Live reports Retour
samedi 18 juin 2011 - U-Zine

Hellfest 2011 - Samedi (jour 2)

Open air - Clisson

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

SAMEDI 18 JUIN


Liste des groupes commentés :

Headcharger - Lyzanxia - Crucified Barbara - Total Fucking Destruction - Nasty - Whiplash - Angel Witch - Severe Torture - Mekong Delta - Hammerfall - Hail Of Bullets - Hemoragy - Raw Power - Exhumed - Municipal Waste - Skyforger - Destruction - Apocalyptica - 1349 - Times Of Grace - Sodom - Black Label Society - DRI - SepticFlesh - Kreator - Terror - Scorpions - Bolt Thrower - Coroner - Triptykon

Headcharger
Mainstage 1
10h00 > 10h30

Shawn > Tout comme Valient Thorr avait réveillé tout le monde avec son rock'n'roll et ses sonorités groovy, les normands de Headcharger ont la tâche d'ouvrir le festival pour cette deuxième journée. Un concert énergique, avec des musiciens très contents d'être là, avec une joie très communicative malgré l'affluence encore faible à 10h du matin. Le groupe pourra néanmoins se vanter d'avoir été là et d'avoir donné une prestation honorable et transmis leur bonne humeur !

Setlist :
Up to You
Without a Nation
A Thousand Tides
Do You Think of Me
Intoxicated
You Wanna Dance You Gotta Pay The Band

Lyzanxia
Mainstage 2
10h35 > 11h05

David Lyzanxia fait partie de ces groupes dont j'ai beaucoup entendu le nom sans jamais avoir franchi le cap de l'écoute, pour une raison que même moi j'ignore. Finalement, c'est en allant aux chiottes que je passe devant la Main Stage 2, la fin du set des Angevins m'arrivant aux oreilles. Et surprise, il faudrait peut-être que je me penche sur leur musique, car pour le peu que j'en ai vu, j'ai trouvé leur prestation pêchue, la musique bien thrash, c'est efficace et ce malgré l'audience clairsemée (que voulez-vous, à cette heure de la journée...). Rajoutons à cela un son plus que correct, qui m'a fait regretté de ne pas être arrivé un quart d'heure plus tôt sur le site du festoche.

Crucified Barbara
Mainstage 1
11h10 > 11h40

Shawn > Ahh, qu'elles étaient attendues les suédoises ! Pour leur musique, certes, mais aussi parce qu'il s'agit de l'un des rares groupes marchant sur les traces des Girlschool, légendaire groupe féminin de hard rock qui était à l'affiche en 2009. Le groupe nous livrera un concert plein d'énergies enchaînant les titres groooovy tel "Sex Action" ou "Rock'n'roll Bachelor". Rien de tel pour émerger de la courte nuit. Accompagné d'une bière fraiche et c'est le paradis surtout que les nuages de la veille ont commencé à se dissiper, laissant entrevoir une radieuse journée (en réalité il finira par pleuvoir malgré tout). Concert malheureusement trop court pour être apprécié sur la longueur, mais on ne demande qu'à revoir le combo suédois en salle sous peu.

Total Fucking Destruction
Rockhard Tent
11h10 > 11h40

David > Pour voir un peu de grind au Hellfest cette année, il fallait se lever tôt ! La journée commence à peine, mais pas mal d’aficionados sont quand même présents sous la Rock Hard en dépit de l’heure. Et ils ont eu raison ! Les Américains déjantés vont bien bouger tout ça, et en particulier leur batteur/chanteur totalement fou, Richard Hoak ! Le groupe de Philadelphie enchaîne les titres avec une vitesse et une brutalité qui fait plaisir à voir, et moi qui ne connaissais pas trop TFD je suis assez… mitigé, du moins musicalement parlant. J’ai trouvé ça bien foufou, et pas monotone pour deux sous puisque différents tempos sont alternés… mais trop difficile à suivre pour ceux (dont moi) qui ne connaissent pas les morceaux ! Ça part vraiment dans tous les sens, d’autant plus que le son n’avait pas décidé de nous aider à mieux comprendre tout ce joyeux bordel.
Heureusement, la prestation scénique a parfaitement tenu en haleine les festivaliers. Ça bouge bien, le chant est partagé entre les trois protagonistes sur scène… et puis, Richard Hoak quoi. Ce mec cultive le paradoxe d’avoir une drôle de dégaine et un charisme d’enfer ! En plus de chanter la plupart des lyrics derrière ses fûts, de se déchaîner comme un dingue durant les morceaux, il profite de chaque interlude pour quitter sa place pour venir embêter ses collègues, haranguer le public et faire étalage de son grain de folie ! J’ai été particulièrement marqué par le passage où il a fait gueuler à tout le monde « leave me alone ! » pour à son tour le hurler dans les oreilles de ses collègues et à chaque coin de la scène comme s’il était possédé... Une vraie bête de scène qui aura égayé la prestation de son groupe.

GazaG > Levé bon pied bon oeil, des bouts de croissants encore dans les dents, et la première bière de la journée en main, direction la RockHard pour TFD. J'y suis allé pour me réveiller, et j'ai pas été déçu ! Un set rondement mené par une formation atypique. On comprend pas tout parfois, mais qu'importe, le public présent en voulait plein les oreilles, et est ressorti aux anges. En ce samedi matin, le son des Américains est plutôt bon : les instruments sont tous discernables (un luxe que certains groupes de la journée ne pourront pas se payer). C'est carré, rapide, ça avoine, du Grind maîtrisé en somme. Mention spéciale au batteur, martelant les futs avec la même violence que son chant. En résumé, une prestation qui met la patate pour le reste de la journée !

Hraesvelg > Bon, bah c’est reparti : réveil douceur, journée bonheur ! Putain, comme ça, de bon matin, ça fait bizarre d’en prendre autant plein la gueule ! Un groupe avec un tel nom qui fait du grind en même temps, faut pas s’étonner ! Le batteur est énorme, ultra présent, et son jeu est franchement, heu, “démonstratif” ! En plus de tirer des goules pas possibles sur les blast, le brave homme hurle comme un dément dans le micro … ou en dehors, comme lorsque qu’il se met à hurler « I want to be alone !!! », d’abord sur son siège, puis au nez de ses camarades, puis en tournant le dos au public. Le pauvre semble avoir complètement craqué mais au moins ça met d’attaque !

Rone > Encore une belle journée, Total Fucking Destruction va vous réveiller! Mission accomplie. Les titres s’enchaînent et se ressemblent. Du grind de fou (pléonasme?) qui blast à la limite de la crise d’épilepsie, ce fut intense et efficace. Le set se termine tout en douceur sur un morceau composé par le chien du batteur et les applaudissements d'une assistance plutôt clairsemée.

Självag >Un petit Total Fucking Destruction pour se réveiller ? Mange ça ! Une avalanche de son incompréhensible, un concert qui aurait pu être bien plus agréable si on avait pu en discerner quoi que ce soit. Mais au final, c'était surtout un gros bordel.

Nasty
Terrorizer Tent
11H30 > 12H00

Caacrinolas > Quoi de mieux qu’un petit cour de gymnastique pour bien commencer la journée ? Inutile de dire que j’attendais les gaillards de Nasty de pied ferme. A tel point que j’ai même réussi à y trainer Orion et Hraesvelg, admirez l’exploit. Mais le plus important ici c’était bel et bien la prestation des Belgeois-allemands, une demi-heure c’est très court, mais une demi-heure avec Nasty ça équivaut bien à pas loin d’une heure de footing. Alors oui encore une fois inutile de dire que ce fût le CHAOS, la fête à la poussière en somme. Et Hellfest oblige je peux vous dire que se prendre Oussama Ben Laden sur la tête ou mosher aux cotés de Mario et Luigi ça vous change un homme. Bon après ai-je réellement besoin de préciser que la set list ne fut constitué uniquement de tubes ? « Rockets with a message » qui comme d’hab aura tout retourné, mais surement moins que « Chaos » et encore et surtout « Agression » qui reste définitivement mon morceau préféré du groupe. « Just Kind » s’impose également comme l’un de meilleurs titres du groupe en live. Et contrairement au concert que j’avais pu voir d’eux à Paris, le groupe s’est montré clairement plus loquace et la violence du pit ne s’en est retrouvée que renforcer. Donc oui 11H30 la gym = Parfait. Ne reste plus qu’à les revoir sur Paris, et si possible cette fois pas le vendredi du Hellfest…

John > Un croissant aux amendes chopé en vitesse à la boulangerie, une bière et direction la Terrorizer Tent voir les belges de Nasty et le public faire sa gymnastique du matin. Présence obligée, Caacrinolas se sentait d’humeur karaté kid et c’est un vrai moment Nutella à partager en famille. Ce que je retiendrai de leur prestation ? Caacrinolas qui se nique l’œil sur le premier titre après l’intro. Musicalement ? C’est en place, mais le beatdown à tendance à vite me gaver. Ca tombe bien, le chinois d’hier soir est mal passé, footing jusqu’au toilettes !

Setlist :
Kid's World
Fire on the People
Rockets with a Message
Second Life
Chaos
Fuck it
Ice Age
Just Kind
As the bood runs cold
One Voice
Incum

Whiplash
Mainstage 2
11H45 > 12H15

David > Premier groupe de thrash metal à débarquer sur une scène de cette édition 2011, Whiplash fait partie de ces groupes américains qui ont toujours fait partie des seconds couteaux de la scène. Et honnêtement, quand on les voit sur scène, on apprécie le son et le spectacle tout en comprenant parfaitement pourquoi ils n’ont jamais réussi à se mettre en lumière comme certains de leurs collègues. Les compos sont typiquement thrash old school (seul des morceaux des vieux albums ont été joués), avec quelques passages bien mélodiques. Le tout se laisse écouter agréablement, et les acteurs sur scène jouent parfaitement leur rôle, que ce soit le bassiste headbanguant avec conviction, le batteur qui fut carré comme il faut et surtout Tony Portaro, frontman de cette formation.
Ce dernier assure des vocaux acérés et un jeu nickel à la guitare (à noter de belles inspirations au niveau des soli !), et le public répond lui aussi présent avec des circle-pits en veux-tu en voilà ! Mais voilà, pour moi la mayonnaise n’a pas complètement pris et j’ai fini par trouver le temps long (sans pour autant que ce soit un calvaire). On dira que ce groupe culte est quand même loin d’atteindre la prestance d’un Kreator ou Sodom, pour citer des groupes présents aussi au festival !

