Live reports Retour
jeudi 24 juillet 2008

Deep Purple

Théâtre Antique - Vienne

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il y a des jours que l'on pense être maudits, ce fût ce que je pensais de ce 24 juillet 2008, le groupe mythique Deep Purple se produisait ce soir là au théâtre antique romain de Vienne, Deep Purple fêtant en plus ses quarante ans d'existence. Le prix des places, et le fait que le théâtre antique était partagé en trois catégories de places différentes m'ayant refroidit, je m'etais résigné à voir ce groupe de légende, en ayant toute la journée des chansons comme "Hush" ou "Smoke on The Water" en tête. Pour être honnête je sombrais doucement dans un gros moment de solitude et de déprime à l'idée d'entendre de mes fenêtres ne serait ce qu'une note de ce concert, lorsque mon téléphone sonna, il était 20h20, un ami m'appelait pour me signaler qu'il avait une invit' sur les bras et que la personne qui devait venir avec lui ne lui avait pas donné signe de vie... Forcément je sautais sur l'occasion, enfilant mes chaussures et embarquant mon appareil photo, direction l'appart' du pote, puis le théâtre antique !

La nuit tombe sur cet endroit superbe qu'est le théâtre antique de Vienne, qui est un théâtre antique romain, adossé à une colline qui donne sur la ville de Vienne, dont la capacité initiale était de 13 000 places, ramenée de nos jours à 8000 spectateurs environ. Chaque année durant la période estivale s'y déroule le Festival Jazz à Vienne, de renommée internationale, et de nombreux concerts en plein air dans un cadre unique en France, proposant une acoustique extraordinaire. Le concert débutait à 20h30 d'après le billet, nous ne verrions donc qu'une ou deux chansons de Café Bertrand, la première partie, ce que j'en ai entendu ne m'a pas emballé plus que ça, direction les premiers gradins, il fait un temps estival, le public est composé d'anciens rockers arborant des t-shirts de Deep Purple, des personnes de tout âges, en passant par des metalleux avec t-shirt de Slayer, Iron Maiden et autres groupes, ce qui est très rare dans cette enceinte plus habituée au public huppé et bon chic bon genre du festival de jazz à Vienne, un public hétéroclite pour un groupe de légende.
Deep Purple est composé de trois membres d'origine, Ian Gillian (au chant), Roger Glover (à la basse) , et Ian Paice (à la batterie) et les deux autres musiciens de talent qui les ont rejoints ces dernières années et font partie intégrante du groupe sont Don Airey au clavier qui a rejoint le combo en 2002, et qui à joué entre autres avec Ozzy Osbourne, Judas Priest, Black Sabbath, Gary Moore, Jethro Tull, Whitesnake (dans le genre CV de grande classe il y a pire ) et Steve Morse à la guitare qui a remplacé Ritchie Blackmore en 1994, Steve Morse qui fut excusez du peu, élu Meilleur Guitariste de l'Année fin des années 80, début années 90 par les lecteurs du magazine Guitar Player pendant cinq ans de suite (puis classé hors concours pour permettre aux autres de gagner...).

Les présentations faites, place au concert en lui même, le groupe arrive sur scène sous les vivas de la foule, à signaler pour l'occasion deux écrans géants, avec plusieurs caméras, pour le plus grand bonheur des spectateurs installés dans les gradins les plus hauts de ce théâtre. Ian Gillian avec lunettes noires et vêtu d'un T-shirt blanc, Roger Glover avec un bandana mauve, Steve Morse manche courtes et chevelure blonde au vent, et derrière eux, surélevés par rapport à la scène, Ian paice et sa batterie et Don Airey entouré de plusieurs claviers à la droite de Paice. Le premier morceau me laisse craindre le pire, la voix de Ian Gillian n'est pas placée et le début du concert me pousse à croire que le concert risque d'être catastrophique, mais que nenni, il suffira simplement à ce chanteur de génie de chauffer sa voix durant une chanson pour montrer l'étendu de son talent, partir dans des notes différentes, voire très aiguës pour rassurer par la même de nombreuses personnes et moi le premier. Ce soir ce qui frappe le plus c'est le plaisir et la connivence entre les musiciens, durant ce concert chacun aura son moment pour se mettre en évidence, du solo de Ian Paice qui fit trembler les pierres du Théâtre tout comme le toucher de Roger Glover, lors d'un duel avec Steve Morse. Que dire de Don Airey qui au clavier transforma l'espace d'un instant ce concert en une messe païenne, et interprétant aussi bien une intro de film d'horreur, que des petits bouts de musique classiques, dans un silence de cathédrale, allant jusqu'à poser quelques notes de "alouette gentille alouette" repris en chœur par le public dans un moment de déconnade du plus bel effet. Sans oublier la démonstration de techniques de ce même Steve Morse qui en l'espace de quelques minutes va tout simplement faire avec sa guitare tout ce qu'il est possible d'en tirer, des sons venus d'ailleurs, un moment magique qui emmena tous les spectateurs dans un autre monde celui de la maëstria et du génie à l'état pur, rien que d'y penser j'en ai des frissons, combiner des sons jazzy, thrash, metal, country, mélodiques, rapides tout en toucher sans que cela fasse tape à l'œil et rendre ce moment cohérent et unique puis enchaîner sur "sometimes i feel like screaming" comme si il jouait jeux interdits, si ce n'est pas du talent à l'état pur je ne vois pas ce que c'est! Ci dessous, lien d'une vidéo que j'ai prise à la fin de ce solo, et l'enchaînement de "sometimes I feel like screaming": cliquez là

