Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Cathedral

The Ethereal Mirror

LabelEarache
styleStoner Doom
formatAlbum
paysAngleterre
sortiefévrier 1993
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Deux ans sont passés depuis la révolution Forest Of Equilibrium et Cathedral se doit de continuer sur la voie royale qu’il a devant lui. La révolution n’est pas au niveau du line up malgré la perte d'un bassiste et l'arrivée d'un nouveau batteur mais bien au niveau de la musique. 1991 a été Doom, 1993 sera Stoner.

C’est avec The Ethereal Mirror, son deuxième opus, que Cathedral a pris le virage vers le style qu’on lui connaît aujourd’hui : du Stoner bien gras. Cependant, les chiens ne faisant pas des chats, on y retrouvera encore de très grosses traces de Doom Metal.

Sur Forest Of Equilibrium, les influences du groupe étaient plutôt à chercher du coté de Candlemass ou du premier album de Paradise Lost, Lost Paradise (ça ne s’invente pas!). Avec The Ethereal Mirror, on repartira dans les années 70 vers le Père Créateur Black Sabbath, celui la même qui a enfanté grands nombres de genres. La patte du quatuor britannique est perceptible mais pas au point de recouvrir la personnalité de Cathedral qui se démarque de son aïeul par de nombreux de points.

Impossible de parler de Cathedral en omettant de dire un mot sur la figure du groupe, Lee Dorrian. Rien à voir avec Ozzy Osbourne, son chant est bien plus brut et rocailleux même si sa voix peut se rapprocher de son idole sur les moments les plus calmes (“Fountain Of Innocence” avec, c’est vrai, des effets sur son organe vocal).

La musique est bien plus déjantée que celle du groupe qui a succédé à Earth. Déjà sur “Ride” qui est le premier vrai titre après l’introduction « Violet Vortex », on sent qu’on part dans un gros délire. Sans doute un des plus gros tubes de l’histoire de la formation joué à chaque concert avec “Hopkins (The Witchfinder)” sorti sur The Carnival Bizarre, “Ride” démarre avec un riff très lourd mais relativement simple d’une efficacité redoutable. Certainement pas le meilleur titre que Cathedral a mis au monde mais Satan sait qu’en live, il met l’ambiance et est fédérateur comme très peu de titres Stoner peuvent l’être. Mais ce n’est rien au coté du titre le plus fou de la carrière des Anglais. “Midnight Mountain” est un des titres les plus groovy de l’histoire du Metal (© Hugo), un dialogue musical entre la guitare mélodique de Gaz Jennings et la basse endiablée de... Gaz Jennings (Oui, il est partout). “Enter The Worms” malgré son intro écrasante figure également dans un registre assez Heavy et brut.

La seconde partie de ce The Ethereal Mirror est nettement moins direct et on ressent encore les réminiscences du Cathedral de Forest of Equilibrium. Une musique bien plus lourde, plus noire et moins enclin aux délires. Le chant de Lee devient beaucoup plus tourmenté et plaintif comme à l’époque de “Ebony Tears”. Bizarrement, cette dernière moitié, bien plus profonde et tourmentée que la première, m’enchante beaucoup moins et je vais me faire lapider par ce que je vais dire mais je la trouve bien longue à l’image d’un titre comme “Ashes You Leave” malgré ses relents un peu plus Sabbathiens. Pour dire la vérité quand j’écoute cet album, généralement, je m’arrête après “Fountains Of Innocence”. Après ce titre, je trouve la musique du groupe quelque peu ennuyante à l’exception de “Jaded Entity” dans la veine d’un “Night Of The Seagulls” sur l’album qui suivra.

The Ethereal Mirror a beau être vu par beaucoup comme le chef d’oeuvre du groupe, je ne vais pas suivre (pour une fois) l’avis de la majorité et je vais préférer m’écouter un The Carnival Bizarre bien plus fou, Stoner, percutant et surtout, bien plus abouti. Enfin, un fan de Doom ou de Stoner (ou les deux) ne peut pas se prétendre comme tel sans avoir écouté cet album au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour sa première partie qui contient des titres parmi les plus connus du groupe britannique qui a quand même eu le courage d’évoluer et c’est tout à son honneur.

1. Violet Vortex
2. Ride
3. Enter the Worms
4. Midnight Mountain
5. Fountain of Innocence
6. Grim Luxuria
7. Jaded Entity
8. Ashes You Leave
9. Phantasmagoria
10. Imprisoned in Flesh

Les autres chroniques

Album

janv. 1991 U-Zine

Cathedral

Forest of Equilibrium

Album

sept. 1995 U-Zine

Cathedral

The Carnival Bizarre

Album

sept. 2005 U-Zine

Cathedral

The Garden of Unearthly Delights

Album

mars 2010 U-Zine

Cathedral

The Guessing Game

Album

avr. 2013 U-Zine

Cathedral

The Last Spire