Rone > Les voilà, les vétérans du speed/thrash! Whiplash ouvrira les hostilités pour cette journée résolument "Thrash" sur la mainstage 2. Le set sera axé sur le quasi-cultissime Power and Pain dont le groupe soufflait tout juste ses 25 bougies. Un peu de old-school ne fait jamais de mal, bien au contraire! Mais l'on pourra reprocher aux membres d'avoir été un brin trop statiques et pas réellement communicatifs. Il faudra se contenter de leur thrash speedé agrémenté de solis entêtants. Last Man AliveMessage in Blood ou encore Power Thrashing Death ressortent en live comme une invitation au headbang. A revoir!

Självag >Première figure thrash de ce samedi dédié à la veste à patchs ! Les ricains nous offrent un show de grande qualité, avec un leader en forme et un son au top. Leur speed/thrash échauffe les cervicales d'un public content de démarrer sa journée du thrash par un show de cette qualité.

Angel Witch
Mainstage 1
12H20 > 13H00

David > Rien de tel pour se faire un concert pépère (c’est-à-dire reposant tout en étant agréable aux oreilles) que la venue d’Angel Witch sur la Mainstage 1 ! Le quatuor comptant notamment Bill Steer (Ex-Carcass et Napalm Death, pas vraiment la même sauce musicale !) et à sa tête le chanteur/guitariste Kevin Heybourne va durant une grosse demi-heure nous faire effectuer un retour en arrière fort agréable à coup d’hymnes, quasiment tous sortis de l’album éponyme paru il y a plus de 30 ans. A croire que le combo issu de la NWBHM n’a sorti qu’un seul et unique album, mais c’est compréhensible vu le temps de jeu en festival et la qualité dudit album ! C’est pas compliqué : moi qui ne connaissais que quelques morceaux (dont l’excellent « White Witch »), j’ai rapidement pris mon pied à reprendre les refrains qui rentrent bien comme il faut dans le crâne.
Et un regard autour de moi m’a permis de comprendre que j’étais loin d’être le seul ! L’ambiance n’était pas vraiment propice à la folie, mais plutôt à une communion où chacun s’époumone pour se faire entendre au maximum sur chacune des compos. Le groupe est en forme et aucune fausse note ni problème de son véritablement emmerdant ne fut à déplorer de tout le set, même si le poids des années a dû avoir son effet sur Kevin Heybourne qui n’essaye même pas de ressortir les cris aigus qu’on entend sur album. Qu’à cela ne tienne, le reste de ses lignes de chant est impeccable et c’est avec grand bonheur que j’y vais de toutes mes forces vocales sur « Atlantis », « Angel Of Death » et le refrain culte du morceau « Angel Witch ». Un très bon moment !

Setlist :
Gorgon
Confused
Sorceress
White Witch
Atlantis
Angel Of Death
Baphomet
Angel Witch

Severe Torture
Rockhard Tent
12H20 > 13H00

Hraesvelg > Pan, re-mandale ! Les mecs ne sont pas là pour rigoler, à l’image du chanteur qui est complètement dedans, arpentant la scène de long en large avec une tête bien haineuse comme il faut. Set carré, propre, sans bavures : le public est à genoux ! Y a des pays comme ça, je sais pas si c’est culturel, mais ils ont une gestion de la violence musicale assez inouïe, et l’armada batave qui déboule sur le HellFest nous le démontre assez catégoriquement ! On pourrait pinailler sur le son qui aurait pu être meilleur mais bon, l’essentiel n’est pas vraiment là et il a été assuré !

Mekong Delta
Mainstage 2
13H05 > 13H45

David > Si les Allemands sont plutôt habitués à nous délivrer un thrash metal brut de décoffrage, ceux-là ne sont pas vraiment du même bord : Mekong Delta fait dans la grandiloquence, la complexité et la mélodie. On a donc affaire à un set de thrash progressif nous évoquant même par moments Dream Theater, autant dire que c’est pas le genre de la maison d’aller droit au but. Beaucoup de morceaux longs, techniques, à tiroirs, alternants passages ultra mélodiques (repris par un chanteur qui a ce qu’il faut de charisme et de puissance vocale, en témoigne sa performance sur « Heartbeat », qu’on aime ou pas le style !) et autres plus rentre-dedans. De ce fait, il me fut très difficile de rentrer dans le show. Si j’ai trouvé certains passages vraiment géniaux et prenants, d’autres m’ont en revanche bien fait chier.

Dans tous les cas, le groupe possède un sacré bagage technique ; que ce soit les guitaristes, le bassiste qui était agréablement mis en avant, ou le batteur qui doit jouer sans arrêt avec les changements de tempo. Le tout est agréable à voir jouer, et le très sympathique vocaliste communique bien avec le public. Particulièrement en avant sur scène, il s’effacera au profit de ses acolytes durant l’instrumental « The Hut Of Baba Yaga », morceau très connu de la formation d’outre-Rhin. Mais jamais le show ne s’emballera réellement, le public étant globalement aussi observateur que moi sur la performance du groupe Allemand.

Hammerfall
Mainstage 1
13H50 > 14H35

GazaG > Attention : avis d'un fan de Legacy Of Kings déçu.
Par où commencer avec Hammerfall ? … Un concert très attendu pour moi ce Samedi. Grand fan de la première ère des Suédois, j'attendais la formation au tournant. Le groupe entame avec leur nouvel album Infected qui, il faut l'avouer, passe le test du live avec succès. Le groupe dégage une bonne énergie, et communique avec le public, qui le lui rend bien, HammerFall et la fosse ne formant plus qu'une seule et même entité à la fin du set. Tiens le set, parlons en. Mettre en avant Infected, c'est compréhensible. Placer une où deux power balades, pourquoi pas (c'est peu être même sur le cahier des charges de tout groupe de power …. ?). Mais où sont passés les tubes ? Alors oui on a eu Hearts on FireLet's The Hammer Fall, et Hammerfall. Mais où sont les titres kitutou, qui envoient vraiment du bois, les Heading The CallLegacy Of Kings ou encore Dreamland ? Ca ça fédère !

Bon on va pas non plus faire les blasés, le show était quand même de qualité, et c'est un bon moment que j'ai passé avec les Suédois, mais mon âme de gosse de 14 ans n'en ressortira pas satisfaite. Un set plus long pour la prochaine ? Je prends rendez-vous sur le champ.

Eternalis : la baffe heavy métal du week end n’est pas forcément venue de ceux que l’on attendait le plus. Impensable de ne pas être présent pour quelqu’un comme moi, je n’attendais pourtant pas grand-chose de suédois énormément perdu en chemin depuis une dizaine d’années, malgré un sursaut salvateur sur le petit dernier « Infected ».
Sous un soleil de plomb, c’est justement avec « Patient 0 » que les hostilités commencent et on voit que le groupe est attendu. Applaudi par une énorme masse, la foule a scandé le nom des suédois tout le long du concert et même après, devant un Joachim Cans déchainé, très en forme vocalement et visiblement touché par un tel accueil. « Renegade » est venu se rappeler au bon souvenir des fans sur ce refrain simple repris en chœur par le public avant que le nouveau « Bang Your Head » ne fasse sacrément son effet.
Et quel plaisir de voir Oscar derrière sa guitare, souriant comme un gosse, sautant et courant de long en large (voir glisser entre deux retours à un moment), notamment sur des tubes aptes à époumoner le festival comme « Hammerfall » ou l’énorme « Heart on Fire ». Même le « One More Time » chiant à mourir sur disque trouve une seconde chance en live, même si j’aurais personnellement aimé que Anders Johansson y mette un peu plus de pêche à la batterie.
Le groupe quittera la scène après 40 minutes sous des applaudissements chaleureux, à grands renforts de blagues de Joachim (« Pour qui c’est le premier concert d’Hammerfall ? Mais vous avez branlé quoi les dix dernières années ? ? ? » « Quoi vous ne connaissez pas cette putain de légende ? Vous savez, le batteur qui fait plus d’heures de conneries que de temps de jeu ! »).
Un superbe moment et du baume au cœur pour les fans plus traditionnels…avec en prime un grand sourire aux lèvres.

Orion > Premier groupe de la journée en ce qui me concerne juste après l'interview avec les sympathiques gars de Klone. Arrivé en cours de set, je pensais ne rester qu'un ou deux morceaux devant le groupe réputé pour son kitsch et malgré l'attirail des musiciens, bien Hammerfall, ça envoie et pas qu'un peu. C'est même carrément fédérateur. J'ai, ce samedi, compris qu'Hammerfall n'était surement pas un très grand groupe de studio mais qu'il était taillé pour la scène au point de se tâter à les accompagner lors d'une hypothétique prochaine date à Paris.

Shawn > Hammerfall faisait parti des groupes que je ne voulais absolument pas manquer. Malheureusement, l'interview avec Nick Catanese de Black Label Society étant originellement prévue plus tard dans l'après midi a été avancée et coïncide avec le début du concert des suédois ... Qu'importe, je ne rejoindrai le concert que pour les 3 derniers titres. Un "One More Time", extrait de leur dernier album qui sonne très bien, même si j'aurai préféré entendre "Bang Your Head", joué quelques poignées de minutes plus tôt. Notons tout de même que le titre passe plutôt bien. Il s'ensuivra deux tubes de la formation, "Hearts On Fire", titre qui m'avait permis de découvrir le groupe sur Eurosport vu que le clip mettait en scène l'équipe feminine de curling finlandaise, et "Let The Hammer Fall". Trois titres, c'est donc trop peu pour juger un groupe mais le peu que j'en ai vu m'a fait regretté d'avoir louper le reste. Une interview de Black Label Society, ça se mérite bordel !

Setlist :
Patient Zero
Renegade
Bang Your Head
Last Man Standing
Bloodbound
Hammerfall
One More Time
Hearts on Fire
Let the Hammer Fall

Hail Of Bullets
Rockhard Tent
13H50 > 14H35

Caacrinolas > Le temps de me remettre de mes émotions durant Nasty j’ai honteusement du zappé Severe Torture…Mais qu’importe le VRAI concert à ne pas rater ce samedi outre Bolt Thrower c’était bel et bien les hollandais d’Hail Of Bullets. Suffit de relire mon avis sur le groupe lors de son passage au Neurotic pour savoir ce que j’en pense, reste qu’il fallait confirmer tout ceci devant un public encore plus gros. Et à défaut de confirmation j’ai eu un passage à tabac dans la tête par 5 néerlandais. Sérieusement c’est à se demander comment ils font pour être aussi carrés, aussi puissants et tout simplement aussi bon. 45min qui sont passés comme 30 sec, un set list de FOU où ils ont mêmes étés jusqu'à joué « Berlin ». Un Van Drunen qui décidemment ne sera jamais mauvais en live, le reste du groupe (Baayens en tête) pas en reste non plus, un son pas dégueu, bref toutes les conditions réunis pour avoir un vrai concert de death, et dieu sait qu’on l’a eu. Inutile de dire que la fin du concert sur « Ordered Eastward » ne fût qu’un vaste champ de bataille. Vivement l’acte III du coté des teutons.

