Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Bloodhound Gang

Hooray For Boobies

LabelInterscope
styleRock bordel
formatAlbum
paysEtats-Unis
sortieoctobre 1999
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Je sens que cela va devenir une tradition sur U-zine. Chroniquer une fois par mois un album qui sort un peu de notre ligne éditoriale mais qui vaut vraiment le détour. Et là, aujourd’hui, je vous propose un album stratosphérique. Un album hors pair. Le genre d’album qui vous poursuit pendant une bonne dizaine d’années. Parce que si Ultra Vomit vous fait marrer avec son humour ras les pâquerettes, là on est dans la cour des Grands. On est dans une autre dimension, dans le règne absolu du grand Papier Toilette 1er avec un groupe qui nous offre un nectar de tout ce qui peut se faire de pire dans le rock/metal humoristique. Je veux bien évidemment penser aux maîtres du genre : The Bloodhound Gang et leur troisième album Hooray For Boobies. Que demander de mieux que des crachats (Yummy Down On This), de la toux (That Couch Came With A Prize), la réponse d’une porn star à une chanson en son honneur (R.S.V.P.) ou bien encore un titre intitulé The Ten Coolest Things About New Jersey qui s’avère être… dix secondes de silence ?

Dans le fond, je crois que cette chronique pourrait se limiter à faire des citations des paroles du groupe tant elles font rire et ne lassent jamais (You and me baby ain't nothin' but mammals, So let's do it like they do on the Discovery Channel, à titre d’exemple). Et peu importe les horreurs qui sont prononcées, on a toujours un riff, une rythmique pour nous faire bouger et chanter à tue-tête. A cet égard, les riffs des titres I Hope You Die, Along Comes Mary ou Yummy Down on this sont efficaces.

D’ailleurs, l’album contient plusieurs titres qui, toujours portés par des paroles humoristiques et décalées, se révèlent être des titres de rock alternatif assez classiques. Je pense notamment à Hell yeah ou les titres précités. On retrouve également ce qui fait office de prémisse des tendances du groupe à mettre des sons électro assez cheap dans leur titre The Bad Touch qui avait d’ailleurs été diffusé en France ! Ce merveilleux clip filmé à Paris où se côtoient des mimes, des nains, des singes mangeurs de vers, des cuisiniers appâtés par des escalopes de dinde… rien que ça. Surtout, le groupe renforce ce côté « électronique » en utilisant quelques samples comme celui de For Whom the Bell Tolls de Metallica sur Mope, tout comme Relax de Frankie Goes to Hollywood sur le même titre (dois-je préciser que Pac-Man, fumeur de crack invétéré, apparaît dans un break ?).

Mais, ne nous méprenons pas, ce qu’on apprécie surtout c’est ce côté complètement décalé et clairement orienté vers le cul du groupe. Que pensez de The Ballad of Chasey Lain où le groupe chante une lettre écrite à la pornstar susnommée afin de lui demander, je cite, « to let [him] eat [her] ass » ? Que pensez de Three Point One FourJimmy Pop s’égosille sur le fait qu’il cherche désespérément A New Vagina (tout en précisant qu’il est difficile de trouver une femme capable, comme sa mère, de jouer de l’harmonica avec sa ch****, oui oui) ?

Après, il est vrai que si cet album est, à mon sens, musicalement supérieur au second album du groupe qui avait été couronné de succès (One Fierce Beer Coaster devait contenir trois bons riffs à tout casser), tourne toujours autour des mêmes sujets (vous voyez où je veux en venir) et on aurait aimé un peu de variation… Retrouver des titres aux atmosphères différentes comme la faussement déprimante Your Only Friends Are Make Believe (qui est juste une perle) ou bien encore It’s Tricky. Mais l’album contient malgré tout quelques titres tellement hors du commun et qui mettent tellement mal à l’aise qu’on finit par comprendre que le groupe ne pouvait pas faire autrement. Je pense notamment à A Lap Dance Is So Much Better When the Stripper Is Crying dont le titre suffit à tout expliquer.

Beaucoup ont critiqué cet album car il était trop « toilet-oriented » ou « sex-oriented » pour reprendre les termes de critiques américains, mais qu’attendre de plus de The Bloodhound Gang ? On est dans un groupe rock/metal qui a fait sa renommée sur ce genre. On ne demande pas à In Flames de faire du black. Ici la logique est la même, on demande au groupe de nous amuser par des paroles saugrenues et des musiques chaloupées. Et ça, franchement, c’est réussi.

Et pour finir cette chronique, je dirais, à l’instar de Jimmy Pop dans le refrain du titre Right Turn Clyde (qui parodie Pink Floyd), que si vous n’aimez pas cet album, All in all you're just another dick with no balls.

1. I Hope You Die
2. The Inevitable Return Of The Great White Dope
3. Mama's Boy
4. Three Point One Four
5. Mope
6. Yummy Down On This
7. The Ballad Of Chasey Lain
8. R.S.V.P.
9. Magna Cum Nada
10. The Bad Touch
11. The Cough Came With A Prize
12. Take The Long Way Home
13. Hell Yeah
14. Right Turn, Clyde - Bloodhound Gang, Jimmy Frank
15. This Is Stupid
16. A Lap Dance Is So Much Better When The Stripper Is Crying
17. 10 Coolest Things About New Jersey
18. Along Comes Mary

Les autres chroniques