Live reports Retour
mardi 22 septembre 2009

Swashbuckle + Alestorm + Korpiklaani + Ex Deo + Unleashed + Die Apokalyptischen Reiter

Transbordeur - Lyon

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Pagan Fest 2009 / Lyon Transbordeur 22 septembre.

En cette journée de septembre direction Lyon et particulièrement Villeurbanne et son Transbordeur, salle de concert qui accueille ce soir le Pagan Fest. Le Pagan Fest est un Festival Metal qui a la caractéristique d'inclure dans son affiche des groupes dits pagan, folk, vikings où inclassables. Ce festival est itinérant et traverse l'Europe du 11 septembre au 3 octobre, tournée marathon sans pause c'est à signaler. Après avoir mis le feu à la Loco à Paris la veille, ce festival fait donc escale dans la ville lumière grâce à Base Productions. Les finlandais Korpiklaani, les allemands Die Apokaliptischen Reiter, les écossais Alestorm, les québécois Ex Deo, les américains Swashbuckle, et les suédois d'Unleashed sont présents sur ce Pagan fest, ce soir l'affiche est des plus alléchantes et éclectiques.
Avant l'ouverture au public, on peut croiser les membres d'Alestorm qui sont dehors au soleil, photos et discussion avec le public dans la bonne humeur, on verra aussi passer les allemands de Die Apokalyptischen Reiter, qui feront le bonheur de quelques fans avides d'autographes ou de photos souvenirs. Il est 18 heures, les portes s'ouvrent, le public n'est pas très nombreux pour l'instant, mais l'ambiance promet d'être des plus sympathiques, kilts, cornes à boire, tricorne, bustiers, robes de wenches, déguisements et objets divers sont de sortie.

Swashbuckle
A peine le temps de jeter un oeil au merchandising, de boire une bière (hors de prix, c'est le transbordeur on est habitués) et de discuter quelques minutes, que Swashbuckle à 18h30 commence déjà à jouer devant un Transbo quasi vide... N'ayant pas entendu le concert débuter, direction la deuxième salle pour voir les américains de Swashbuckle, qui proposent un Thrash/Death Metal festif, sur fond de légendes de pirates. Les membres du groupe eux même déguisés en corsaires, faux perroquet rouge sur l'épaule du chanteur, tricornes et tout le folklore est de sortie. Pendant la chanson Party Boat une personne déguisée en requin avec deux jambes humaines dans la gueule fera son apparition sur scène, tout comme un homme perroquet, effet comique garanti et des plus sympathiques. Swashbuckle est un groupe efficace en live, qui transpire la chaloupe et la bonne humeur, mais le set est très court, 30 minutes malheureusement. Le public est un peu plus nombreux sur la fin. Le concert commençant tôt il est vrai, mais dommage aussi que les lyonnais préfèrent boire leur bière, ou s'assoir aux tables dans la première salle, que de voir, et découvrir les groupes qu'ils ne connaissent pas...

Ex Deo
Pause houblon et discussion entre compagnons de la région lyonnaise présents au Metal Camp, pendant ce temps un sceptre romain avec l'aigle à sa base, est installé sur scène de chaque côté, ce sera donc Katakl.. euh je veux dire Ex Deo qui va désormais envahir Lugdunum.
Petite précision, Ex Deo est le projet personnel de Maurizio Iacono (chanteur de Kataklysm) dont le thème central est l'empire romain, il est entouré en live des autres membres de Kataklysm, et ils défendent ce soir leur premier album Romulus.
Intro instrumentale, digne de la série Rome, ambiance fumée et lumières rouges sur fond de musique dignes d'un péplum, et c'est parti pour 30 minutes de Death metal épique. Les membres du groupe portent des armures légères en cuir noir, inspirées des légionnaires romains, Maurizio ayant l'aigle romain doré sur la poitrine. Le public adhère, ça headbangue en coeur, les poings levés. Maurizio Iacono n'hésite pas à parler dans la langue de Molière, entre chaque morceau pour haranguer le public, ou pour présenter le titre suivant, avant d'hurler comme il sait si bien le faire. Les fans purs et durs de kataklysm sont les premiers à renier ce side project (ah l'ouverture d'esprit dans le public metal est parfois aussi étroit que l'anus d'une poule) mais en live c'est efficace, construit, et le terme épique n'est pas galvaudé pour la prestation d'Ex Deo. Certes tout le monde préfèrerait surement de vrais instruments pour la musique d'ambiance en fond, malheureusement ce n'est pas le cas, car avec des vrais musiciens classiques ça donnerait une dimensions encore plus grandiose! Trente minutes suffiront à convaincre un grand nombre de sceptiques ou de personnes ne connaissant même pas Ex Deo avant de les voir sur scène. Prestation qui passa à la vitesse grand V c'est à signaler. Un set un peu plus long aurait permis d'avoir l'intégralité de leur album Romulus, mais ne gâchons pas ce plaisir d'avoir fait partie des privilégiés ayant pu assister à ce Pagan Fest et à cette tournée d'Ex Deo en Europe et à leur première date en terres lyonnaises.

