Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Hour Of Penance

Sedition

LabelProsthetic Records
styleBrutal Death
formatAlbum
paysItalie
sortieavril 2012
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Aaaaaah Hour Of Penance !!! Chaque nouvel album est pour moi comme une jouissance ultime, comme si tu reniquais ton ex après avoir baisé sa mère. Pourtant comme toutes les ex, tes amis te diront que c'est devenu une salope, que c'est plus comme avant où c'était d'ailleurs mieux, que maintenant elle en fait trop blabla. Mais moi je l'aime ma pute italienne. Ma pute italienne ça fait 3 albums qu'elle a oublié la beauté (?) du vieux son crade du Death Metal oldschool pour avoiner des prods ultra compressées, pour montrer qu'en Italie, à défaut de gagner la coupe, on peut rester sur les bancs des remplaçants de Behemoth sans avoir à rougir, et prendre la place de Nergal pendant une convalescence prolongée. Bref, aujourd'hui je vais vous parler de ma chienne qu'est "Sedition", le nouvel album d'Hour Of Penance.

Hour Of Penis ou le groupe qui a des couilles ! Blast ! Blast ! Blast ! Et c'est tout pour ta gueule. Honnis soit qui mal y pense, le groupe a évolué dans un style Brutal Death à méga grosse prod et n'en déplaise à John mon ami homosexuel de U-Zine, j'adore ce virage entre la poutre et le rouleau compresseur. Donc au programme vous l'aurez compris de la violence à la polonaise (faite par des italiens, c'est un comble) avec un florilège de matraquage de fûts à en faire pâlir ma maman. Le changement de line-up brutal qu'a connu Hour Of Penance se fait bien malheureusement sentir sur scène où on ne retrouve plus la puissance d'antan et votre orateur était très craintif quant à la venue, pourtant tant attendue, d'un nouveau rejeton... On prend notre courage à deux mains et on l'a fourre euh on la fout dans le lecteur d'une oreille anxieuse mais néanmoins attentive. Une intro Satan, ok impec, perso j'adoooooore Satan et là : BAM ! Direct le gros son que j'aime chez eux, direct un petit moulinet de double qui fait monter la pression jusqu'à ce putain de blast qui ne quittera plus l'album. Hummmmm toi tu sais parler aux hommes.

Cherchez pas vraiment la finesse ou beaucoup plus loin, c'est une demie heure de BDM qui vous attend. Pourtant, pourtant... C'est très loin d'être primaire. Les grattes sont comme toujours bien communicatives, avec un recueil d'arpèges délectables et mélodies poussées qui entraînent la tête du haut vers le bas puis de manière circulaire le long de l'épine dorsale (j'aurais pu mettre headbang mais là j'ai gagné deux lignes de blabla pour faire croire à une consistance au sein de ma chronique). C'est techniquement irréprochable et les zicos s'essayeront même à la polyrythmie (oh le gros mot!) mais dans le bon sens du terme (= pas chiant comme Meshuggah, groupe sur lequel je ne m'étends pas assez mais dont je tiens à préciser une fois de plus que je le HAIS). Bref un peu du varié dans du très bon. C'est vrai que faire un peu varié ne gène pas dans une galette du genre qui pourrait facilement paraître très plate. Mais même si l'écoute d'une traite ne choque pas à l'oreille, je n'ai pas eu cette impression de trop plein de linéarité. Merci les différentes voix également d'ailleurs. A ce propos je suis ravis de voir que la passation de chant s'est faite sans trop de souffrance et que le résultat final est toujours très bon et varié. De la guttu bien agressive avec un phrasé rapide, ce que j'aimais dans Hour Of Penance n'a pas pris une ride, et tant mieux ! Ouai ok, certains pourraient dire qu'on retrouve là un album très proche du précédent et je leur donnerais à moitié raison. Seulement à moitié car celui-ci est un chouillat plus violent avec moins de passages mielleux et surtout aussi parce-que ceux qui me diraient ça sont des fans de Cannibal Corpse, une autre horreur de la scène (mode je me fais pas des amis on).

Sur des morceaux comme « Ascension » je jouis mais alors vraiment. Avec les instrumentalisations derrière et le rythme généré, je sens Satan et je m'enfonce vers lui. Mais ce n'est pas le seul morceaux qui vaut le coup. En réalité rien n'est à jeter sur cet album d'HOP. Comment ça je n'ai aucune objectivité ? J'aime la violence, j'aime le blast, j'aime le Brutal Death Metal qui t'écrase la gueule à coup de basses surcompressées. A ce sujet d'ailleurs, HOP fait du nouveau avec carrément des martelages de tom basse en infrabasse ah ah, et ça t'appuie encore plus la gueule sur le pare-brise de ta twingo turbo diesel. Moi y'aime ça !
Encore un Artwork bien classe sur ce nouvel opus où l'église prend cher, et tant qu'à rester dans les clichés, autant le faire bien. Bref du tout bon pour cet album qui m'a laissé tout feu tout blast !

1. Transubstantiatio
2. Enlightened Submission
3. Decimate the Ancestry of the Only God
4. Fall of the Servants
5. Ascension
6. The Cannibal Gods
7. Sedition Through Scorn
8. Deprave to Redeem
9. Blind Obedience

Les autres chroniques

Album

juin 2005 U-Zine

Hour of Penance

Pageantry For Martyrs

Album

févr. 2008 U-Zine

Hour Of Penance

The Vile Conception

Album

mars 2010 U-Zine

Hour Of Penance

Paradogma

Album

janv. 2017 Prout

Hour of Penance

Cast The First Stone