David > Aaaah, enfin du death bien gras qui tâche ! C’est le all-star band Néerlandais (avec notamment l’ex-Gorefest Ed Warbyou encore Monsieur Martin Van Drunen himself dans ses rangs) qui va venir nous déboucher les cages à miel en ce début d’après-midi, et de quelle manière ! Dès les premières notes de « Operation Z », le ton est donné : un groupe qui malgré les carrières respectives de ses membres a sacrément faim. Rythmiques old school la plupart du temps, les compos extraites des deux albums alternent entre tempo rapide et passages d’une lourdeur écrasante (« General Winter »). Beaucoup de moments sont d’ailleurs propices aux réponses du public à coups de « hey ! hey ! ». Cette foule semble très motivée pour le show des Hollandais, les pogos se multipliant et le groupe étant chaleureusement applaudi entre chaque morceau. La musique de Hail Of Bullets possède une grande puissance de feu, elle est d’ailleurs magnifiquement servie par le son de la Rock Hard, bien puissant et limpide ! Un rouleau compresseur qui va parfaitement avec le thème guerrier abordé par la plupart des compos jouées ce soir !

Je ne pouvais pas parler de ce show sans évoquer Martin Van Drunen. Alors ouais, c’est vrai, je suis un grand fan de ce mec et le paragraphe qui suit risque de faire lèche-boules… mais quand même ! Quel frontman, et quel charisme ! Le poids des années ne se fait absolument pas sentir sur la motivation de ce dernier (c’est aussi valable pour tous les autres !), qui tout souriant harangue la foule ou fait le con, marchant au pas façon militaire sur l’intro de « Ordered Eastward »… le genre de mec avec qui on a envie d’aller boire une bière quoi. Et vocalement, Van Drunen a encore fait du Van Drunen. Un timbre old school et qui lui est bien spécifique, une puissance vocale qu’il n’a plus à prouver… Bref, les légendes du death metal auront une fois encore foutu une dérouillée à toute l’assemblée !

Hraesvelg > Y a pas, ces gens là ont un secret : comment font-ils pour allier attitude cool et sauvagerie dans les instants qui suivent ? dès les balances, il y a un truc particulier : le groupe déboule au grand complet et joue un titre complet pour la grande joie des fans déjà massés en nombre aux premiers rangs. Tout ce beau monde à la banane mais envoie le pâté comme il faut, avec ce petit supplément d’âme bien haineux ! De retour pour le début du set, ça rigole beaucoup moins et les musiciens sont tous à bloc, guitaristes en tête ! Seul l’impressionnant frontman déconne de temps à autres, comme pour mieux beugler ensuite et mettre tout le monde d’accord. La zique suit bien le « concept » du groupe : brutale, implacable, conquérante. Dire que leurs collégues de Bolt Thrower sont attendus dans la soirée … ouch !

John > Je n’assisterai pas à l’interview de Black Label Society hélas, mais pour une bonne raison : Hail Of Bullets« Of Frost And War » m’avait collé une grosse mandale dans la gueule à sa sortie en 2008, et je compte bien reprendre la même aujourd’hui. Si le son fût un poil approximatif au départ, il s’est vite améliorer. Bien que la bonne humeur et une certaine osmose se dégagent des hollandais, ils ne sont pas là pour blaguer et pour le coup ça se transforme en vraie guerre sur scène. Martin Van Drunen véritable légende est impressionnant aussi bien de part son charisme que vocalement. Mesdames et Messieurs, c’est pendant des shows comme cela que je regrette mes cheveux longs et que je me demande encore pourquoi la calvitie m’a choisie ! Qu’importe, j’aurai headbangué du bonnet sur un « Ordered Eastward » totalement dévastateur et martial, et ça, j’en suis bien content.

Setlist :
The Eve Of Battle
Operation Z
Red Wolves Of Stalin
Full Scale War
General Winter
Berlin
Kamikaze
Tokyo Napalm Holocaust
Ordered Eastward

Hemoragy
Mainstage 2
14H40 > 15H20

Audrey W. > Normalement Ce devait être The Haunted qui devait jouer mais ils ont eu des petits soucis, ils joueront donc au Metalcorner le soir même à la place d'Hemoragy. Bref, le concert commence sans guitariste si j'ai bien compris car il est en train de décuver, normal il ne devait pas s'attendre a jouer si tôt. Enfin un show plus qu'honorable de leur part.

Raw Power
Terrorizer Tent
14H40 > 15H20

David > “Hardcore since 1981” peut-on lire en fond de la Terrorizer. C’est qu’on a affaire ici à un groupe culte, mais finalement pas super connu si on le compare à la mouvance NYHC. Malgré cela, on retrouve une Terrorizer bien pleine prête à accueillir les Italiens. Pour l’anecdote, ma seule présence sous cette tente vient du fait que Napalm Death reprend le titre « Politicians » en live. Comme quoi, le hasard fait bien les choses, et je me prends dans la tronche ce que je suis venu chercher avec une formation de hxc old school : des titres courts et rapides s’enchaînant à 100 à l’heure, des sauts de cabri dans tous les sens, et une énergie bien communicative assez proche du punk (ça m’a rappelé la prestation de The Exploited la veille).
Mauro Codeluppi nous délivre ses vocaux rageurs pendant tout le set qui ne connaîtra pas de temps mort : ça bastonne ! Bravo au groupe qui a tenu le rythme pendant 40 minutes, notamment le batteur qui s’est montré à l’aise ou encore le guitariste rasé qui multipliait les sauts dans tous les sens. L’autre guitariste Tommi Prodi (arborant fièrement le symbole de la faucille et du marteau sur son débardeur rouge) n’est pas en reste, mais c’est surtout le vocaliste qui m’a mis une claque par sa fougue. Comme quoi, le hardcore ça conserve, qu’on joue ou qu’on soit dans le public d’ailleurs : sous la Terrorizer, les pogos et autres slammeurs qui se seront fait porter jusqu’au fond de la tente témoignent de la furie du moment passé ! Une grosse baffe, malgré le son qui n’aura pas toujours rendu justice à la musique du groupe. Quoi, déjà terminé ?

Exhumed
Rockhard Tent
15H25 > 16H10

David Exhumed est venu, a vu, et a tout défoncé sur son passage ! Pourtant, j’avais eu de mauvais échos de leur prestation au Neurotic Deathfest il y a même pas deux mois. Dès le départ, le guitariste et le bassiste retournent leurs guitares, nous montrant les mots « Gore » et « Metal »… Est-ce annonciateur d’une setlist axée sur le premier (et meilleur !) album des Californiens ? Eh bien OUI, et comment débuter mieux cette boucherie en règle qu’avec un bon vieux « Necromaniac » ? Pas statique pour deux sous, les membres du groupe nous livrent leur death/grind parsemé ci et là de quelques lignes un peu plus mélodiques (dont des soli bien inspirés) avec rage, le tout servi par un son parfaitement adapté : crade, mais néanmoins audible.
Matt Harvey était d’ailleurs bien en forme pour le public du Hellfest (qui a parfaitement répondu aux Américains), ses vocaux rageurs étant parfaitement audibles, dommage que le bassiste aux growls n’était loin d’atteindre la puissance vocale des albums. Comme je le disais plus tôt, « Gore Metal » a bien été représenté, et c’est un vrai plaisir de se prendre dans la gueule « Deathmask » ou un « Limb From Limb » que j’espérais sans vraiment l’attendre, mais qui m’a donné une sacrée envie de contact physique avec mon prochain ! Un petit « Open The Abscess » parachèvera cette nouvelle tuerie, merci Exhumed !

Självag >Pour moi l'un des meilleurs concerts death de cette édition 2011. Le death/grind gore et crasseux des américains est appuyé par un son puissant et crade pour un rendu absolument monstrueux. Une grosse claque que nous offrent les américains, visiblement heureux d'être là, tout comme le public qui le lui rend bien. GORE METAL

Setlist :
Intro
Necromaniac
As Hammer to Anvil
Limb From Limb
Deathmask
Casketcrusher
The Matter of Splatter
Open the Abscess

Municipal Waste
Mainstage 2
16H15 > 17H00

Caacrinolas > Là aussi pour une raison inconnue j’ai zappé Exhumed mais qu’importe puisque là aussi il y’aura séance de rattrapage. S’en suivait Municpal Waste dont je n’ai jamais vraiment été fan sur cd mais dont l’ami John m’assurait une prestation live excellente… A ce stade là le pit c’était l’excellence, mais l’excellence du grand n’importe quoi tant il fût déchainé. Et ce même durant l’intro, alors je n’ai pas compté le nombre de Circle pit, de slam et autres joyeusetés mais encore une fois quelle boucherie un moment vraiment fou, a tel point qu’on y trouvait tout et n’importe quoi…y compris des personnes vêtues UNIQUEMENT d’un perfecto (je ne vous fais pas de dessin). Un excellent moment donc qui n’a fait que me donner l’envie d’aller voir le groupe en salle

David > Un groupe pratiquant un croisé des styles musicaux les plus furieux sur scène (en l’occurrence, le thrash et le hardcore) ne pouvait pas décevoir. Et Municipal Waste peut se vanter d’avoir déclenché l’un des plus gros bordels du Hellfest, si ce n’est le plus gros ! Arrivés sur la musique de Rocky III, les Américains commencent de manière bien potache, et donnent le ton du moment qui va suivre : des riffs et de la folie certes, mais dans la joie et la bonne humeur !
Dès le lancement du set, c’est l’orgie devant la Mainstage 2 ! De nombreux slammeurs se lancent sur la foule, les pogos se font à grande échelle ainsi qu’un circle pit qui pendant quelques minutes ne cessera de croître pour emporter dans son sillage de plus en plus de personnes… assez impressionnant à voir à vrai dire, tout comme le gigantesque wall of death qui se formera à la demande du groupe ! Le groupe est bien à son aise sur une scène de festival, et le montre en enchaînant à vitesse grand V les titres issus des quatre albums dont les terribles « Headbanger Face Rip » et « The Thrashin’ of The Christ » !