Alestorm
Un petit quart d'heure histoire de se désaltérer, et place aux écossais d'Alestorm avec leur Pirate Metal des plus festifs et entrainant. Dans le public on peut même aperçevoir des sabres gonflables assortis aux tricornes. Après les avoir vus deux fois en plein air au Metal Camp 2008 tard dans la nuit, sur une petite scène et toujours en Slovénie au Metal Camp 2009 sur la scène principale sous une pluie diluvienne, deux concerts gravés dans mon esprit, la curiosité et l'excitation était grande de les revoir ce coup ci en salle. Autant le dire ce soir Alestorm met tout le monde d'accord, et offre le meilleur set de la soirée. Ambiance excellente dans le public, Chris au chant avec son orgue en bandoulière, torse nu, hurle à plein poumons, tout en pianotant, ce qui décuple l'envie du public de reprendre en choeur les refrains. les autres musiciens ne sont pas en reste et parcourent la scène de long en large, partageant avec le public et les photographes des regards et délires qui font toujours plaisir. Dani Evans à la guitare est toujours aussi facile, Gareth torse nu lui aussi, à la basse en transe durant tout le set. Tous les hits seront de la partie, que de l'efficace, Wenches and Mead, That Famous Ol' Spiced, The Quest...
Sur la chanson Nancy the Tavern Wench, Admiral Nobeard chanteur de Swashbuckle viendra donner de la voix en compagnie de ses compagnons pirates d'Alestorm sur le dernier couplet dans un beau moment de complicité et encore une fois de bonne humeur.

Pour Keelhauled, Alestorm sera accompagné sur scène de l'homme requin et de l'homme perroquet courant dans tous les sens, des membres de Swashbuckle venant sur scène pour arroser le public de bière, effet garanti, chaos total dans le pit comme sur scène. L'envoi de requin gonflable dans la fosse provoquera même du gros n'importe quoi entre bataille d'objets gonflables, dont le requin, crowd surfing sur ce même requin, et gros moment de délire dans tout le public. Bref une nouvelle fois Alestorm prouve que c'est un pur groupe live, qui se lâche pour son public et ne se prend pas au sérieux. Un set plus long aurait été le bienvenue car ils furent ce soir le groupe qui mit le plus l'ambiance au Transbordeur.
A signaler la présence du goupe avant et après leur set, très abordables et discutant et buvant des bières avec le public. Espérons que les organisateurs du Hellfest aient la bonne idée de programmer ce groupe écossais pour l'édition 2010 car il y a largement sa place et ayant pu converser avec eux, ils m'ont même confié qu'ils seraient des plus heureux d'être de la partie pour le festival de l'enfer.

 



Die Apokalyptischen Reiter
Il est 21 heure, dur de se remettre de l'ambiance festive de la prestation d'Alestorm. Place à Die Apokalyptischen Reiter, et à Fuchs, son chanteur facétieux. En fond de scène, une balançoire pour Dr. Pest le clavieriste toujours en costume SM, digne de la crampe (référence à Pulp Fiction) qui, quand il ne joue pas de son instrument, joue du martinet face aux premiers rangs. Die Apokalyptischen Reiter un groupe qui pour ma part en album oscille entre le très bon et l'indigeste, le sirupeux et le génial. Les voir en live était donc une réelle curiosité,et ce fut une confirmation de ce que je pensai de ce groupe, qui alterne le très bon, des chansons des plus efficaces et des passages très ennuyeux (c'est mon avis que les fans ne viennent pas me donner un coup de martinet merde!). On ne peut pas enlever à ce groupe le fait qu'ils ont au chant un Fuchs des plus charismatiques, un vrai frontman, qui alterne le chant clair et un chant plus Death suivant les chansons, qui a une vraie connivence avec le public et en plus toujours le sourire. Citons la très belle version de Riders on the Storm (rien à voir avec The Doors) un Adrenalin des plus efficaces, le petit moment sympa où une fille du public est montée sur scène, mais au final set inégal et sentiment mitigé pour ma part de leur prestation dont je n'aurai pas vu la fin, n'accrochant pas plus que ça, surtout aux chansons en allemand bien trop nombreuses à mon goût. Ce groupe jouant sur de nombreux registres, difficile d'accrocher justement à toutes ces influences. Heureux malgré tout d'avoir pu voir ce groupe en live, mais après la folie Alestorm, ça paraissait un peu fade parfois, sauf sur quelques morceaux vraiment efficaces. Il faut saluer la dextérité des très bons musiciens de Die Apokalyptischen Reiter, et surtout le talent et le charisme de Fuchs qui est un excellent frontman! Metal will never die!

