Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Dying Fetus

Reign Supreme

LabelRelapse Records
styleBrutal Deathcore
formatAlbum
paysUSA
sortiejuin 2012
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Comment débuter cette chronique ? J’ai comme une sale impression de déjà vu. Chaque sortie estampillée du sigle Dying Fetus, les mêmes questions et préjugés reviennent encore et toujours : « Aura-t-on un jour un album de l’acabit d’un Killing On Adrenaline ou Destroy The Opposition ? Dying Fetus c’était mieux avant. Kevin Talley avait plus de groove. John Gallagher est toujours aussi chauve. Blablabla. »
Alors il est vrai que depuis Destroy The Opposition les albums du Fœtus n’ont plus la même saveur et n’arrivent pas à la cheville de ce dernier, cependant les choses ne sont plus les mêmes aujourd’hui. Pas aidé par les départs et arrivées incessants de ses musiciens, John Gallagher a su stabiliser son groupe et semble enfin tenir la bonne formule. Alors que pas grand monde semblait convaincu par la décision de passer en trio, les américains ont su clouer le bec à tous ses détracteurs notamment avec des prestations lives de folie.
Descend Into Depravity montrait un Dying Fetus bien plus brutal et technique que par le passé. La vélocité semblait hélas avoir prit l’ascendant sur le groove et l’efficacité hardcore qui faisait tout le charme de leur musique. Aussi bon soit-il, ce sixième opus souffrait d’un certain manque de cohésion qui le rendit assez inégal.

Trois plus tard, les rois du vrai Deathcore (même si certains préfèreront l’appellation NYDM) sont de retour avec un septième opus avec un seul objectif en tête : prouver qu’ils sont encore et toujours les maîtres en la matière.

A peine après avoir lancé l’album qu’ « Invert The Idols », titre d’ouverture, nous acène les oreilles sous une déferlante de sweeps. Une entrée en la matière des plus brutales avoisinant à peine les deux minutes, dans l’esprit d’un « Pissing In The Mainstream ». Gallagher semble avoir la rage aux dents, ce premier titre bien qu’assez classique surprend de par sa brutalité. « Subjected To A Beating » ne viendra pas faire retomber la pression malgré un tempo bien moins élevé. Son riffing pachydermique et ses accélérations ont l’effet escompté : j’ai envie de retourner mon salon.
Alors que la machine de guerre semble lancée, « Second Skin » viendra faire retomber le soufflet et souffre d’un énorme manque d’originalité et de cohésion dans la construction, rappelant ainsi ce que je reprochais à Descend Into Depravity.
N’ayez crainte, si « Second Skin » est bel et bien le titre le plus faiblard de cet opus, « Reign Supreme » repart de plus belle avec « From Womb To Waste » single qui confirme la grande forme d’un Fœtus qui sait se renouveler sans tomber dans l’auto parodie ou la réédite. Ce titre deviendra à coup sûr un des classiques du groupe, son interprétation durant leur set au Hellfest n’a fait que le confirmer.
« From Womb To Waste » aura relancé la machine qui semble inarrêtable à l’image de l’enchainement « Dissidence » / « In The Trenches ». Ces deux morceaux et particulièrement « In The Trenches » montrent un Dying Fetus à l’efficacité retrouvée, le riffing très hardcore rappel l’âge d’or d’un « Destroy The Opposition », doux Satan que ça fait plaisir !
Descend Into Depravity était conclu par un « Ethos Of Coercion » dont la fin mélodique très surprenante apportait une certaine fraicheur bien que mal exploitée. John Gallagher s’y ressaye et cette fois sur deux titres (« Revisionist Past » et « The Blood Of Power ») et le résultat y est bien plus probant, ces solos mélodiques permettent de faire respirer l’auditeur après un album intense et généreux en brutalité, sans pour autant dénoter avec le reste.
Reign Supreme montre un Dying Fetus qui fait plaisir à entendre. John Gallagher et les siens ont su corriger les erreurs commises par le passé, nul doute que la stabilité du groupe entre en jeu. L’ensemble des compositions sonne bien plus cohérent que sur le précédent opus, il en va de même pour la qualité des compositions où tout semble être décuplé au niveau de la technicité mais aussi de la brutalité. Rajoutez à cela une efficacité retrouvée, il n’y plus aucun doute, Reign Supreme est l’album que nous attendions tous et est assurément supérieur aux trois derniers opus du groupe.

Bien qu’on atteint pas un album de la trempe d’un Destroy The Opposition, Dying Fetus signe ici, avec ce septième opus studio, un retour triomphant. Les originaires du Maryland ne semblent pas décidés à lâcher leur trône, finalement on espère que ce fœtus vivra encore longtemps.

1. Invert the Idols
2. Subjected to a Beating
3. Second Skin
4. From Womb to Waste
5. Dissidence
6. In the Trenches
7. Devout Atrocity
8. Revisionist Past
9. The Blood of Power
10. Dead Whores Love to Fuck

Les autres chroniques