Pour ce qui est du choix des chansons, ce fut un bonheur pour les esgourdes, "black night", et son riff reconnaissable entre mille, repris en chœur par le public au plus grand bonheur des Deep Purple, "strange kind of woman" où Steve Morse se lâcha d'un putain de solo final, Gillian Hilare à ses côtés, "perfect strangers" et le son des claviers lors du refrain doit encore résonner dans les oreilles de nombreuses personnes, "speed king" véritable hommage au rock'n roll, si je ne me trompe pas ce fut le moment où Deep Purple se fendit d'un petit medley, rock interprétant des standards d' Elvis, Ray Charles, et de Jerry lee Lewis, Don Airey se lâchant littéralement sur ses claviers à la manière du Jerry Lee Lewis, pour revenir après ces instants rock'n roll au sens noble du terme à "Speed King" , putain quel pied ! Forcément un concert de Deep Purple sans "smoke on the water" ne serait pas un live des Deep Purple, je pensais que ce serait le clou de la soirée, ce ne sera qu'un des moments forts de cette soirée sous le signe du talent, cette chanson étant surtout un moyen de transformer l'auditoire en choristes, et hurler le refrain légendaire, de cette chanson culte. Je ne reviendrai pas sur le moment magique concernant "sometimes i feel like screaming" mais plus sur "hush" qui permis encore une fois de montrer à la fois le talent de Don Airey au clavier, de Ian Paice et de Steve Morse dans un duel à trois, du plus bel effet, et Ian Gillian laissant le public chanter a pleins poumons... Furent incorporées à la playlist quelques nouvelles chansons, qui n'ont rien à envier à toutes les autres de leur répertoire.

Deep Purple ce soir là prouva qu'après 40 ans de carrière il est possible de se transcender et d'offrir au public une prestation digne des plus grands, certes Ian Gillian a la chevelure aussi blanche qu'un mouton, mais sa voix est toujours magique à filer des frissons, et vous transporte, Ian Paice aux fûts est tout simplement sidérant de facilité, Roger Glover à 63 ans semble en avoir 30 de moins quand il se lance dans ses soli de basse, Steve Morse est l'un des guitaristes qui m'aura le plus impressionné sur scène, et pourtant j'en ai vu des gratteux ces dernières années, et Don Airey m'a littéralement bluffé de part sa capacité à transporter le public ailleurs.
Oui finalement Deep Purple réussit la prouesse de nous transporter, de nous emmener dans un voyage musical, leur univers à eux, qu'ils partagèrent et qui nous tendait les bras, quand tout un public se lève dans l'impossibilité de rester assis, quand ce même public ferme les yeux pour profiter de ces instants rares et si intenses, le pari est réussi. Merci à Ian Gillian, Roger Glover, Ian Paice, Don Airey, Steve Morse, vous nous avez offert un moment inoubliable, la standing ovation du public de Vienne sembla vous toucher vu les larges sourires sur vos visages, mais ce n'est rien en comparaison de ce que vous nous avez offert ce soir là... Merci à vous Deep Purple, et merci à mon pote Arnaud, qui a transformé cette journée banale et morose, en une journée inoubliable!