Interviews Retour
mercredi 21 mai 2014 - U-Zine

Witchthroat Serpent

Fredrik Bolzann

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Composé de membres actuels ou passé de groupes réputés (Darvulia, Mahlkebre, Sektarism, ...), les toulousains de Witchthroat Serpent sortent leur premier album éponyme chez Deadlight Entertainment. Saisissons l'occasion d'en savoir un peu plus avec Fredrik Bolzann, guitariste et chanteur de la formation ...

Bonjour Fred, merci de nous accorder une interview. Tu excuseras l'affligeante banalité de cette question, Witchthroat Serpent est encore un tout jeune groupe, peux-tu nous le présenter ?

Witchthroat Serpent est un groupe de Doom/stoner formé par trois musiciens provenant de différents univers musicaux et actifs dans d'autres formations Toulousaines. Trois dingues en recherche de nouvelles sensations !

Le groupe a été fondé en 2011, que s'est-il passé pour vous ces 3 dernières années jusqu'à aujourd'hui ?

Pas mal de répétitions, l'enregistrement de notre premier album puis quelques concerts. Actuellement nous composons pour le prochain album et sommes fin prêt pour de nouveaux concerts.

Vous avez sorti votre premier album éponyme, tout récemment. Peux-tu revenir sur le processus de composition, d'enregistrement, etc … ?

J'apporte l'essentiel du morceau, riffs et paroles puis nous travaillons les arrangements en répétition. Chacun apporte sa touche, ce qui est important pour la cohésion du groupe. Notre premier album a été enregistré intégralement par nos soins ce qui nous a permis de travailler le son à notre guise.

Y a-t-il un concept autour du nom du groupe ou du titre " Serpenta Ritual ", les deux étant orientés vers un lexique reptilien ?

Le Serpent nous entoure, il est présent dans de nombreux rites ancestraux comme le gardien du savoir. Il représente la délivrance du corps éthérique sur le corps physique, le lâcher prise, l'entité qui a le pouvoir de nous faire passer des caps. Le nom du groupe doit donc être considéré comme cette entité, puissante et manipulatrice, révélatrice et occulte. Nos textes parlent principalement de sorcellerie. Le titre 'Serpenta Ritual' est un hommage à la talentueuse artiste Diamanda Galas.

Chacun des 3 membres du groupe s'est déjà illustré avec de précédentes formations. Comment avez-vous travaillé sur cet album ? Est-ce que chacun a contribué à sa manière ?

Nous avons travaillé de manière assez classique pour le style, en choisissant de faire un enregistrement live (guitare/basse/batterie) afin de capturer le feeling et le côté rampant inhérent à notre son. Par la suite, nous avons rajouté la seconde guitare et les voix. Aucun effet n'a été rajouté au mix nous avons tenu à conserver la puissance du live, venez nous voir vous comprendrez !

En ce qui te concerne, tu es très actif sur ton projet black metal, Darvulia. Est-ce que tu travailles de la même manière sur les différents projets ?

C'est complètement diffèrent, Darvulia n'est pas un 'groupe'. Je travaille seul avec Darvulia, le batteur est uniquement présent lors des enregistrements.

Outre Darvulia et Witchthroat Serpent, tu occupes le poste de bassiste dans Sektarism, qui officie dans le funeral doom, un genre pas si éloigné du stoner/doom de Witchthroat Serpent. Comment ressens-tu le fait de jouer du doom avec deux approches différentes ?

Actuellement je n'officie plus à la basse dans Sektarism. Même si les deux groupes ont une étiquette doom, la façon de composer et d'appréhender la musique est complètement différente. Witchthroat Serpent ne laisse pas de place à l'improvisation alors que celle-ci est primordiale dans Sektarism.

Witchthroat Serpent a commencé à se produire sur scène. Je crois me souvenir que c'était quelque chose que tu ne concevais pas sur certains de tes autres projets. Witchthroat était dont prédestiné à se produire en concert ?

Absolument, Witchthroat Serpent est un groupe voué à la scène.

A ce propos, vous avez déjà donné quelques dates avec Huata, Los Disidentes Del Sucio Motel et bientôt une date avec Crowbar. Comment vis-tu les concerts, et quels sont les retours que tu as pu en avoir ?

Je vis très bien certains concerts, d'autre moins. Chaque concert est une aventure et comme toute aventure certaines sont moins agréables que d'autres. Pour le moment nous avons eu de très bons retours mais nous n'avons pas encore beaucoup de concerts à notre actif. Nous sommes activement en recherche de futurs concerts. A bon entendeur !

L'album est sorti sur le label Deadlight Entertainment. Comment se passe la collaboration ? 

En 3 mots, simple, rapide, efficace !

Des premières chroniques de l'album qui commencent à arriver, on vous compare souvent à Electric Wizard. Comment prends-tu la comparaison ?

Pas faux, je le prends comme ça vient, j'écoute beaucoup Electric Wizard tout comme Acid King et d'autres groupes dans le genre. Je ne le cache pas. Nous n'essayons pas de ressembler à qui que ce soit, juste cracher nos venins et remuer la tripaille.

A propos de stoner, doom et de chronique, votre album a été révélé au fur et à mesure sur le magasine Noise, dont l'une de leur chroniqueuse, Lorène Lenoir nous a tragiquement quitté en début d'année. Il me semble que c'est elle qui devait vous chroniquer … Comment as-tu vécu sa disparition ?

Je ne connaissais pas Lorène personnellement, tout ce que je sais c'est qu'elle a vraiment aimé notre disque et qu'elle comptait en faire une chronique. Désolé pour elle et ses proches.

Quelle serait l'aboutissement ultime pour toi avec WitchthroatSerpent ? Jouer au DesertFest ? Ouvrir pour Electric Wizard ? Autre chose ?

Autre chose je dirai…

Merci à toi, je te laisse le mot de la fin. Si tu as un message à faire passer, tu as carte blanche !

Let the Serpent coming down your throat…

Merci à Frederik pour son temps et sa disponibilité.Merci à Alex (Deadlight) pour la logistique.