la journée). Malgré cela, Treponem Pal s'est donné à fond, restant pro et carré. Reste que d'un point de vue personnel, l'indus n'est pas ma tasse de thé. Bref, l'ennui m'a gagné même si Marco Neves, le chanteur, a eu beaucoup de charisme...

Setlist : 1) Blow Me Out - 2) Out Of Reach - 3) For Progress - 4) Pushing You Too Far - 5) Psycho Rising - 6) Dirty Dance - 7) Planet Crash - 8) Unclean - 9) Excess And Overdrive
 

Entombed

La Suède était à la fête en ce dimanche de festival, avec pas moins de 3 représentants de haut standing : Arch Enemy, Dark Funeral et Entombed. C'est avec Entombed que le bal des scandinaves s'est ouvert. Ce fut le concert de la journée pour moi, et peut-être pour les 900 personnes présentes. Entombed a envoyé la sauce comme il fallait, toujours avec un côté humoristique/alcoolique de son leader L.G. Petrov. Bénéficiant d'un son excellent, proposant une liste de morceaux très alléchante, Entombed a convaincu la majorité du public, provocant de beaux pogos avec son death’n’roll pour boire. Comme toujours, Petrov et Alex Hellid (guitare) ont fait le show, mais pour une fois, c'est aussi le batteur Peter Stjärnvind qui a été plaisant à regarder. On notera que Petrov ne changera jamais, avec ses habituelles morves qu'il évacue de son nez, ses cheveux qu'il retire de sa bouche, en les brandissant à la foule. Bref, Entombed n'a pas surpris, loin de là. Le groupe assure toujours, mais là, il a bénéficié de conditions idéales pour jouer. D'où un show de grande qualité, plaisant à regarder.
 

Samael

La Suisse a perdu Celtic Frost et Coroner, mais peut toujours compter sur Samael parmi ses vieux groupes. Mais là où Entombed a bénéficié d'un son de grande qualité, Samael a été lésé : un peu trop de basses. Du coup, malgré l'énergie toujours présente de ses membres, malgré le charisme de Vorph, son chanteur-guitariste, la prestation du groupe a été moins convaincante qu'Entombed. De plus, les désagréables effets stroboscopiques de la lumière, en fonction de la boîte à rythme, ont définitivement fait passer cette prestation pour beaucoup moins bonne que la précédente que j'avais vue d'eux (Deicide - Vader - Samael à Paris - 2009). Mettant en avant leur dernier album, Above, plus noir que Solar Soul, celui qui l'a précédé, Samael a fait ce qu'il avait à faire, bien aidé par Vorph, qui parle français. Pour finir, c'est avec le très entraînant "Slavocracy" que Samael s'en est allé. Une prestation en demi-teinte, mais on sait que le groupe est capable de bien mieux.


Dark Funeral

Samael a commencé par le black metal, pour se tourner ensuite vers l'indus et l'electro metal. Ce n'est pas le cas des suédois de Dark Funeral, bien ancrés dans le black. Le groupe n'était pas venu en tournée l'année dernière pour promouvoir son dernier album, Angelus Exuro Pro Eternus. Il a donc fait oublier cette absence avec une tournée comportant de nombreuses dates en France. La bande d'Emperor Magus Caligula, en armure, avec corpse paint, a livré un set en demi-teinte, en partie entaché par un son exécrable... Néanmoins, au niveau des satisfactions, le batteur, Dominator, a été vraiment impressionnant par sa vitesse d'exécution. Une sacrée machine ! De même, Emperor Magus Caligula a été performant au chant, et on a pu agréablement voir le groupe bouger sur scène. On restera cependant sur sa faim avec une setlist sans grande surprise et une impression de voir le groupe en roue libre, notamment à cause de la présence de plusieurs morceaux en mid tempo.

Arch Enemy

Pour terminer, c'est Arch Enemy qui est monté sur scène, aux alentours de 23h50. Malheureusement, cet horaire tardif a fait qu'une partie de la salle s'est vidée, mais les fans sont restés. Et ils ont eu raison : Angela Gossow et ses hommes ont donné un très bon concert, bénéficiant du meilleur son et des meilleures lumières de la soirée. La setlist, sorte de best of de luxe, a été bien choisie, et chaque musicien a bien joué. Les frères Amott ont été vraiment bons ce soir là, et, pour une fois, on n'a pas eu l'impression qu'Arch Enemy faisait son boulot. C'était certes très carré, mais le groupe paraissait un peu plus accessible que d'habitude, un peu plus proche de ses fans. Ce fut sans doute grâce à Angela, en grande forme (vocalement et physiquement), qui débordait d'énergie sur scène. Rendez-vous au Hellfest pour y regoûter !

Setlist : 1) Intro - 2) The Immortal - 3) Revolution Begins - 4) Ravenous - 5) Taking Back My Soul - 6) My Apocalypse - 7) Shadows And Dust - 8) Silent Wars - 9) I Will Live Again - 10) Dead Eyes See No Future - 11) We Will Rise - 12) Snow Bound - 13) Nemesis - 14) Fields Of Desolation (outro)

 

Les + du festival :
- Tout centralisé au même endroit durant un week end
- Bonne organisation
- De éclectisme durant chaque journée

Les - du festival :
- Tarif excessif
- Difficulté financière pour les non parisiens de rester durant 1 week end entier
- Heure de fin des journées hardcore / metal : trop tard
- Début trop tôt aussi