Les deux chanteurs (le frontman Tony Foresta ainsi que le bassiste) ne manqueront pas d’encourager tout ce petit monde à foutre encore un peu plus le boxon, et faire le pitre, notamment en introduisant les deux morceaux « Black Ice/I want to kill the president » : « nous allons jouer Black Ice et I want to kill the president, pour faire plus court on va appeler ça Black President, mais un président noir c’est peut-être pas une bonne chose ». Pour montrer son penchant pour la fête et la bière, même chose : « le prochain morceau va parler d’alcool… Donc, nous pensons que c’est une très bonne chanson ». Malgré un son perfectible (trop de basses), voir un tel spectacle aurait mis de bonne humeur n’importe quel grincheux, rien que pour ça, un grand coup de chapeau aux thrashers ! « Municipal Waste is gonna fuck you up ! »

GazaG > Vu en 2009, je passe devant la MainStage 2 et reste pour quelques chansons des Américains. Cet avis ne se fera donc que sur une partie du concert. Première constatation : toujours aussi motivés les types ! C'est bien carré et ça file vite, sans trop de temps mort, histoire de rassasier la fosse qui en redemande. Municipal Waste à l'air de bien faire son taf. Le son de la MainStage est plutôt clément envers les Américains, les guitares ont l'air plus percutantes qu'en 2009. Les compos sont donc plus « rentre dedans ». Quel dommage que l'appel de la buvette soit si fort.

John Municipal Waste ! Assurément le groupe que je ne devais pas louper aujourd’hui après un concert de folie en décembre dernier au Glaz’art (Paris) où les thrashers avaient totalement retournée la salle. Le concert s’était transformé en une grosse fête, je crois d’ailleurs que je n’avais jamais été aussi bourré durant un concert (5 fois à terre quand même !).
Qu’importe, aujourd’hui Municipal Waste est de retour au Hellfest après avoir foutu un gros bordel en 2008. On remarquera un grand nombre de tee-shirt à l’effigie du gang de Richmond, l’attente est énorme et dans quelques minutes on s’apprête à voir le plus grand bordel du festival. Un bon concert de Municipal Waste ça se prépare, c’est pourquoi nous devons faire un détour éclair au camping afin de descendre une demi bouteille de Jagermeister bien chaud et dégueulasse. Caacrinolas et moi-même sommes bourré comme des coins, direction LE PIT !
Pour commencer, nous allons lister un nombre de chose improbable retrouvée au milieu du pit, car oui un concert de Municipal Waste sans aucun truc débile n’en est pas un. C’est avec plaisir que nous avons pu faire slammer Oussama Ben Laden et son AK47 (Ouslamma Ben Laden), faire un circle pit avec un mec la bite à l’air sous son prefecto ou encore faire des wall of death avec des requins et autre connerie de ce genre (un père Noël au mois de juin !).
Sur scène Tony Foresta est intenable et le groupe enchaîne les morceaux à grande vitesse pour ne jamais laisser tomber la pression. Le pit se transforme en un pogo géant, on bouffe la poussière comme jamais, putain que c’est bon ! Mention spéciale au « Thrashin’ Of The Christ », « Wrong Answer » et son circle pit géant ou encore à la triplette de fin : « Unleash The Bastards / The Art Of Partying / Born To Party » qui achèvera tout le monde. Municipal Waste is gonna fuck you up ! Vivement un retour en Europe !

Självag > Putain, comment on s'est fait fucker up ! Un concert de grand malades, avec un pit déchaîné. Rien de bien surprenant pour Municipal Waste qui aura une fois de plus conquis l'assemblée à coup de gros riff et de son groove phénoménal.

Setlist :
Intro (Training Montage from Rocky III)
Terror Shark
Headbanger Face Rip
Divine Blasphemer
Beer Pressure
The Thrashin' of The Christ
Wolves of Chernobyl
Drunk as Shit
Sweet Attack
Wrong Answer
Sadistic Magician
Black President (Black Ice + I Want to Kill the President)
Unleash the Bastards
The Art of Partying
Born to Party

Skyforger
Rockhard Tent
17H05 > 17H55

GazaG > Je lis ce qu'il reste de mes notes, et le seul mot à peu près lisible pour Skyforger est « bordel ». En y repensant, c'est vrai que la fosse de la RockHard s'était lachée. On danse, on saute, on headbang, un beau foutoir festif. Au niveau du set des Lettons, rien à redire. Communiquant quand il le faut, profond et solennel quand la compo le demande. Les chansons tantôt festives tantôt « gros riff dans ta gueule » s'équilibrent et s'enchaînent parfaitement. On a du mal à quitter Skyforger après une prestation de cet acabit. Petit bémol attribué au son. Il a par fois était capricieux : la cornemuse étant étouffée par les grattes.

Hraesvelg > Après un moment d’attente assez hallucinant durant lequel Frost a attaqué ses réglages backstage sous les yeux mi-amusés, mi-incrédules de la troupe Lettone , Skyforger attaque son set tambours battants, manifestement enchanté de se produire au HellFest. Le son est globalement bon, même si la cornemuse ne sort un son qu’assez faible, bien qu’audible des premiers rangs (la sonorisation d’un tel instrument ne doit pas non plus être une mince affaire). Notons l’attitude bien motivée du multi-instrumentiste qui brandit ses différentes flutilles pour arranger la foule … et ça marche, tant ce que propose le groupe est sérieux, bien loin des groupes « festifs » à synthé qui pullulent. Le chanteur prends même le luxe, nécessaire, de s’accorder le temps d’expliquer au public la significations de certains titres et le détail de certaines légendes, classieux. L’exécution est parfaite et le public ne s’y trompe pas : de véritables ovations accompagnent les fins de chaque titre. Les musiciens se retirent sous des applaudissements nourris et en promettant de venir à nouveau nous visiter.

Orion Skyforger, c'est le Pagan/Folk vu autrement à la manière d'un Arkona dans lequel les instruments traditionnels ne sont pas trop mis en avant au détriment des guitares. Il ne fallait pas s'attendre à voir un groupe de Black Metal avec Skyforger mais plus un groupe de Heavy Blackisé avec un multi-instrumentaliste sacrément talentueux pour jouer cornemuse, flute et autres instruments traditionnels. Toutefois, je n'ai jamais réellement réussi à rentrer dans le show des Lettons desservis par un son très approximatif qui n'a pas permis au groupe de dégager l'ambiance escomptée.

Shawn > Reconnaissons-le, il n'y avait que bien peu de folk/pagan les deux premiers jours du festival. On ne comptait que Primordial et Skyforger, face à Turisas, Arkona et Korpiklaani le dimanche. Il était donc impossible pour tout fan de musique à pipo (comme l'appelle mes collègues chroniqueurs que j'emmerde allègrement) de manquer le concert des Skyforger. La formation, qui rappelons-le viennent de Lettonie est LE représentant des pays baltes en matière de folk metal. Sachant que la Russie et les pays de l'est sont actuellement un vivier en terme de pagan, leur concert avait quelque chose d'imposant. Leur show aura tout du classique d'un concert de pipo-metal, avec rythmiques dansantes à la flûte ou à la cornemuse doublé de la puissance des guitares propre au métal. Le public s'en donnera à coeur joie puisque c'est un joyeux merdier de farandole que l'on retrouvera en lieu et place du pit. Un bien bon moment.

Destruction
Mainstage 2
18H00 > 18H45

GazaG > Pas de commentaire sur le set en lui même, pas pu faire attention au son entre les circle pits (cinq longues minutes à courir en rond, ça fatigue l'homme), les pogos, et tout ce joyeux bordel dans la fosse. Mais entre deux tours de pit, ça avait l'air pas trop dégueulasse. Destruction porte bien son nom, vu la tête que tirait certains types à la débauche du concert. En résumé, gros riffs, grosse claque pour les oreilles et pour les guibolles, on ressort lessivé et prêt à re-signer pour un prochain rendez-vous avec les allemands.

Rone > L'éventualité d'une setlist "promo" trop axée sur leur dernière sortie "Day Of Reckoning" me hérissait le poil rien que d'y penser. Grand bien m'en fasse, seulement deux titres ont été joué en cette fin d'après-midi. Ca commençait pourtant très bien avec un Curse the Gods servi d'entrée de jeu! Armageddonizer et Hate Is My Fuel manquent clairement de cette "niak" d'antan et paraissent vraiment fade à côté d'un Bestial Invasion ou d'un Thrash 'Til Death. Certains classiques de Destruction passent même à la trappe (Life Without Sense!!!). Les 45 minutes de temps de jeu leur étant accordées sont passées beaucoup trop vite. Beaucoup y ont trouvé leur compte, moi j'en redemande! ...Sodom en lot de consolation, on a vu pire!

Självag > Comme tout bon concert de Destruction, c'est un défilé de tubes qui nous attend. Comme d'habitude un putain de concert assuré par des musiciens en forme, et un Schmier toujours aussi agréable. Le seul bémol est à envoyer aux nouveaux titres qui ont tendance à ramollir le set, auquel il manquerait bien un petit « Life Without Sense » ! THRASH 'TILL DEATH !

Setlist :
Curse The Gods
Mad Butcher
Armageddonizer
Hate Is My Fuel
Thrash 'Til Death
Nailed To The Cross
Bestial Invasion
Eternal Ban
Total Desaster

Apocalyptica
Mainstage 1
18H50 > 19H50

GazaG > J'en attendais beaucoup d'Apocalyptica. Ouaip, bha autant le dire de suite : ça a pas cassé des briques. Je me demande comment le groupe pourrait faire des entrées sans leur multiples covers. Parce que mise à part les reprises de Metallica, le public était pas bien réceptif. L'arrivée du chanteur en milieu de set n'y changera rien (son charisme est peu être une des causes du problème, mais passons). La sauce ne prend pas. Une revue totale de la setlist sera peut-être la bienvenue. Des titres comme PathDriven ou Hope seront surement plus efficaces, et apporteront, à coup sûr, leur cachet.

