Live reports Retour
dimanche 24 juin 2007 - U-Zine

Hellfest 2007 - Jour 3

Terrain Omnisports de Clisson - Clisson

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Dimanche 3eme et dernier jour du Hellfest nous proposait un programme quelque peu eccléctique avec notamment les prestation des Belges d’Aborted, des Français de Scarve ou encore des maîtres Emperor.

Scarve :
Mais à l’instar de l’an dernier si l’affiche du dimanche proposait de grosses pointures il proposait personellement à l’affiche du dimanche trop peu de groupes intéressants.
C’est donc avec les Français de Scarve que commence réellement la journée.
On le savait depuis les départs successifs de Guillaume, Dirk et dernier en date Pierrick que le combo Scarve battait de l’aile. C’est bien simple avant cette prestation personne ne savait qui allait prendre le micro du groupe lorrain, et quelle surprise pour bon nombre d’entre nous lorsque qu’on le vit Bob de Watcha prendre la micro, avouez qu’il y a de quoi être sceptique.
Et pourtant Bob réussira presque à s’en sortir avec les honneurs…ou du moins je crois.
Un son tellement horrible qu’il en était presque impossible de reconnaître les morceaux, c’est pour le moins embêtant…
Une prestation bien terne donc pour un groupe qui aurait mieux fait d’annuler pour revenir en 2008 avec un line-up stable. (Caacrinolas)

Aborted :
S’en suit la prestation des mes chouchous belges d’Aborted. Inutile donc de dire que j’étais déjà en terrain conquis et pourtant… Malgré un set list de festival quelque peu remanié avec notamment les chansons du dernier album tel que « Avenious » ou « A Methodical Ouverture » jouée ce jour la en guise d’intro, le set apparaîtra quelque peu terne comparé aux précédents concerts que j’ai pu voir du groupe. Mais attention une prestation terne d’Aborted reste encore bien au dessus de bonnes prestations venant de la part d’autres groupes de la scène Death. D’ailleurs le public s’en donnera à cœur joie durant leur set notamment les membres de l’Aborted Army déguisés à la manière de chirurgiens qui foutront un joyeux boxon dans la fosse.
Non s’en avoir balancé une dernière offrande saignante au public « A Cold Logisitic Slaugther » en l’occurrence, les belges s’en iront tout en nous donnant rendez vous sur leur futur tournée Européenne en compagnie de Behemoth et Kataklysm. (Caacrinolas)

Behemoth :
Un des gros groupes que je voulais ne rater sous aucun prétexte. Pour faire court, tracklist décevante pour ma part, car pas assez démonstratif et expéditif, malgré la présence de Decade Of Therion et le tube Chant For Esxhaton 2000 (hey Nergal a même pas mis sa tunique réservée à ce titre une honte !) la globalité du set restera sur un mid tempo déconcertant, mais y’en a qui aiment à ce qui parait… Même pas eu le droit à Ceremony Of Shiva, une honte je vous dit ! Mais pour être honnête, la prestation restait bonne et pro dans l’ensemble. Bien dommage tout ça. (Gothenburg)

Dark Tranquillity :
Dark Tranquillou, vétérans mais pas démodés pour autant. De retour pour défendre l’énorme nouvel album, nos suédois tant aimés nous auront pondu un set, certes très court mais très carré et diversifié. Le son du clavier sonnait de façon impeccable ce qui est rare dans les prestations scéniques de groupes à clavier, bref beaucoup de points positifs à retenir de cette prestation. On notera la présence de l’excellent Misery Crown, Focus Shift et consort. Les fans furent largement satisfaits. (Gothenburg)

Kreator :
Kreator, les dieux du Thrash Allemand nous plus rien à prouver. Et pourtant le groupe est loin de se reposer sur ses lauriers, bien au contraire. On peut dire que ce jour là, la bande à Mille Petroza aura envoyé la sauce et pas n’importe qu’elle sauce, de la sauce au champignons des bois et à la crème bavaroise mes cocos ! C’est donc plus de 45 minutes de pure thrash mélodique qui nous sera envoyé en pleine face. Le show débutera sous un nuage de fumigènes vert aveuglants sous la mélodie dramatique de The Patriarch. Et paf c’est parti pour un « Pure Aeon Fuckin Thrash Metal Of Terror » comme nous l’aura plusieurs fois gratifié le frontman avec assistance. Au final, bon concert, la routine quoi. (Gothenburg)

1349 :
Quasiment deux ans après leur dernier passage en France voici le grand retour des norvégiens de 1349 dans l’hexagone. Initialement prévu a 15h de l’aprem sur la grande scène Ravn et ses comparses auront eu ce soir là la bonne idée de demander à être déplacer en lieu et place d’Animosity soit à 20h sous la chapiteau bientôt trop petit de la discover Stage.
Et c’est sur un « Legion » du tonnerre de dieu que les 5 norvégiens vont commencer leur opération « conquête du public » qui sera une énorme réussite tant les fans ont semblés réceptifs ce soir là. Coté set list aucune surprise puisque les titres joués ici sont les plus connus à l’image d’un « Riders Of The Apocalypse » toujours aussi envoûtant ou d’un « I Am Abomination » exécuté avec une rare violence.
Bref 1349 nous sort a ce moment tout simplement l’un des meilleurs set du week end voir peut être même le meilleur de cette dernière journée en compagnie d’Emperor.
Un succès tel que le groupe sera obligé de revenir joué un « Manifest » totalement imprévu. Une réussite flagrante pour l’un des groupes de black les plus intéressants scéniquement de ces dernières années. (Caacrinolas)

Emperor :
Et c’est donc après un speech de Ben Barbaud tentant bien que mal de s’excuser de l’organisation du week-end que les dieux Emperor arrivent enfin sur scène devant plus de 30000 fans totalement trempés après la grosse averse tombée durant Neurosis.
Débarquant sur un medley composé de « Into The Infinity Of Thoughts » de « The Burning Shadow Of Silence » et « Cosmic Keys Of My Creations And Time » toutes trois sorties du majestueux « In The Nightside Eclipse » achève d’entrée le public, ajouter à cela des chansons tel que « Curse You All Men » ou encore la somptueuse « An Elegy Of Icaros » et vous verrez bientôt un public totalement en transe qui semble avoir oublié un court instant les durs conditions climatiques qui ont régnés tout au long du week end. Mais malheureusement celles-ci reviennent bien vite ainsi que la fatigue et c’est en grande partie pour cette raison que votre serviteur exténué s’en retourne à sa tente avant même la fin du set.
Mais du fin fond de sa tente entouré de boue et d’eau il continuera tout de même d’écouter un set qui ne pouvait pas mieux conclure le festival.

Au final entre le temps, l’orga et le reste les festivaliers auront eu la vie dure mais quand on voit des prestations tel que celle d’Emperor ce soir là on se dit toute de même qu’il aurait été bien sot de manquer pareil événement.

Rendez-vous au même lieu l’an prochain ;)