Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Deafheaven

Roads to Judah

LabelDeathwish Inc.
stylePost-Black / Screamo
formatAlbum
paysUSA
sortieavril 2011
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Chaque style a ses modes, et sa chiée de formations qui se ruent dans la brèche grand ouverte, en vue de cartonner autant que faire se peu, sans comprendre que l’auditeur, à l’ère d’internet, peut facilement succomber à l’overdose face à ce déluge de groupes majoritairement composés d’ersatz de.

Il y a fort à parier, si vous évoluez ne serait-ce qu’un peu dans la sphère black metal, que vous n’êtes pas passés à côté des nouveaux sons ultra-hype qui mêlent post-core et relents black metal. Vous savez, ces formations qui s’inspirent d’un Wolves in the Throne room, d'Envy, d'Alcest en y rajoutant un plus de screamo et plus de shoegaze. Bah voilà, j'étais sût que vous saviez de quoi je parle. Eh bien Deafheaven fait partie de ces innombrables musiciens qui surfent sur cette mouvance, que l’on appellera pour rigoler blackcore, un peu facilement, dont on peine à mesurer la conviction.
Roads to Judah reprend toutes les recettes inhérentes au genre. Prod dégueulasse, peu de titres, 4 en l’occurrence, pour une durée conséquente, 40 minutes environ, pour cette formation ricaine formée en 2010 et dont c’est là le premier opus. Instrumentalement, ne vous attendez pas à de grosses surprises bien entendu. On officie de le registre qu’un Autumn for Crippled Children maîtrise largement plus, et avec davantage de force. Guitares à la distorsion cristalline, blast et mid-tempo, chant hurlé largement noyé dans le mix, quoiqu’ici on extrêmise le concept en le rendant quasiment inexistant, on sent que ça s’égosille derrière, mais ça reste assez discret pour ne pas choquer les oreilles sensibles à ce déluge de mélodies planantes et mélancoliques idéales pour faire pleurer dans les chaumières en cette période de fêtes de fin d'année.

Alors bon, je vous le concède la plume est un peu acérée, et il est grand temps de nuancer le propos, car en définitive, Deafheaven n’est pas non plus bon à jeter aux oubliettes, car les musiciens ont du potentiel, les morceaux se développent agréablement, ce screamo mâtiné de black est destiné par définition à prendre aux tripes, lorsque l’on découvre le genre avec les formations pionnières du genre. Donc en lui-même, l’exercice de style est bien exécuté, c’est indéniable, l’instru introductive d’un Violet ne manque pas de grâce, son attaque au blast ne manque pas de mordant, la conclusion déchirante de Language Game pourrait presque faire vibrer. Mais cette débauche de spleen devient trop banale, et Roads to Judah devient un album que l’on écoute sans y faire attention, dont on ne retiendra pas grand-chose, en dépit de ces instants de grâces, un peu trop timides pour faire réellement dresser l'oreille coutumière de cette catégorie de black.

Vous l’aurez compris, c’est ce manque cruel d’originalité, cette actualité musicale qui encourage pléthores de groupes à composer ce type d’album qui se ressemblent tous qui érodent l’affection que j’entretiens pourtant pour ce style et qui font de Deafheaven un groupe ‘de plus’, peut-être même un groupe ‘de trop’, qui n'a que trop bien capté l'essence du screamo/black, qualité incontestable, pour y apporter une identité marquée, défaut qui nivelle la note par le bas.
Deafheaven n’a pas le bon rôle aujourd’hui. Il écope d’un écrit un peu rude alors qu’il n’est pas le seul à passer en mode automatique, à réciter des codes déjà entendus, à croire voguer en haut de la vague alors que le style est d'ores et déjà submergé, à force de cette foutue multiplication de zicos tentés par ce black/post-core, se contentant de recracher bêtement leurs influences sans y apporter quoi que ce soit de personnel.

Dommage, car même s’il est certain que la formation trouve son public, je ne peux que vous recommander de vous en retourner vers WITTR, ou An Autumn for Crippled Children, groupes plus inspirés, plus pertinents, moins opportunistes et à l'identité plus marquée, pour vous filer la dose de frissons que vous êtes en droit d'attendre de cette catégorie.

1. Violet
2. Language Games
3. Unrequited
4. Tunnel of Trees

Les autres chroniques