Hraesvelg > Je m’tais promis de les voir au moins une fois dans ma vie, tant pis pour 1349. Plein de doutes sur la correcte sonorisation en fest de plein air, celui-ci a été bien correct vu notamment le vent qui régnait sur le fest. Mis à part le talent évident des musiciens, le batteur était de très haut niveau et les titres interprétés sympas … mais sans plus. Alors oui, l’idée est originale et peut choquer dans le landerneau de la musique classique mais les compos manquent quand même un brin de pêche pour un public metal pur et dur. Me suis quand même bien éclaté sur la fin avec l’enchainement Seek and Destroy et Refuse/Resist. A noter aussi un passage de marseillaise à l’entame de la reprise de Grieg. Vu, c’est fait mais la prochaine fois …

Eternalis> : Sceptique avant de les avoir déboulé sur la Mainstage 1, il faut avouer que j’ai trouvé le temps long passé la première demi-heure…trop long alors que d’autres groupes méritaient sans doute plus de jouer une heure qu’eux.Sincèrement, il me reste toujours en travers de la gorge ce genre de groupes jouant la moitié de leur set-list des reprises, certes faisant réagir le public, mais de manière bien impersonnelle à mon goût (comme Duff Mac Kagan qui chie sur Axl Rose mais est bien heureux de jouer « It’s So Easy » et « Attitude »).

Alors oui, les violoncellistes sont impressionnants, la maitrise de la scène est complète, ils sont loin d’être statiques et communiquent énormément avec leur public (c’est qui est très appréciable), ce sont des showmans confirmés, particulièrement Perttu Kivilaakso se déshabillant de plus en plus au long des morceaux, pour le plus grands plaisirs de ces dames (le leur rendant bien en montrant gentiment leurs seins dans les premiers rangs).

Cependant, entre un « Nothing Else Matters » intimiste, un « Master of Puppet » connu et reconnu ou Refuse/Resist, il reste peu de place aux compos originales, de plus massacrées par un chanteur complètement à côté de la plaque (celui de Leningrad Cowboy), détruisant sans vergogne « I Don’t Care » et encore plus « Bring Them to Light » chanté normalement par Joe Duplantier.
Alors il y a du bon, le spectacle et le jeu de scène n’est plus à leur apprendre, mais c’est toujours artistiquement que j’aurais un problème avec ce groupe, cachant un manque de créativité par leur statut particulier de violoncellistes. Ce fut bon un temps mais aujourd’hui, l’effet de surprise est clairement passé…

Shawn > Bon, je n'irai pas par 4 chemins. J'apprécie Apocalyptica mais là, j'me suis profondément fait chié. Le public ne réagit que sur les reprises de Metallica et Sepultura mais restera de marbre pour toutes les compositions du groupe. Où sont passées les excellentes Life Burn ou Path qui faisaient leurs petits effets en live ? Pourquoi les avoir remplacées par des titres insipides ... La volonté d'évoluer bien entendu et de ne pas proposer le même contenu avec les années, mais il n'en reste pas moins que le public est là avant tout pour entendre les classiques au violoncelle que pour leur réel talent de composition. Apocalyptica resterait-il bloqué dans sa case de groupe de reprise ? Probable.

Setlist :
Grace
Master of Puppets (Metallica cover)
End Of Me
Bring Them to Light
Nothing Else Matters (Metallica cover)
Last Hope
Seek & Destroy (Metallica cover)
Refuse / Resist (Sepultura cover)
-----
I Don't Care
Hall of the Mountain King

1349
Rockhard Tent
19H00 > 19H50

Caacrinolas > Un petit coup d’œil rapide sur Destruction qui se contente de faire le boulot et direction 1349 où je ne serais resté que deux morceaux le temps de me voir mes tympans fondre à cause de son définitivement trop fort et mauvais…Même chose qu’Hail Of Bullets et Exhumed, on se revoit dans de meilleures conditions en Allemagne.

David > Les amateurs de black metal sont nombreux à s’être tassés sous la Rock Hard : c’est que le sous-genre le plus controversé de notre belle musique n’a que peu de représentants cette année au Hellfest ! Heureusement, ces derniers ont été très bien choisis, et on ne peut que se réjouir d’avoir face à nous les auteurs de « Beyond The Apocalypse » et « Hellfire », pour moi deux énormes tueries. Après le très bon show vu au Summer Breeze 2010, c’est avec impatience que je revenais voir 1349… mais cette fois, j’ai assisté à un show qui m’a laissé mitigé. Scéniquement, absolument rien à reprocher au groupe : les flammes en guise d’introduction ainsi que les corpsepaint font leur effet, Ravn est en voix et affiche une belle présence sur scène, tout comme son guitariste et son bassiste encapuchonné…
Mais là où le bât blesse pour moi c’est au niveau du son. Peut-être étais-je très mal placé, mais ce fut juste insupportable ! J’ai aussi eu l’impression que Frost, le batteur, allait trop vite pour ses camarades, du coup ça foutait un sacré bordel sonore, malgré de bons moments sur les morceaux les moins bourrins que sont « Sculptor Of Flesh » ou « Atomic Chapel » et son passage lead façon western sur fond de riff black… Dommage pour le son parce que la scène était bien tenue. Une bonne partie du public semble ne pas avoir rencontré autant de problèmes que moi à l’écoute, car les Norvégiens ont été unanimement salués après leur prestation. A revoir dans de meilleures conditions !

John > Alors que leur première apparition au Hellfest en 2007 fût tout simplement énorme, j’attendais beaucoup de ce concert qui hélas m’aura laissé un goût amer. Si bien que le groupe soit rodé sur scène, un son vraiment exécrable viendra ternir le concert qui aurait pu être monstrueux. « I Am Abonitation » totalement méconnaissable aura eu raison de moi, direction le bar.

Setlist :
Riders of the Apocalypse
Psalm 7:77
Maggot Fetus...Teeth Like Thorns
I Am Abomination
Chasing Dragons
Serpentine Sibilance
When I Was Flesh
Sculptor of Flesh
Atomic Chapel

Times Of Grace
Terrorizer Tent
19H35 > 20H20

Orion > Personne ne semble se rendre compte de ce qu'est Times Of Grace. Juste la collaboration entre le guitariste et le chanteur de la formation culte de Killswitch Engage sur Alive Or Just Breathing, album référence du Metalcore. Adam D. et Jesse Leach (plus Joel Stroetzel mais juste pour les concerts) se retrouve donc à l'affiche du Hellfest pour ce qui est un petit événement. En effet, c'est le tout premier concert de Jesse en France et il s'en est donné à coeur joie. Enchaînant les tubes de son album The Hymn Of A Broken ManKillsw... Times Of Grace n'a pas fait dans la demie mesure. Un set qui commence par la paire « Strength In Numbers », « Hope Remains » ne peut pas être un mauvais set. Tous les meilleurs titres de l'album seront joués (« Live In Love », « Willing », « Hymn Of A Broken Man », « Fight For Life »,...) dans une énergie folle. On connaît les prestations remarquées d'Adam qui court, saute partout et déconne avec le public sans jamais se rater techniquement. Rajoutez y un Jesse en pleine possession de ses moyens et vous obtenez un excellent concert dont on oubliera vite les problèmes avec la caisse claire trop mise avant.

Sodom
Mainstage 2
19H55 > 20H45

David Sodom, au moment où j’écris ces lignes, c’est juste mon meilleur souvenir de concert en 2011. Ça se passait en Belgique, dans une toute petite salle, j’avais alors assisté à un gros bordel et des zicos qui malgré leur âge, s’amusaient comme des gamins, un état d’esprit qui fait plaisir à voir. Et ben Sodom en festival, c’est tout pareil mais en grand. Tout ingrédient indispensable d’un concert de thrash fuckin’ metal est présent : de l’énergie, un public chaud, un groupe en forme, des riffs assassins… Tom Angelripper et son compère Bernd Kost font preuve une fois de plus d’une grande énergie et surtout d’une belle complicité, et Markus Freiwald derrière les fûts impressionne également : c’est comme s’il avait toujours fait partie du groupe !
On sent des mecs qui ont de la bouteille et qui savent parfaitement comment enflammer une scène, particulièrement Angelripper qui motive le public et se montre excellent vocalement : belle puissance dans les vocaux thrash, ce dernier n’hésite pas à utiliser le growl sur beaucoup de compos, ce qui rend parfaitement bien ! Ce qui est surtout impressionnant, c’est le nombre de tubes à mettre à l’actif des maîtres du thrash teuton : un condensé de pas mal de périodes du groupe est présent dans la setlist du jour, du tout dernier « In War And Pieces » à « Agent Orange ». Setlist festival oblige, de nombreuses absences m’ont déçu (pas de « Nuclear Winter », de « Bombenhagel », ni le rock’n’roll « Ausgebombt » qui prend pourtant toute son ampleur en live), mais le fan que je suis est et restera toujours un vieux con insatisfait, car honnêtement la machine de guerre Sodom a parfaitement fait son œuvre. A voir et à revoir sans jamais se lasser !

Rone > 50 minutes de Sodom c'est peu mais que c'est bon! De même que pour Destruction, la setlist se voit amputée de tubes ayant fortement contribués à l'identité de Sodom. C'est malheureux mais il faut faire avec! Le briscard Tom Angelripper est increvable et a encore de l'énergie à revendre ainsi que son collègue à la guitare. Le nouveau batteur fait plaisir à voir et semble pleinement imprégné des morceaux du groupe. L'engin de guerre teuton n'a fait qu'une bouchée du public qui fête ça comme il se doit dans le pit.

Självag > Ah, que j'aime quand le public scande « SODOM ! SODOM ! SODOM ! ». On devait s'y attendre, les allemands ont tout tué à grands coups de tubes hurlés par le public entier. Tom Angelripper est en voix et les riffs assassinent l'assemblée. Sodom aura une fois de plus conquis tous les fans présents à ce concert tout bonnement énorme. SODOMIIIZED

Setlist :
In War and Pieces
The Vice of Killing
Outbreak of Evil
The Saw is the Law
Sodomized
M-16
Agent Orange
The Art of Killing Poetry
Blasphemer
Remember the Fallen

Black Label Society
Mainstage 1
20H50 > 21H50

Caacrinolas > "je suis aux hamacs..."

John > Le beau temps était de retour ce samedi sur Clisson, parfait Black Label Society joue aujourd’hui ! N’ayant jamais vu le groupe en live, j’attendais ce moment avec impatience mais j’en ressors mitigé. Car si leur prestation est excellente de plus que le groupe bénéficie d’un son excellent et super lourd, il aura fallu 10 putain de minutes pour me gâcher ce concert. DIX MINUTES d’un solo totalement vide et inutile. Quel intérêt de jouer ça en festival hormis montrer tout son bagage technique ? Dix minutes qui auraient pu être comblées par facilement deux titres. C’est trop pour moi, je décroche avant la fin, ce n’est pas dit que je retourne voir le groupe lors d’un prochain passage en Europe.

