Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Demilich

Nespithe

LabelNecropolis Records
styleDeath Metal
formatAlbum
paysFinlande
sortiejanvier 1992
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Aaah Demilich (à prononcer "Démilick" en bon finlandais), ce groupe que j'ai découvert par pur hasard, il y a de cela quelques années, au détour d'une promotion au Cultura du coin. J'avais trouvé ce "Nespithe" visuellement dans mes goûts avec ce logo si classique pour un groupe de Death Metal et avec un prix de 2 ou 3 petits euros. Ni une, ni deux, je l'ai embarqué! N'ayant pas fait de folie avec cet achat, je ne pouvais donc pas vraiment être déçu.


Aux premiers abords visuels justement, l'album paraît bien macabre à souhait. Des femmes mommifiées tenant en leurs bras des enfants eux aussi mommifiés et dominant la scène, une sorte de maître cornu & auréolé à la fois et ficelé comme un rôti. Forcément, ça ne peut être qu'intéressant! On met le cd dans le lecteur. PLAY. Et on retourne la boî-boîte pour voir ce qu'il en retourne! Et c'est à ce moment que vient l'étape où l'on reprend sa respiration cinq fois avant de lire correctement l'un des onze titres qui compose l'album. Admirez plutôt la simplicité finlandaise: "The Planet that Once Used to Absorb Flesh in Order to Achieve Divinity and Immortality (Suffocated to the Flesh that it Desired...)". Merci les mecs! Nile peut bien pâlir face à la tracklist de cet album!

Parlons maintenant de la musique...et quelle musique! C'est très riche, très complet mais surtout très bestial et très malsain pour du death. On remarquera d'abord la voix. Cette voix d'outre tombe que nous sort un dénommé Antti Boman a le mérite d'être des plus possédées que je n'ai jamais eu l'occasion d'écouter ET garantie sans effets ajoutés si l'on en croit le livret. Ne serait-ce que pour ça, j'ai eu le poil hérissé par cette satisfaction consumériste qui fait tant fureur en ce XXIème siècle. Les paroles sont totalement incompréhensibles, à moins d'avoir les textes sous les yeux et de ne porter ses oreilles uniquement sur les inimitables vociférations du sieur Boman.

Il y a quelques mots, je parlais de la richesse musicale de "Nespithe". Venons-en! Le jeu de batterie est tout à son honneur puisque très influencé par le jazz et donc doté d'un feeling très appréciable. Le batteur Miko Virnes joue beaucoup avec la cloche de sa cymbale ride aussi bien dans les passages plus brutaux que dans ceux plus mid-tempo, ce qui donne un certain cachet à la globalité de l'album. La basse et les guitares, quant à elles, sont bien valorisées et font bien ressortir le côté lourd de la production. Les riffs sont plus que saccadés. On peut penser aux débuts de Carcass et de Dying Fetus mais on ne peut en aucun cas comparer. Demilich est unique en son genre. On passe d'éléments jazz et groovy à souhait aux passages lourds et insupportables (dans le bon sens du terme!) plus terre à terre. Quelques solos viennent agrémenter le paysage musical comme une coulée de napalm arrive pour achever ce qu'il reste. Une seule chose est commune au tout, ce son dégueulasse et à la fois audible et meurtrier. Ce qui nous donne dans l'ensemble une mixture de Death Metal technique bien pesant.

Attention, je vous vois venir avec vos "Ouais euuuh blurp, branlette de manches blablabla"! Que nenni! Huomiota! (bonne recherche) On ne s'ennuie absolument pas avec un album de cette trempe. Il y a justement de la bestialité pour qui en veut et l'amateur de technicité peut rester scotché sur son fauteuil sans dire un traître mot. C'est justement ça qui me plaît, moi qui suis plutôt eclectique mais avec de légères oeillères tout de même, ça ratisse large mais pas trop.
Je me suis même surpris à éprouver de la compassion pour nos quatre petits filous scandinaves qui, pour notre plus grand bonheur, se sont amusés à créer une pièce maîtresse dans la mosaïque du death early 90's. Peut être ne suis-je pas le seul, à penser que le monstre Demilich n'a pas eu la reconnaissance qu'il méritait avec ce "Nespithe" en 1993? Nul doute que la presse spécialisée se focalisait sur un autre genre musical culminant sur un pic de popularité à l'époque...


A noter que toutes les productions du groupe (album, démos, live, répétitions musicales et autres reprises) sont téléchargeables gratuitement sur leur site (en différents formats : MP3, OGG et FLAC pour les férus de qualité d'écoute). On y trouve aussi des paroles voire même certaines tablatures. La grande classe!
Allez donc voir par ici : http://www.anentity.com/demilich/

Seule bête noire, la rareté du groupe en live! Mais ne sait-on jamais...ils se sont bien reformés deux fois (2006 & 2010).

ps : Comme dit plus haut, ce groupe n'est comparable à aucun autre avec cet album. Mais remarquez tout de même les réfèrences!

1.When The Sun Drank The Weight Of Water
2.The 16-th 6-Tooth Son Of 144-Regional Dimensions (Still Unnamed)
3.Inherited Bowel Levitation - Reduced Without Any Effort
4.The Echo (Replacement)
5.The Putrefying Road In The 19th Extremity (...Somewhere Inside The Bowels Of The Endlessness...)
6.(Within) The Chamber Of Whispering Eyes
7.And You'll Remain... (In Peaces Of Nothingless)
8.Erecshyrinol
9.The Planet That Once Used To Absorb Flesh In Order To Achieve Divinity And Immortality (Suffocated To The Flesh That It Desired...)
10.The Cry
11.Raped Embalmed Beauty Sleep

Les autres chroniques

Album

janv. 2014 U-Zine

Demilich

20th Adversary Of Emptiness