Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Enslaved

RIITIIR

LabelNuclear Blast
styleBlack Progressif
formatAlbum
paysNorvège
sortieseptembre 2012
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Sans crier gare, Enslaved continue son petit bonhomme de chemin sur son drakkar emmené toujours par le même équipage depuis Isa, c'est dire la passion, que dis-je... La dévotion des vikings pour leur musique qui, soyons clairs, ne ressemble à aucune autre et ce n'est pas avec RIITIIR, le dernier album des Norvégiens, que cela changera, bien au contraire.

Il faudra être un fan averti pour pouvoir rentrer dans cet album qui ne comporte pas de porte d'entrée visible. Seule une petite fenêtre tout en haut de la maison qui amène tout droit vers le grenier. Je ne m'attendais pas forcément à voir un chemin bien tracé avec de beaux escaliers en marbre devant moi pour monter tout en haut de la demeure et admirer le paysage lumineux et glacial qui s'offre à moi mais au moins, une clef et une porte fermée cachée derrière des buissons. Cette porte était bien indiquée sur les précédents efforts avec des titres comme « Isa », « As Fire Swept Clean The Earth », « The Watcher » ou « Ethica Odini » qui avaient le mérite d'être faciles d'accès tout en gardant une profondeur certaine. Avec RIITIIR, il faudra, par conséquent, vous armer de patience et escalader par vos propres moyens tout en haut de la demeure car cet album ne vous fera aucun cadeau. Il faudra même vous faire mal pour l'apprivoiser passant par différents états. De la bonne surprise après la première écoute devant des compositions de plus en plus complexes, on passe par le rejet devant cette complexification qui semble vaine (où est l'émotion ?) et finalement au bout de tonnes d'écoutes, nous voici subjugués récompensant nos efforts à la manière du Colors de Between The Buried And Me qui n'était pas loin de m'avoir procuré le même effet. Nous sommes à des années lumières d'Axioma Ethica Odini qui dès la première écoute mettait en avant ses atouts de séduction.

RIITIIR est surement l'album se rapprochant le plus du qualificatif Progressif qui colle à Enslaved depuis de nombreuses années. On sent sur celui-ci une volonté d'aller encore plus que tout ce qu'avaient fait les Norvégiens jusque là. La durée de l'album s'en ressent puisque jamais Enslaved n'avait produit un album aussi long. La plupart des morceaux tournent aux alentours des dix minutes mais seul le morceau final « Forsaken » viendra les dépasser. Chose qui n'était plus arrivée depuis un certain Isa.

Plus encore, Enslaved nous casse de notre routine dès le départ au quart de tour d'un « Thoughts Like Hammers » de Norvégiens qui n'avaient pas été aussi violents depuis Below The Lights (J'ai pensé instinctivement à « The Dead Stare » quand je l'ai écouté pour la première fois). Tout rentre vite dans l'ordre puisqu'après ce coup de massue, revient le riffing typique - pour ne pas dire redondant – d'Enslaved et l'on se dit que finalement, ce n'était qu'un coup d'épée dans l'eau afin de retrouver le groupe que l'on croyait très bien connaître au fil des sorties. Seulement croire puisque cette introduction était bien la première manifestation d'une évolution artistique. Je n'ai pas de mal à avouer que j'avais tendance à m'embêter quand sur Ruun ou sur Vertebrae, Enslaved partait dans des délires trop Prog à la limite de l'auto-parodie par moments et qui n'avaient comme seul effet positif que de mieux faire ressortir les titres les plus efficaces nommés dans le deuxième paragraphe. RIITIIR, c'est tout autre chose avec des Norvégiens qui ont réussi à concentrer les deux en un pour faire des morceaux plus complexes que jamais mais diaboliquement efficaces. Les émotions ressenties par le petit fan qui ne sait plus où donner de la tête, un filet de bave à la bouche, devant ses enceintes, ne sont que plus intenses. Peut être est-ce le fait d'Herbrand qui prend de plus en plus ses aises dans le groupe dans la formation avec son chant clair qui fait, dans un élan Opethien, désormais quasiment jeu égal avec le chant arraché de Grutle. Cela permet à ce dernier de nous jouer des lignes de basses comme j'en avais jamais entendus de sa part. De quoi démontrer qu'il n'est pas juste un chanteur mais avant tout un musicien hors pair (parmi tant d'autres dans ce groupe). A la fois plus mélodique tout en gardant son penchant pour couper des bûches, Enslaved n'a jamais été aussi mystique au point que pour la première fois, je m'imagine lors des écoutes Thor, son souffle glacé et son gigantesque marteau à proximité de moi et croyez-moi, ils ne me veulent pas du bien...

Loin de Ruun ou Vertebrae, RIITIIR c'est la puissance d'Axioma Ethica Odini mixée à la complexité d'un Below The Lights accompagnées par l'émotion d'Isa. Pour dire les choses autrement, c'est un nouveau sommet pour la carrière des Norvégiens qui n'ont jamais aussi bien maîtrisé chacun des éléments liés à la réalisation d'un album avec pour conséquences de rendre certains de leurs disques bien fades en comparaison. En définitif, ce nouvel album, pour la formation, c'est un peu RIITIIR vers le FIITIIR.

1. Thoughts Like Hammers
2. Death In The Eyes Of Dawn
3. Veilburner
4. Roots Of The Mountain
5. RIITIIR
6. Materal
7. Storm Of Memories
8. Forsaken

Les autres chroniques