Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Dying Fetus

War of Attrition

LabelRelapse Records
styleBrutal deathcore
formatAlbum
paysUSA
sortiemars 2007
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

On ne peut pas dire que Dying Fetus se soit fait beaucoup remarquer lors de l’enregistrement de son nouvel album studio, « War of Attrition ». Alors que de nombreuses formations se servent des médias à tort et à travers pour annoncer tout et n’importe, DF a visiblement préféré se concentrer sur la composition que faire parler de lui. Et quand on entend le résultat, on se dit qu’ils ont bien fait !

Avec des textes toujours aussi engagés et une pochette plus qu’explicite, John Gallagher (guitare et chant) nous propose une fois de plus huit morceaux de premiers choix. Depuis de nombreuses années, Dying Fetus a su nous montrer qu’ils étaient bien plus que « un groupe très influencé par Suffocation ». Il est évident que les racines du groupe ne trompent pas, mais on peut sans aucune hésitation dire qu’il a acquis, et ce depuis quelques albums, une personnalité et un son qui lui est propre.
Au niveau du line-up, la formation a connu quelques changements au chant et à la batterie. Vince Matthews (chant) s’est gentiment fait remercier et c’est Sean Beasley, déjà présent au poste de bassiste, qui reprend la chansonnette. Ce dernier se démène fort bien derrière le micro, assurant sans mal les nombreuses parties chantées ainsi que les accélérations de tempo. Accompagné évidemment de Gallagher, le duo de chanteurs donne une dynamique énorme aux morceaux. A l’instar d’un Grind Inc, les deux chants se complètent parfaitement et donnent une énergie surprenante à l’ensemble ("Fate of the Condemned").
L’autre atout de cette galette est le groove dégagé par le groupe. Venant à la fois de la voix gutturale de Gallagher (et oui !) et d’une basse massive qui s’illustre bien plus que sur « Stop at Nothing », ce groove donne un charme à des titres tels que "Ancient Rivalry", "Homicidal Retribution". Ce groove a autant plus de mérite quand on voit la vitesse de « War of Attrition ». Derrière les fûts, Duane Timlin (ex-Divine Empire) fait à peine sentir le départ d’Erik Sayenga, possédant pourtant un bon jeu.
Les caractéristiques du groupe sont quant à elles inchangées. Un brutal death metal servi par des mosh parts monstrueux et une technicité de mise. D’ailleurs les guitares utilisent suffisamment la technicité pour plaire à ceux qui l’aiment sans pour autant faire fuir les tendres des cages à miels.

Quatre ans après leur dernier opus, Dying Fetus refait surface avec un album bien sympathique, brutal et groovy. Je ne vois pas qui (un minimum fan du genre) pourra, après avoir écouté l’extrait disponible, dire que la formation a déçue, tourne en rond ou qu’elle manque de quelque chose. Pour ma part, je regrette qu’il n’y ait pas sur cet album une nouvelle « tuerie ultime » tel un "Vengeance Unleashed" sur l’ancien album, qui est à mes yeux un des meilleurs titres de death metal que je connaisse. Cependant, on pourra regretter qu’il ait fallu quatre années au groupe (enfin à Gallagher) pour composer seulement huit titres pour 36 minutes…

1. Homicidal Retribution 05:30
2. Fate of the Condemned 04:42
3. Raping the System 03:41
4. Insidious Repression 04:47
5. Unadulterated Hatred 06:11
6. Ancient Rivalry 03:33
7. Parasites of Catastrophe 04:12
8. Obsolete Deterrence 04:14

Les autres chroniques