Live reports Retour
dimanche 15 novembre 2009 - U-Zine

Amon Amarth + The Arrs

Ninkasi Kao - Lyon

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Direction la capitale des Gaules, Lyon qui accueille ce soir les Vikings D'Amon Amarth, pour leurs deuxième et dernière date en France en 2009 de leur tournée de fin d'année. Pour une fois aucune date programmée sur Paris, et la veille ils étaient sur Nancy, saluons donc MyreferencEvents qui a programmé cette date qui fut Sold Out depuis fort longtemps. Comme vous le savez probablement, Evile devait assurer la première partie de cette tournée en compagnie des suédois d'Amon Amarth, mais le décès de leur bassiste Mike Alexander les a fait annuler. Au final ce sont les Frenchies de The Arrs qui assurent la première partie de ce concert à Lyon.
Il est 18 heures passés, la file d'attente devant le Ninkasi Kao est déjà impressionnante, la bière coule à flot, l'hydromel aussi, une nouvelle fois le monde (du Metal) est souvent très petit et cette attente permet de rencontrer et/ou revoir de nombreuses personnes et connaissances. Un temps doux pour l'époque et une bonne humeur commune promet une bonne soirée. La suite prouvera ceci.

The Arrs

Suite au désistement d'Evile, place donc aux gaulois de The Arrs qui auront la dure tache d'ouvrir pour les vikings suédois d'Amon Amarth. Pour ma part, première fois que j'avais l'opportunité de voir The Arrs sur scène, et vu la bonne réputation sur disque et les bons échos en live, j'étais assez curieux de voir la prestation de ce groupe. Le Ninkasi Kao est déjà bien rempli quand commencent les hostilités, The Arrs propose un metal/death core/metalcore très efficace, c'est indéniable, Niko leur chanteur, dreadlocks détachées se démène dans tous les sens, on sent le groupe qui commence à avoir de la bouteille et qui n'est pas impressionné par le fait d'ouvrir pour un groupe comme Amon Amarth, même si ils sont assez fiers d'être là, et nous le font savoir. Ils prennent possession de la scène du Kao, et offrent un set efficace et punchy. Musicalement, j'ai trouvé le tout un petit peu répétitif, c'est mon avis personnel, ça envoie du bois, mais je n'ai pas accroché à tout le set, peut être que l'envie de revoir les suédois ensuite était trop forte et que je n'étais pas en condition pour accrocher pleinement à leur prestation, ou qu'ils ont commencé trop fort pour ensuite s'essouffler.

Malgré tout, ne boudons pas notre plaisir d'avoir eu un des groupes français du moment, qui a un bel avenir devant lui, et déjà bon nombre de fans en France. Public en tout cas globalement satisfait de leur prestation, et qui a nourri de bons applaudissements pour The Arrs. Pour ma part les revoir en festival en plein air serait avec grand plaisir, et je pense me pencher un peu plus sur la discographie de The Arrs, au fond c'est surement bon signe de vouloir écouter plus attentivement un groupe après les avoir vus pour la première fois en concert, non?

AMON AMARTH

Ce soir l'excitation est palpable, la salle du Kao est pleine à craquer, balcons et fosse bondés, il fait déjà bien chaud alors qu' Amon Amarth n'a pas encore commencé son set. Personnellement ce sera la troisième fois que je peux les voir en concert cette année, et après un set chaud bouillant et enfumé au Hellfest sous le chapiteau qui restera dans toutes les mémoires, et une prestation d'anthologie au Metal Camp en Slovénie sur la scène principale, sous des trombes d'eau, avec tonnerres, éclairs et show pyrotechnique des grands soirs, ce sera une troisième manière différente de voir Amon Amarth, ce coup ci en salle dans une configuration on dira plus intimiste. Un bon test pour juger Amon Amarth et de leur capacité à s'adapter aux différents lieux de concert, surtout par exemple après ma déception il y a peu de la prestation de Devil Driver à la Loco à Paris, qui m'a fait comprendre que ce groupe est plus fait pour jouer en festival qu'en salle.
Pour revenir au concert de ce soir, c'est vrai que la scène du Kao est assez petite et voir le groupe d'aussi près fait tout autant plaisir qu'en festival, les suédois sont comme à l'accoutumée souvent alignés en devant de scène et offrent ni plus ni moins une leçon de concert efficace et prenant. Ce soir le public est chaud bouillant, entièrement voué à la cause viking, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu , comme ce soir une aussi bonne ambiance en salle dans la ville de Lyon, les refrains sont repris à pleins poumons, les poings sont levés en rythme, ambiance des grands soirs dans la capitale des gaules, ça hurle, ça chante, ça bouge, ça headbangue en choeur!