Orion > A peine quitté Septic Flesh, je me dirige vers la mainstage voir Zakk Wylde et sa troupe. Pas de chance, j'arrive pendant le solo de Zakk, un solo ennuyeux comme j'en ai rarement vu au point de ne même pas chercher plus loin avec ce concert tant le délire mégalo de Zakk m'a gavé.

Rone > Black Label Society, il fallait bien que je les vois un jour. Tant pis pour Septic Flesh. N'étant pas un grand fan des américains de BLS, je ne saurais jugé s'il s'agissait ici d'une bonne ou mauvaise prestation du combo. Le son est bon, le climat radieux, la setlist correcte mais pas exceptionnelle, un agréable moment mené de mains de maîtres par Zakk Wylde s'offrait à moi. Comme les collègues, je rajouterais que le solo long et inutile au possible m'a bien agacé comme il faut. Concert en demi-teinte donc!

Shawn > Voilà, on y est. Quatre ans que j'attend à chaque annonce de voir Black Label Society sur l'affiche du Hellfest et enfin, on y est. Et pourtant, dieu sait que la panique s'est vite répandu avant le concert au sein des fans venus en nombre. En effet, le groupe a annoncé sur son site internet et sur son facebook que Zakk Wylde souffrait d'une infection aux cordes vocales, et ce 2 jours avant leur passage à Clisson. Heureusement, un entretien dans la matinée avec Nick Natanese m'a rassuré : Zakk préserve sa voix au maximum (pas d'interview ni de dédicace) pour pouvoir assurer un concert dans les regles de l'art. OUF !!

C'est donc sur "Crazy Horse", extrait du dernier album sorti l'été dernier que le groupe fait son entrée. Nous aurons l'immense surprise de trouver Zakk affublé d'une coiffe de chef indien en référence au titre de la chanson. BLS nous fera une seconde surprise en nous offrant Bleed For Me et son solo destructeur, titre qui n'avait pas été joué sur la tournée européenne. L'album Mafia sera bien entendu aussi à l'honneur avec "Fire It Up" et "Suicide Messiah". Cependant, comme me l'aura confié Nick dans la matinée, pas d'hommage à Dimebag Darrell via la balade "In This River", le temps de jeu en festival étant trop court. Oui, seulement voilà où le bas blesse : Zakk nous offrira un solo de 10 putain de minutes. Alors certes, il est un excellent guitariste soliste, le solo sur le live d'Ozzy à Budokan nous le prouve allègrement, seulement là, Zakk nous livre un solo manquant sérieusement de contenu, inintéressant au possible ... le problème ici étant que ce manège durera 10 minutes !!! Le public commencera sérieusement à s'impatienter voir à perdre patience. Sans ce solo chiasseux, on aurait pu caler deux titres, que je propose au hasard : "In This River" et "Stone and Drunk", qui aurait rendu le concert bien plus attrayant ... Le final sera pourtant à la hauteur du groupe avec un Godspeed Hellbound dantesque (le pré-solo à la batterie n'est pas massacré comme à Barcelone, un bon point !). En bref, un excellent concert si l'on fait abstraction de ce solo largement dispensable.

Setlist :
Crazy Horse
Funeral Bell
Bleed for Me
Overlord
Parade of the Dead
Fire it Up
Guitar Solo
Godspeed Hell Bound
Suicide Messiah
Concrete Jungle
Stillborn

DRI
Terrorizer Tent
20H50 > 21H40

David > Dans la famille “crossover”, je demande cette fois le père! Après le terrible passage du rejeton Municipal Waste, on a cette fois droit aux pionniers du genre mais sous la Terrorizer, les Texans n’ayant jamais connu un grand succès commercial. Le groupe officie dans un style tout de même moins thrash, mais plus proche du punk/hardcore. A mon arrivée, le show a déjà commencé et le groupe entame les premières notes de « Acid Rain ». Et tout de suite, j’ai été emporté par l’ambiance, l’aura dégagée par les Américains que je ne connaissais que de nom jusqu’alors.
Ces mecs ne font pas que mélanger punk, hardcore et thrash. Le mélange est tout à fait personnel, entre passages énergiques proches du punk et rythmes plus mid-tempo agrémentés de riff thrash bien sales, apportant une aura malsaine à certaines compos. Notamment sur « Acid Rain » et « The Application » joué peu après, j’ai ressenti ce feeling « Satan ». Ce sentiment est assez paradoxal, et contraste avec la bonne humeur affichée par les « thrashcoreux ». Pour moi, la mise en avant de la basse n’est pas étrangère à ce son particulier… Et pour le coup la présence du groupe en Terrorizer, en terme d’ambiance générale (la Terrorizer était pleine à craquer et bien furieuse), de lights et de son, était finalement bienvenue.

Peu de temps morts là aussi, le groupe semble heureux de l’accueil fourni par le public et donne tout ce qu’il a ! Kurt Brecht, le frontman à casquette de la formation, est charismatique ; même si c’est surtout le bassiste qui pour moi avait le plus de poids sur scène (si on excepte Kurt). Déjà, apparaître masqué en diable et orné d’un casque, ça le fait. Visiblement très motivé, il ne tiendra pas en place pendant tout le show ! Et plus tard, ce même bassiste débarquera avec un groin posé sur le nez : assez cocasse ! Si Municipal Waste a fait bouger la Mainstage 2, on peut en dire autant de D.R.I. sous la Terrorizer où ce fut bien le bordel, le sable se mêlant de plus en plus à l’air avec le temps ! Et on termine tout ça avec « The Five Year Plan », morceau alternant lui aussi passages rapides et d’autres plus lourds et malsains, avec ses communicatifs « I win ! You lose ! » repris par la foule. Certainement ma plus grosse découverte du fest, et un show qui laissera en moi une trace indélébile (je ne parle pas de mon caleçon !). Les Dirty Rotten Imbeciles ont gagné un fan !

SepticFlesh
Rockhard Tent
21H00 > 21H50

Eternalis > LA BAFFE du festival.
Tout était réuni à ce moment là pour en faire un moment absolument mémorable. Le son, l’interprétation, l’intensité, le public et surtout le groupe furent au sommet de tout. Ce groupe…les grecs ont envahi la Rock Hard Tent comme des conquérants et non rien laissé passé, ne relâchant la pression qu’une fois avoir mis à feu et à sang l’assemblée ; et surtout un bordel astronomique dans le pit, d’une fureur démentielle pendant une heure.

Lorsque les premières notes se font entendre sur les samples de « The Vampire from Nazareth », c’est un carnage qui s’abat sur le public. Le son est monumental, précis et d’une violence jouissive. Seth est d’un charisme impressionnant au micro, toisant la foule de son regard noir et pénétrant et chantant comme le diable en personne, véritablement possédé, parfois en transe comme sur le pont de « The Great Mass of Death » où, presque incantatoire, sa partie devient une vénération aux dieux.
« Are you ready for Communion ? ».

Il n’en faut pas plus pour que le chaos passe encore à une étape supérieure, qui trouvera son aboutissement dans le surpuissant « Persepolis » où un immense wall of death finira de détruire le pit.
Très principalement centré sur les deux derniers opus, avec quatre morceaux de chaque (s’ajoute Lovecraft’s Death et le sublime Anubis pour terminer le show) et surtout, les morceaux du derniers opus, impressionnants d’épaisseur et de mysticisme, notamment l’impérial « Pyramid God » et sa montée en puissance ultime ou le très opaque « Ocean of Greys », moment plus intimiste, malgré son introduction des plus furieuses.
Quatre musiciens au sommet de leur art, un frontman d’exception, des compositions orgasmiques, un son surpuissant…Septic Flesh n’a laissé que des cendres derrière lui, et démontre sans contexte qu’ils font aujourd’hui parti des plus grands d’Europe. Seth & Christos rules !

Hraesvelg> Passé vit’ fat histoire de voir comment ils allaient se débrouiller à jouer avec des bandes … c’est carré, ça doit pas être évident, c’est beaucoup trop fort, même au niveau de la voix, et du coup tout ça fait bien trop artificiel pour que je rentre dedans.

Orion > J'avais vu le groupe grec il y a a peine un mois lors de sa large tournée française et j'entendais profiter de la moitié du set puis de profiter de celui de Black Label Society... A moins d'une bonne surprise de SepticFlesh... Qui ne viendra pas. Le groupe fera un show assez similaire à celui de Rouen même si je trouve que Spiros, surement moins fatigué, en impose beaucoup plus. Le son n'est pas trop mauvais mais ayant déjà vu le groupe quatre fois, je préfère me retirer après la tuerie « Unbeliever ».

Setlist :
The Vampire from Nazareth
Communion
A Great Mass Of Death
Virtues of the Beast
Unbeliever
Pyramid God
Lovecraft's Death
Oceans of Grey
Persepolis
Anubis

Kreator
Mainstage 2
21H55 > 22H55

GazaG>Pour Kreator, j'ai quand même essayé de faire un peu plus gaffe à la musique proposée par les Allemands. Mais la tâche ne fut pas aisée, tant le bordel dans la fosse était intense. Première chose, le groupe est content d'être là et communique bien avec le public (et que j'te demande un pit ici, et un autre là …). Le son pour Kreator fut très correct, contrairement à la plupart des groupes qui seront passés par cette MainStage 2. Les compos passent bien, surtout celles de Violent Revolution, que je n'ai pas boudé. Le set était très lourd et sans temps mort, demandant un effort physique certain (pour les survivants de Destruction notamment). A souligner : un jeu de lumière approprié, moins basique et standard. Ce qui apporte un plus pour les compos bien malsaines. Kreator a montré de bien belles choses, et se seront certainement fait de nouveaux fan lors de cette édition 2011. Un concert que je n'oublierai pas de si tôt (et mes jambes non plus).