Unleashed
Il est 22 heures place à Unleashed un des pionniers du Death Metal suédois, et un des premiers à avoir incorporé les influences viking dans leurs textes, parcourant le monde entier depuis une vingtaine d'années. Malheureusement la prestation de ce soir sera gâché par un son hyper mal réglé et bien trop fort, une batterie qui a failli me faire perdre une oreille quand je me trouvais dans les premiers rangs, les plus courageux étaient heureux de se lâcher dans le pit, mais un son aussi pourri m'a fait déguerpir, au bout de quelques chansons. Une heure de set au son trop fort et inaudible, vraiment dommage, ce sera direction la deuxième salle, pour discuter entres amis, ou avec les membres d'Alestorm. De nombreuses personnes trouvant la programmation de ce groupe pas très adéquat dans le cadre du Pagan Fest, atmosphère bien différente des autres groupes, qui cassa à mon sens l'ambiance dite festive de cette soirée. Dans un autre festival Unleashed a largement sa place mais ce soir je n'étais pas le seul à penser que leur présence, en tête d'affiche dans le running order, qui plus est avec un set d'une heure (pour 40 minutes pour Alestorm par exemple) était un drôle de choix par l'organisation du Pagan Fest... A oublier pour ma part, mais à revoir en festival open air, si l'occasion se présente.

Korpiklaani
Place aux finlandais de Korpiklaani, que je voyais pour la quatrième fois, après une prestation en demi teinte au Metal Camp 2008, j'espérai bien mieux de leur part. Ce soir, derrière son pied de micro en squelette de renne, Jonne au chant sera le chef d'orchestre de Korpiklaani. Le groupe semble assez statique, ou fatigué et ne prend pas vraiment l'espace de la scène, ce n'est pas trop grave car Jonne, tout sourire est en pleine forme et tiendra quasiment à lui tout seul le show ce soir. Les autre musiciens assurent le minimum en jouant parfaitement, tandis que Jonne lui danse, cabotine, partage ses bières et ses regards et sourires avec le public. Jouant une bonne heure, Korpiklaani alterne les chansons festives en incorporant des compositions plus calmes et traditionnelles.
Le titre Vodka en guise d'apéritif, transformant le public du transbordeur en alcooliques hurlant à la gloire de cette boisson alcoolisée, le public dansant et hurlant des Vodka Vodka.. Journey Man enchainé est un sacré bon choix, pour l'ambiance dans le public. Les gigues se mêlant aux pogos dans un bel état d'esprit. Citons aussi Juodaan Vinaan qui est une chanson des plus efficaces en live rendant le public sautillant, chantant le refrain en coeur! Cette chanson étant pour l'anecdote une reprise d'Hector chanteur folk populaire finlandais.

Setlist efficace avec un Huppiaan Aarre calme et envoutant, un Pine Woods rare et tout aussi ensorcelant sera aussi de la partie. Tuli Kokko transforma le transbordeur en transe, le public reprenant le "hey hey, hey oh, aie hey" avec entrain, Tuli Kokko ou la chanson qui vous fait chanter même si vous aviez attrappé la grippe H1N1..
Beer Beer, demandé par le public, est lancé tel un hymne par Korpiklaani, le public hurlant au nom de la boisson houblonnée, Jonne le chanteur ouvrant des bières pour en boire une gorgée et ensuite les offrir aux premiers rangs
Le public reprend souvent en coeur, tape dans les mains, ça slamme, ça moshe, vraiment une excellente ambiance dans le pit, magré les cons habituels qui slamment sans faire attention à ceux en dessous (merci les new rock ou rangeo dans la gueule) ou qui sont dans le pit les coudes en avant (merci au connard de m'avoir ouvert la lèvre et fait finir le Pagan Fest a cracher du sang au lieu de voir les 2 dernières chansons de Korpi). La fin du Pagan fest se finira donc pour moi à tenter d'arrêter de cracher du sang en ayant en fond sonore la dernière chanson de Korpiklaani largement ovationné par le public, pagan jusqu'au bout ha ha!!

Bilan Pagan Fest 2009

Tout d'abord saluons Base Productions d'avoir permis à ce Pagan Fest 2009 d'avoir lieu en France sur 2 dates et particulièrement à Lyon. Ensuite petite déception de l'affluence faible (environ 600 personnes) pour un concert proposant 6 groupes d'horizons si variés et à la renommée internationale. Malgré cela le public présent a du apprécier à sa juste valeur cette édition 2009, et a offert de bons moment de délires et d'ambiance. Les groupes eux on tout donné, seul bémol le son sur Unleashed qui rendit leur prestation isoutenable pour ma part. En tout cas, je souhaite de tout coeur que le Pagan Fest 2010 fasse à nouveau escale en terres lyonnaises l'an prochain, car ces concerts Metal à l'ambiance festive et bon esprit se doivent d'exister dans notre chère contrée!
Un dernier mot pour saluer toutes les personnes rencontrées durant cette soirée, qui avait vraiment une saveur digne de festival estivalier, et aussi la simplicité et l'accessibilité des membres d'Alestorm hors scène.