Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Drawn and Quartered

Return of the Black Death

LabelMoribund Records
styleDeath Metal
formatAlbum
paysUSA
sortiejanvier 2004
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Certaines formations deviennent célèbres en proposant une musique fortement influencée par d’autres groupes plus anciens. Au contraire d’autres restent inlassablement dans l’ombre des maitres du genre ... Cette deuxième option va à ravir à Drawn and Quartered. En effet D&Q est souvent considéré à tort comme un vulgaire clone d’Immolation ou d’Incantation. Il est vrai que certaines ressemblances sont frappantes mais je me dois de tenter de rétablir tout le mérite de ce combo à travers ce papier.

Drawn and Quartered se forme aux Etats-Unis (Seattle) en 1993. Il faut ensuite attendre six années avant que le groupe ne sorte son premier opus, To Kill Is Human , bon album de death metal mais sans grandes prétentions. Extermination Revelry voit ensuite le jour en 2003. Ce dernier propose un death métal sombre, blasphématoire mais non dénué de mélodie et de puissance et révèle le groupe auprès d’une très petite partie du public underground.
Sans se laisser décourager par ce manque de reconnaissance, nos quatre américains retournent en studio seulement un an après pour nous pondre le successeur d’Extermination Revelry intitulé Return of the Black Death. Et on ne change pas une équipe qui fait du bon boulot ! En effet, le line-up reste inchangé, le label Moribund Records est toujours au rendez-vous et le lieu d’enregistrement est également le même qu’un an plus tôt, à savoir l’Autopsy Room. Return of the Black Death, orné une nouvelle fois d’une illustration de Gabriel T. Byrne, sort courant 2004.

Comment caractérisé la musique de D&Q dans ce troisième opus ? Il serait tentant d’affirmer qu’il reprend la même recette qu’Exterminaton Revelry en rendant le tout moins mélodique et plus brutal et rapide. Cependant cela serait injuste car D&Q sait se renouveler, et le fait bien. Un death metal sombre et brutal, généreux en riffs destructeurs et en blasts, le tout accompagné d’une basse lourde, de solis mélodiques et terriblement efficaces et d’un growl rappelant fortement celui d’un certain Ross Dolan. A cela s’ajoute une atmosphère glauque et malsaine, magnifiant les compositions de ce troisième opus aux paroles gores, morbides et anti-chrétiennes. Voilà tout ce dont à quoi il faut s’attendre en insérant la galette dans le lecteur.

La majorité des titres est toute en rapidité et en puissance, à l’image des blasts presque incessants de Dario Derna qui matraque son instrument de la première à la dernière minute. Cependant son jeu est loin d’être aussi simplifié que cela. En effet ce dernier varie son jeu de fort belle manière en passant par des mid tempos, des semi-blasts ou des rythmiques thrashy. K.S. Kuciemba régale l’auditeur, que ce soit avec ses riffs puissants, tantôt rapides et mélodiques comme sur le monumental Predatory Strangulation, tantôt lourds et écrasants comme sur Wiped From the Earth et son monstrueux final. Et que dire des solis de ce dernier, mélodiques et techniques à la fois comme sur A Forest of Gore.
Le combo sait cependant ralentir le tempo, par exemple sur le pachydermique As Idols Fall, et le rendu est tout aussi jouissif.

Vous l’aurez compris, Return of the Black Death est un album riche, possédant de nombreux changements de rythmes, allant des riffs destructeurs de On the Death Farm à la lourdeur d’un As Idols Fall en passant par l’utilisation massive de solis envoutants et de breaks variés comme sur le titre final éponyme. Tout cela oeuvrant dans une parfaite harmonie macabre, servie par une production à la hauteur de la qualité des compositions.

Alors certes certains passages font plus que penser à Immolation ou Incantation. Ainsi le très bon A Forest of Gore est troublant de ressemblance avec le gang de New York mené par Ross Dolan tout comme l’atmosphère blasphématoire si chère à John McEntee et ses sbires se retrouve également dans l’esprit de l'album.
Cependant chaque groupe est obligatoirement influencée par d’autres formations et qualifier Drawn and Quartered de simple clone de ces deux géants serait un non respect du travail et de l’intégrité de ces américains qui, même sans bénéficier de la reconnaissance qui leur est dû, continuent inlassablement d’œuvrer pour la gloire du death metal. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir sorti d’excellents albums car ce Return of the Black Death en est incontestablement un.
A bon entendeur …

To be continued ...

1. Orgiastic Feast of Excremental Blasphemy (Perversion Glorified)

2. Until they Cease to Bleed

3. A Forest of Gore

4. As Idols Fall

5. On the Death Farm

6. Predatory Strangulation

7. Wiped from the Earth

8. Artisan of Mutilation

9. Return of the Black Death

Les autres chroniques