Setlist :
Hordes of Chaos (A Necrologue for the Elite)
Warcurse
Endless Pain
Pleasure to Kill
Destroy What Destroys You
Voices of the Dead
Enemy of God
Phobia
Terrible Certainty / Reconquering the Throne
The Patriarch
Violent Revolution
Flag of Hate
Tormentor

Terror
Terrorizer Tent
22H10 > 23H00

Caacrinolas > Après un coup d’œil rapide sur Sodom, on n’est pas passé loin du remake de l’an dernier…mais si rappelez vous Carcass, la tente tout ça, c’était sans compter le sms de détresse que j’ai envoyé pour qu’on vienne me chercher pour voir…Terror. Et là c’est typiquement le genre de moment qu’on ne peut vivre qu’au Hellfest, on reçoit un sms d’un pote qui est sur le coté de la scène, on se dit qu’on peut nous aussi déjoué la sécurité un instant et en faire de même et ainsi vivre un concert d’une façon totalement différente. Si Terror est un groupe qui se vit de façon intense dans le pit, c’est assez impressionnant de savoir qu’il en est de même dans les coulisses. 45 min qui là aussi seront passées comme 3 secondes, un Scott Vogel comme d’habitude enormissime de charisme qui n’hésitera d’ailleurs pas à demander aux personnes en bord de scène d’aller sauter dans la fosse ce que bien évidemment tout le monde refusera…sauf un collègue assez fou de 2 guys 1 tv. « Betrayer » « Never Alone » ou bien sur le tube « Spit My Rage » autant de raison de devenir fou sur et en dehors de la scène. Une des prestations parmi les plus vives du week end.

David > Si je kiffe des groupes comme Raw Power, Sick Of It All ou Agnostic Front, je ne peux en revanche pas supporter cette scène hardcore qui lorgne plus sur le metalcore, Hatebreed et Terror en tête ! Mais on m’a dit « vas-y, Terror, tu verras en live c’est pas pareil, c’est de la bombe » et vu que j’avais apprécié Hatebreed il y a 2 ans (mais bon, de l’eau a coulé sous les ponts depuis… c’est quoi cette expression pourrie ?), j’ai tenté ma chance. Raté ! Bien sûr, si je mets de côté mes goûts perso et ma mauvaise foi, le fan des Américains devait être aux anges : un groupe dans une putain de forme qui bouge partout (la voix du frontman portait bien loin, notamment quand il s’adressait au public !), une tente en transe totale dans un bordel pas possible… Terror a terrorisé la Terrorizer (ouais c’est nul je sais, j’assume) !
Le vocaliste du groupe a même demandé à son public de grimper aux piliers de la tente, et ces derniers se sont exécutés malgré les panneaux d’interdiction ! Bref, c’était fifou faut le reconnaître, mais pour ma part si les passages rapides de la musique de Terror passent pas trop mal, les beatdown JE PEUX PAS. Je sais pas, ça me fait profondément chier en fait. En plus niveau attitude scénique et une partie du public, ça fait un peu trop musique de racailles pour moi (d’avance, le prenez pas mal les coreux, les goûts les couleurs, toussa…). Du coup, au bout de 25 minutes je me suis barré.

HraesvelgTerror sous la Terrorizer, il el fallait ! Passé le stress de quitter mon milieu naturel pour affronter celui de la « tente des gens d’en face » (comprendre le hyppies, les punks à chien et les cacailles) premier constat : y a du peuple devant et sur la scène, c’est plus un groupe, c’est carrément un possie tavu ! Après le truc qui me met à l’aise c’est que ça pose dur, presque autant que chez les beumeus. Le groupe commence à jouer et là, j’assiste à ce pourquoi j’étais venu : une ambaince de malade, un pit en ébulition ! Y a pas, même si parfois je trouver certains de leurs mouvements de danse un brin grotesque, les coreux ils savent bouger ! Le groupe est à donf, le chanteur demande au public de se dépasser, et d’escalader les poteaux (ceque peu de types semblent comprendre dans un premier temps) histoire de rendre le pit encore plus fou. Enorme ! Pas de quoi passer de l’autre côté mais ça rends envieux cette communion réelle et chaleureuse entre un groupe (à l’humilité non feinte) et son public.

JohnTerror, ma troisième fois et sûrement la meilleure ! Le groupe prend de plus en plus d’ampleur et c’est sous une Terrorizer rempli comme jamais que les californiens vont livrer un set de folie. Après s’être faufilé avec mon compagnon de toujours, Caacrinolas, sur le côté de la scène en compagnie du crew des américains, il va s’en dire que nous avons ressenti toute la puissance que dégage la musique de ce groupe. Impressionnant de voir depuis la scène un pit qui explose de tous les côtés. Le son est excellent sur scène, et les musiciens se donnent à 200 % à l’image du frontman Scott Vogel qui comme à son habitude ne tient pas en place. Les classiques y passent tous, le show est intense et violent, et les morceaux du dernier opus « Keepers Of The Faith » passent toujours aussi bien à l’image du morceau titre, joué en fin de set, et son refrain reprit par tout le public. Le Hardcore est une grande famille, après s’être faufilé à côté du crew, personne nous à viré, au contraire, allant jusqu’à voir un Scott Vogel se rapprocher plusieurs fois et nous demander de venir sur scène. Excellente prestation, grosse mandale dans la gueule, à revoir encore et encore, on ne s’en lasse pas !

Setlist :
Stick Tight
One With the Underdogs
Never Alone
Betrayer
You're Caught
Push It Away
Out Of My Face
Always The Hardway
Hell & Back
Spit My Rage
Overcome
Your Enemies Are Mine
Keep Your Mouth Shut
Keepers of the Faith

Scorpions
Mainstage 1
23H00 > 00H55

GazaG> Allez là ! Scorpions au Hellfest ! Plus grosse scène, Plus gros son, plus gros tout en somme. Je m'attendais à un set encore plus monstrueux que lors de leur passage au Zénith de Nantes, en novembre dernier. Et quelle fut ma déception ! Groupe mou, pas communiquant, pas motivé. Du coup les compos sont bien moins percutantes que en salle. Une facette du groupe que j'essayerai d'oublier en rentrant picoler au camping avec des vendéens (!), mais rien n'y fait. Bon aller debout, faut aller voir l'hommage à M. Roy. Du coup je verrais quand même Big City Nights, qui rattrape le show, mais les deux dernières cultismes chansons ne viendront pas à bout de mon premier ressenti, déçu.

Eternalis : après les avoir vu au Zenith de Nantes en Octobre dernier, je dois avouer avoir été passablement déçu de la prestation des allemands, en deçà de celle d’octobre dernier et surtout avec un Klaus Meine bien souvent à la ramasse vocalement, et ce dès « Sting in the Tail ».
Le reste du groupe à la patate, à l’image d’un Rudolf Skenker électrique ou d’un James Kottak toujours aussi allumé derrière sa batterie.
Ensuite, il est vrai que le show étant exactement le même (avec quelques classiques comme « Send Me an Angel » ou le si précieux « Wind of Changes » en moins..), une lassitude s’est rapidement installé par un manque de surprise, par ce solo de batterie succulent et très technique mais orchestré à la seconde près, par ce « Still Loving You » joué en rappel avant le déchirant « Rock You Like a Hurricane » des familles. Reste des moments sympa, et toujours le plaisir d’entendre et voir une légende vivante mais ce sera les yeux sans étoiles que le concert se terminera ce soir là…la faute surement à la fatigue d’une tournée débutée depuis déjà plus de huit mois…

John> Changement total d’ambiance après l’énorme prestation de Terror, direction Scorpions que je ne voulais pas rater bien qu’en même temps il y ait Bolt Thrower qui jouait sous la Rock Hard Tent. Alors que je n’avais aucun souvenir de leur prestation du Bercy dans les années 90, faut dire que j’étais gamin, on peut dire que j’attendais plutôt impatiemment ce show. Le DVD filmé au Wacken montrait un groupe en forme et une setlist très rock avec pas mal de vieux titres. Ici, c’était la même chose. Sauf que bizarrement je ne ressors pas emballé de ce concert qui j’ai trouvé a grandement manqué de punch. Si c’est toujours un plaisir d’entendre les classiques du groupe en live, il ne se passe pas grand-chose sûr scène. Rajoutez à cela un solo de batterie à rallonge de James Kottak, inintéressant et mégalo au possible.

Orion > voilà le groupe qui a rassemblé tout le monde. Les jeunes et les vieux. Les métaleux et les ménagères. Scorpions est un groupe tellement gros qu'il est reconnu au delà du carcan Hard Rock. Pour preuve même mon père (fan de Celine Dion et Barbara Streisandt...) aimerait les voir. Mais Scorpions joue ce soir au Hellfest et va adapter sa setlist en conséquence en choisissant les morceaux les plus Rock de sa discographie. Le roi de la Power ballade laissera ses « Wind Of Change » et « Send Me An Angel » à la maison mais en gardera quand même trois avec « The Best Is Yet To Come », « Holiday » et la mythique « Still Loving You » sur laquelle tout le monde sortira son portable pour appeler sa chère et tendre.

Si Pawel Maciwoda et Matthias Jabs se font discret, Klaus Meine, James Kottak (qui prend une place très importante dans le groupe) et surtout Rudolf Schenker qui de ses soixante trois ans en fout plein la vue et joue tout le temps avec le public. Le groupe est des plus communicatifs et Klaus n'hésite pas à faire chanter le public... Pour éviter de trop montrer un manque de souffle pourtant flagrant. On le pardonne vu son age et vu comment il se démène allant même jusqu'à prendre la guitare sur certains morceaux. Je crois qu'avec sa prestation composée de tueries comme « Bad Boys Running Wild », « The Zoo », « Black Out », « Raised On Rock », « Big City Nights » et « Rock You Like A Hurricane », Scorpions a gagné des fans ce soir là. En tout cas, ils m'ont convaincu d'aller les voir lors de leur passage à Rouen en novembre prochain.

Shawn > Avec l'annonce de la retraite de Scorpions, c'est tout un monument du Rock qui disparait. Combien d'entre nous ont été conçus après un slow de Scorpions, hein ? Bref, l'une des dernières occasions de voir ce groupe avant leur grands départ. Notez tout de même que la formation écumera les Zenith en novembre. Il est clair que les allemands ont tourné leur setlist à la faveur du public métal, n'y incluant que les plus célèbres balades. Ainsi, pas de Wind Of Change par exemple mais Holiday ou l’immanquable Still Loving You. Scéniquement, l'installation est impressionnantes avec un écran géant derrière le groupe (en plus de l'écran entre les mainstage). Ce dernier est clairement mis à profit, comme pour The Zoo où les paroles du refrain apparaissent. Grosse joie personnelle d'entendre Bad Boys Running Wild, premier titre de l'excellent album "Love At The First String" qui m'a bercé étant plus jeune.

Le groupe nous offrira également sa Kottak Attack, solo de son excellent batteur nous offrant une rétrospective à la batterie de la discographie des allemands. Passant d'un album à l'autre et d'une rythmique à une autre, Kottak sera purement bluffant. Le final sera dantesque avec le trio "Big City Nights", "Still Loving You" et "Rock You Like A Hurricane" que j'ai malheureusement écouté sur le chemin du camping, le froid ayant eu raison de moi ... Ceci dis, j'aurai toujours l'occasion d'entendre ces titres au Zenith de Toulouse cet automne. Du grand !

