Chronique Retour

Album

05/08/22 - Storyteller

Psycroptic

Divine Council

LabelProsthetic Records
styleTech Death
formatAlbum
paysAustralie
sortieaoût 2022
La note de
Storyteller
8/10


Storyteller

Why not ?

L'immortalité est un fardeau et vivre à jamais peut faire perdre la tête, au sens propre comme au figuré. C'est la direction artistique que la pochette du nouvel album de Psycroptic, Divine Council, prend. La colère et la rage de cette divinité l'ont poussée à se décapiter et cette fureur déchaîne les éléments. Les Australiens ne plaisantent pas avec la métaphore et l'intention en nous présentant leur huitième album studio, qui sort chez Prosthetic Records. Les frères Haley et leur lineup stable depuis leur dernier album, As The Kingdom Drowns, sorti en 2018, ont soigneusement préparé la sortie de cet opus, qui a évidemment enjambé la période troublée de la pandémie pour se retrouver sur nos étals à un moment bien plus propice pour découvrir le groupe sur disque et les voir défendre leur musique sur scène.

Le processus de composition et l'enregistrement ont été impactés par ces événements et ils se sont répartis entre l'Australie et l'Amérique du Nord. De plus, l'accueil plus que favorable réservé à leur précédent album a rajouté une pression supplémentaire, mettant le groupe dans la position délicate de faire mieux, ou au pire tout aussi bien. Pour cela, ils ont changé les couleurs de leur artwork, passant du rouge très chaud au bleu avec une teinte très floue. Cependant, ils gardent toujours une présence assez menaçante qui habite leurs pochettes et le premier abord de leurs albums (on retrouve très souvent ces présences qui prennent une place centrale, ce qui crée un lien entre un personnage qui va donner le ton et l'auditeur).

Ici, comme précisé plus haut, on sent la rage et la colère qui débordent de ce personnage sans tête. Et « Rend Asunder », premier titre de l'album et un des singles, ne nous détourne pas de cette impression. La batterie et la basse sonnent la charge, avant l'arrivée du chant et de la guitare, âpres, qui vont râper les oreilles. Le ton est donné, vous retrouverez dans Divine Council de nombreux morceaux qui ont cet effet rouleau compresseur mené par la batterie comme « A Fool's Errand » (accompagné de quelques blasts), « This Shadowed World », titre sur lequel on monte encore le tempo, ou « Ashes of our Empire ».

Mais ce qui fait la force de Psycroptic, c'est leur capacité à sortir ce riff auquel on se s'attendait pas, mais qui vient compléter l'image, lui donner sa couleur unique, époustoufler l'auditeur. « Enslavement » est un morceau qui pourrait résumer cette assertion, un riff d'entrée, plein d'écho qui pose le scénario, puis petit à petit s'installe la machine à blasts. Le tout sans perdre de vue l'ambiance. Sur le titre éponyme, il faudra un long crescendo avant que la machine ne se mette en route, comme pour faire monter la pression ; elle finit par lâcher, avec une brutalité non retenue mais aussi une mélodie et une ambiance. La technique va donner de la puissance à un morceau qui joue parfois sur une ambiance glauque, comme si ce conseil était en plein doute, ou échafaudait de sombres plans.

La seconde partie de l'album est d'ailleurs plus riche en terme d'ambiance, même si le ton Death Metal donné dans les premiers instants est toujours là. L'apogée de ce mélange est « Exitus », dernier morceau sans concession, d'une brutalité sans retenue jusqu'à un point de bascule où un grondement va venir s'installer et nous entraîner vers une fade to black tout à fait à point et qui conclut l'album avec finesse.

Neuf titres, 38 minutes, tout au dessous de cinq minutes, vous voyez que faire le tour de Divine Council ne sera pas un effort d'écoute. Au contraire, les Australiens ont encore réussi un coup de maître en proposant un accord très juste entre leurs deux identités : Death Metal et Technique, sans que l'un prenne le pas sur l'autre. Bien au contraire, ils sont au service d'un équilibre. Alors, soyons honnêtes, au delà du plaisir de l'écoute, qui est réel, on ne sent peut-être pas encore le potentiel du génial, de l'inoubliable, de ce morceau qui fera basculer un album dans la légende. Mais ce qui compte, c'est que Psycroptic soit au rendez-vous, vous pouvez vous jeter dessus, et on peut mettre une pièce sur le fait qu'il fera partie des tops de l'année 2022.

Tracklist

1 Rend Asunder

2 A Fool's Errand

3 This Shadowed World

4 Enslavement

5 Ashes of Our Empire

6 A Prophet's Council

7 Awakening

8 A Fragile Existence

9 Exitus

 

Les autres chroniques