Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

An Autumn for Crippled Children

Lost

LabelATMF
stylePost-Black Metal
formatAlbum
paysPays Bas
sortiejanvier 2009
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les vastes terres du black metal trouveront décidément toujours quelques parcelles en friche.
Alors que l’on pourrait penser, à l’exception de quelques Créateurs de renom, que tout à été fait, refait jusqu’à vomir, de jeunes formations aussi anonymes qu’inspirées parviennent encore à vous surprendre, mêlant habilement des genres parfois pratiqués sans se vautrer dans la redite.
An Autumn for Crippled Children, formation tout juste émergente des Pays-Bas, a débarqué de nulle part, et c’est l’écurie au nez creux, Aeternitas Tenebrarum Music Foundation (ATMF), qui a choisi de miser quelques jetons sur Lost, la première aventure black-metallique du combo hollandais.

Aussi idiot que cela puisse paraître, j’ai souvent foi en une cover qui me parle. Sans parler de juger un bouquin à sa seule couverture, 9 achats sur 10 résultants d’un coup de cœur sur une pochette concernant un groupe m’étant inconnu (en ayant néanmoins une idée globale du style), se sont soldés par un coup de cœur musical. Et en l’occurrence, ce patronyme atypique (Un automne pour les enfants estropiés, littéralement), et son énigmatique pochette aux couleurs cuivre/orange m’ont amené à m’intéresser de plus près à l’objet.

Peu d’écoutes m’auront été nécessaires pour m’approprier ce Lost et faire de lui une œuvre que j’écoute régulièrement. Pour une raison très simple finalement : son indiscutable originalité. Non pas qu’An Autumn for Crippled Children propose une musique révolutionnaire, elle ne bouleverse pas les codes, et une saveur black/doom se dégage clairement de l’ensemble. L’originalité réside dans l’interprétation nouvelle qu’en font les hollandais, apportant ça et là des touches organiques dans une machine à vocation désincarnée. ATMF, ne s’y est pas trompée en décrivant le groupe comme étant une formation de post-black metal.

Aux frontières du black metal progressif, Lost s’articule autour d’un pilier black à tendance mid-tempo qui ferait légèrement du pied au Doom, y saupoudre savamment quelques flocons de DSBM (Depressive and Suicidal Black Metal) et de maigres graines d’instruments acoustiques.
De cette recette, qui pourrait laisser dubitative, s’exhalent des fragrances autant délicates qu’incisives, An Autumn for Crippled Children ayant l’intelligence de varier les plaisirs, et de combattre dans presque toutes les catégories sans que l’on puisse valablement l’accuser d’incohérence ou de manque de personnalité. Le riff dissonant côtoie avec délices le piano aérien, les hurlements fantomatiques, très en retrait dans le mix, laissent place à l’instrument acoustique, dans une production générale très rêche sans pour autant devenir inaccessible.
Une progression très naturelle traverse Lost, et l’album s’écoule sans qu’on l’on s’en rende vraiment compte, comme une ballade, seul avec soi même, que l’on a trouvé trop courte alors que près d’une heure se serait écoulée.

L’escapade sera certes un peu hésitante, quelques à-coups gâcheront l’ensemble, An Autumn for Crippled Children n’étant sans nul doute pas assez assuré dans sa méthode de composition pour que les incalculables changements de tempos soient toujours fluides, mais ce serait bien là s’adonner à la sodomie de drosophiles de s’attarder sur ce point, même s’il suffit à diminuer un peu la note finale.

Un spleen certes omniprésent mais jamais trop démonstratif, une union cohérente de styles dans un genre mid-tempo que nous croyions entendu jusqu’à l’excès, une intelligente architecture caractérisant chaque morceau, un vrai sens artistique tous ces éléments font de Lost, un album de grande qualité, et également une excellente surprise.

La jeunesse n’a pas que des défauts, peut s’extirper du troupeau, et c’est valable aussi dans le black metal. An Autumn for Crippled Children en est la preuve.

1. To Set Sails to the Ends of the Earth
2. Tragedy Bleeds All Over the Lost
3. A Dire Faith
4. In Moonlight Blood is Black
5. Ghost Light
6. An Autumn for Crippled Children
7. I Beg Thee Not to Spare me
8. Gaping Void of Silence
9. Never Shall Be Again

Les autres chroniques