Setlist :
Sting In The Tail
Make It Real
Bad Boys Running Wild
The Zoo
Coast To Coast
Loving You Sunday Morning
The Best Is Yet To Come
Holiday
Raised on Rock
Tease Me Please Me
Dynamite
Kottak Attack
Blackout
Six String Sting
Big City Nights
------
Still Loving You
Rock You Like A Hurricane

Bolt Thrower
Rockhard Tent
23H15 > 00H15

Caacrinolas : A peine le temps de se reposer que se profilait le gros morceau de la journée : Les anglais de Bolt Thrower. Ayant honteusement découvert le groupe sur le tard, j’étais assez impatient et curieux de voir ce que donnait le groupe…et mon dieu quelle BAFFE ! Déjà commencer sur un morceau tel que « The IVth Crusade » ça vous fout tout de suite dans le bain mais quand en plus de ça vous possédez l’un des meilleurs sons du week end inutile de dire qu’on s’approche de la perfection. Perfection dont nous n’étions pas loin non plus du coté de la set list : « The Killchain » « World Eater » ou encore « Anti-tank » autant de raisons de se casser la nuque devant la bande Karl Willets et ces comparses. Et que dire…que dire devant la fin totalement apocalyptique du concert, jugez plutôt : « …for Victory » la monstrueuse « No Guts no Glory » et en point d’orgue « When Cannons Fade » inutile de dire que la guerre s’est rapidement achevé sur le constat suivant : Bolt Thrower 1 - 0 le reste

David > Eh ben, quelle chaleur ! Dans ma découverte récente de cette légende du death metal, j’avais oublié de noter que Bolt Thrower se faisait plutôt rare en France. Et dire que les Britanniques étaient attendus tient de l’euphémisme tant il est difficile de se frayer un chemin sous la Rock Hard qui n’a jamais été aussi pleine à craquer du festival ! Et la grosse ambiance est confirmée dès l’intro façon Star Wars et les premières notes de « The IVth Crusade », et on va imager ça conformément au thème cher à Bolt Thrower : c’était la guerre, et la Rock Hard Tent a été transformée en champ de bataille ! Et que dire de la claque sonore que l’on prend, Bolt Thrower dispose d’un son massif, qui permet au death metal lourd et groovy de prendre toute son ampleur !

Je profite des pogos déjà virulents dès le premier morceau pour m’approcher et pouvoir mieux voir tout ce petit monde sur scène, et après la claque sonore vint la baffe visuelle : emmenés par un leader aux growls bien old school, voir les zicos headbanguer furieusement au rythme des compositions groovy de Bolt Thrower ( « The Killchain », « Anti-Tank » ) donne sacrément envie de faire de même ! Mention spéciale au bien lourd « World Eater », le morceau qui m’aura le plus impressionné de la soirée ! Mais c’est évidemment le classique « No Guts No Glory » qui aura été le point d’orgue de ce show intense qui restera parmi les plus marquants du Hellfest 2011.
Une prestation énorme pour laquelle je n’aurai qu’un seul petit regret : je frissonnais d’avance à l’idée d’entendre en live l’introduction de « In Battle There Is No Law ! »… « Mais bien sûr qu’ils vont la jouer, ils la jouent toujours ! » m’affirmait un fan Belge. Et bien, j’ai pas eu de chance car ce morceau ne viendra jamais. Une raison de plus pour revoir le groupe en salle dès le prochain passage en France ! Hmm, quoi d’autre ? La bassiste est super bien conservée pour son âge, ça c’est dit.

Hraesvelg > Je m’étais promis de jamais aller voir le groupe après son annulation de sa date rennaise il y a de cela bieeeen longtemps mais je me suis trouvé une excuse : attendre le show suivant assis dans l’herbe. Au final bien m’en a pris parceque question déchenillage, quand même, ils se posent : pas que les titres soient super rapides, mais d’une lourdeur et d’une brutalité qui font craquer la nuque sans même s'en rendre compte. Je voyais pas ce qu’il se passait sur scène donc je ne peux pas vraiment parler de la présence scénique des musiciens mais le son des côtés de la tente était vraiment puissant et la voix assez impressionnante. Un bon moment.

Setlist :
The IVth Crusade
The Killchain
Powder Burns
When Glory Beckons
World Eater
Cenotaph
Anti-Tank
Where Next to Conquer
Silent Demise
Salvo
...For Victory
No Guts, No Glory
Encore :
When Cannons Fade

Coroner
Mainstage 2
01H00 > 02H00

David > “Ca fait 20 ans que j’attends ça”, me confie un pote plus âgé que moi, mais qui était encore un poil trop jeune pour aller en concert quand Coroner était actif. Car oui, le Hellfest a cette année l’honneur d’accueillir le premier show depuis 15 ans du groupe de thrash technique Suisse ! Juste après un hommage à Patrick Roy assez émouvant sur fond de feu d’artifice, c’est donc logiquement qu’on sent une certaine tension monter au fur et à mesure que le début du show se rapproche. L’intro retentit, et c’est « Internal Conflicts » qui débute réellement le set du trio Zurichois.
Et autant dire que j’ai été soufflé. Le genre de truc qu’on ressent quand on a une révélation, je l’ai ressenti devant Coroner. En écoutant les compositions, je comprends parfaitement en quoi ce groupe est culte : elles sont juste exceptionnelles ! Toujours techniques, certaines sont plus rentre-dedans (« Internal Conflicts ») et beaucoup d’entre elles possèdent ce côté froid et martial du metal industriel (« Metamorphosis »), sans en avoir forcément les sonorités. Et le plus impressionnant dans tout ça, c’est le niveau technique des zicos. Le guitariste Tommy Vetterli et le batteur Mark Edelmann n’ont pas rouillé avec le temps, et c’est un délice pour les oreilles d’entendre de tels morceaux sans aucune fausse note. Mention particulière au guitariste, car la musique de Coroner comporte de nombreux passages vraiment très techniques, dont des soli savoureux !

Le bassiste/vocaliste Ron Broder sera le seul à communiquer avec le public, et il semble éminemment sympathique. Ce sera d’ailleurs le seul à bouger un tant soit peu, le show étant très statique. Néanmoins, c’est peut-être mieux comme ça vu le côté distant de leur musique. Côté renforcé par les vocaux de Ron, très secs, rappelant son compatriote Tom G. Warrior (qui, pour l’anecdote, joue en ce moment même sous la Rock Hard Tent). Côté public par contre, et c’est normal vu la journée de folie niveau concerts, la foule diminue au fil du show et les présents profitent calmement du moment présent, la fatigue commençant sérieusement à se faire ressentir (ce que ne manquera pas de remarquer le frontman Suisse, qui raillera le public par un « vous êtes fatigués ? ». Et malgré ma satisfaction devant le show de Coroner, j’ai fini par céder à l’appel du sommeil, quittant le site du festival avant le rappel « Reborn Through Hate ». En espérant que cette soirée en appelle d’autres dans le futur au son du combo Helvète.

Setlist :
Golden Cashmere Sleeper, Part 1
Internal Conflicts
Masked Jackal
Status: Still Thinking
Metamorphosis
D.O.A.
Semtex Revolution
No Need to Be Human
Divine Step (Conspectu Mortis)
Grin (Nails Hurt)
-------
Reborn Through Hate

Triptykon
Rockhard Tent
01H00 > 02H00

Hraesvelg > Tout le monde est parti voirCoroner, parfait : je vais pouvoir assister au set de Triptykon en petit comité, ce que le groupe lui-même ne manque pas de remarquer, le frontman relevant qu’au moins, toutes les personnes ici présentes ont choisies de l’être. Il s’en suit une écoute religieuse de titres écrasants de noirceur, martellés par un batteur à l’impact ahurissant. Le jeu de scène est vraiment sobre, le seul charisme des musiciens, qui tirent des tronches d’enterrement, suffit – bassiste et Tom G. Warrior en tête. J’ai enfin compris certaines choses, eu accès à certaines clefs de l’univers impénétrable des doomeux (sauf Orion) : tout est pesant, inéluctable, le chanteur déclame, ou affirme plutôt ce qui est et ce qui va arriver … funeste destin. Un grand moment offert par un groupe « sacrifié » au profit de l’enchainement BT/Coroner. Les absents auront eu tort.

Orion > Bienvenue dans la messe noire.
Je me rappelle avoir pleuré de gros sanglots quand j'ai appris le split de Celtic Frost mais ce n'est rien par rapport à la joie procurée quand j'ai compris que Triptykon reprendrait là où Celtic Frost s'est arrêté lorsque les premières notes de Procreation (Of The Wicked) ont résonné. Envoutante et très noire, la Musique de Tom G. Fisher prend aux tripes et fait froid dans le dos surtout que pour mettre le spectateur le plus mal à l'aise possible, Triptykon joue ses morceaux les plus longs entre « Goetia », « Synagoga Satanae » et « The Prolonging », on arrive à près de quarante minutes de concert, peut être même plus. Là où la prestation me dérange mais là, dans le mauvais sens du terme, c'est quand je vois le line up composé de petits « jeunes » mais qui n'ont pas le charisme de « Warrior » Fisher et qui semblent trop "normaux" pour jouer ce genre de musique. La prestation repose certes sur la (Grande) musique du groupe mais également beaucoup par le charisme incroyable de « Warrior » dont l'arrivée sur scène entraîne un silence de... cathédrale. Du très grand. Uh!

Eternalis : Contraint de regagner le camping à cause d’une trop grosse fatigue, je n’ai pu regarder que les premiers instants du set.
La bande à Tom Warrior semblait très bien en place sur « Goetia » en tout cas, avec un son pachydermique, une attitude sobre mais qui collait froid dans le dos, encore plus lorsque V Santura déclamait ses growls horrifiques dans la tente. Assurément un grand concert, que je n’étais malheureusement pas en état de voir dans de bonnes conditions. Ca sera pour une prochaine fois !

Setlist :
Crucifixus
Procreation (Of The Wicked) (Reprise de Celtic Frost)
Goetia
Circle Of The Tyrants (Reprise de Celtic Frost)
Babylon Fell (Reprise de Celtic Frost)
Synagoga Satanae (Reprise de Celtic Frost)
The Prolonging
Triptych: Winter: Requiem/Chapter Three: Finale (Reprise de Celtic Frost)