Johan Hegg tout de noir vêtu, toujours aussi impressionnant, Ted Lundström à la basse sera vite torse nu, arborant un dos complet tatoué du plus bel effet, Johan Söderberg, Olavi Mikkonen les deux gratteux aux instruments superbement décorés aux couleurs du groupe sont adeptes du headbang, et à la batterie, un Fredrik Andersson qui a du assurément transpirer à grosses goutes à marteler ses futs, derrière eux le backdrop représentant le superbe artwork signé par Tom Thiel, de leur dernier album Twilight of the Thunder God. Pour ce qui est de la setlist c'est du classique, et si il n'y a pas de surprise, on a droit à de la pure efficacité, qui ravira le public. Twilight of Thunder God pour commencer les hostilités avec une musique d'intro histoire de chauffer la foule, on fait rarement mieux pour vous mettre dans l'ambiance, Guardians of Asgard, Asator ou un Death in Fire des familles pour vous décrocher les cervicales, et vous donner envie d'aller occire l'ennemi et de partir en guerre au nom d'Odin . Houla je m'égare, mais on en est pas loin vu le Death efficace, bourrin, mélodique et technique proposé par Amon Amarth, on est en face d'une putain de machine de guerre, qui, bien aidé par le mid tempo arrive a vous embarquer en transe durant tout un concert, et les refrains sont là pour provoquer une connivence entre public et groupe.

Parlons un peu de Johan Hegg, ce géant viking, qui a un putain de coffre et un véritable charisme, une voix hors du commun, et en plus toujours son sourire malicieux, qui se fend de petits mots en français, pour le bonheur de l'auditoir. Entendre un 'c'est fantastique' avec un large smile sincère de sa part, en voyant le public reprendre en choeur un refrain, ça vous donne l'impression d'avoir un retour de la part du groupe ce qui n'est pas toujours le cas il faut bien l'avouer. Johan Hegg, comme à son habitude est accompagné de sa corne à sa ceinture et il se tape quelques lampées de breuvage alcoolisé entre les chansons avec un petit 'santééé' à l'accent suédois adressé au public. Il se démène et finira le set trempé de sueur. Il n'oublie pas non plus le groupe Evile et une chanson est dédiée en la mémoire de leur regretté bassiste Mike Alexander, le public offrira de chaleureux applaudissements en son honneur, sous le regard ému des membres du groupe. Qui a dit que les vikings n'ont pas de coeur et le sens de l'amitié? Le set se finira sur Runes of my Memory et Pursuit of the vikings, du classique et du lourd histoire d'achever un public aux anges, ou au Valhalla si vous préférez!

Un concert vous l'aurez compris avec des musiciens heureux d'être là pour envoyer la sauce, un public des plus nombreux et réceptifs, ont fait de cette soirée un putain de concert dont on ressort avec des mélodies plein la tête, et un sourire jusqu'aux oreilles tout simplement. Saluons une nouvelle fois MyreferencEvents qui a organisé cette soirée sous le signe des Vikings et qui restera en mémoire comme un des gros coups de haches à travers la tronche dont Amon Amarth a le secret, et le pire vous savez quoi, par Thor on en redemanderait !