Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Psycroptic

Symbols Of Failure

LabelNeurotic Records
styleBrutal death technique
formatAlbum
paysAustralie
sortiefévrier 2006
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Psycroptic est un nom que je connais depuis relativement peu de temps, mais dès que l’on m’a conseillé ce groupe, j’ai tout de suite accroché ! Etant en pleine période death technique (et toujours actuellement), la connaissance de cette nouvelle formation fut du pain béni.
En effet, le brutal death métal de ce groupe australien est couplé à une technicité et à une agressivité hors norme. Comme vous avez pu le lire, Psycroptic est une formation australienne. L’Australie, connue pour ces aliens de la scène métal (The Berzerker, Blood Duster), nous propose donc le nouvel opus d’un de ses rejetons et pas des moindres !

Avant tout chose, sachez que pour apprécier pleinement ce Symbols Of Failure, vous devez d’une part apprécier la brutalité, mais surtout être un adepte de technique ! Après leur The Scepter of the Ancients (2003) et avoir décroché un contrat avec Neurotic Records (Prostiture Disfirgurment, Panzerchrist, Visceral Bleeding), Psycroptic nous revient décider à enfoncer le clou du non-conformisme une fois de plus.
Dès le premier morceau, "Alpha Breed", on sent direct que le mot conservatisme ne leur colle toujours pas. Le groupe nous propose une musique dense et complexe où chaque instrument part dans son trip. L’oreille non-avertie pourra d’ailleurs penser que ça part un peu trop dans tous les sens et qu’il n’y a pas de fil conducteur… et c’est le cas, au détail près que tout est maîtriser !
En effet, on est loin du « n’importe quoi » et plus proche d’un chirurgien dans son bloc opératoire. Les musiciens dissèquent chaque morceau en changeant de tempo ("Repairing the Dimensional Cluster"), de riffs, de structures, etc… Le chant alterne entre un chant hurlé, guttural et porcin ; ce dernier est d’ailleurs impressionnant et peu commun. Les différents effets que le vocaliste met dans son chant donne vraiment un côté schizophrène aux compositions ("Minions: The Fallen"). Ce chant, plus travaillé et plus technique que sur leur précédent album, rajoute une dose de technicité supplémentaire à l’ensemble, fait assez rare pour le noter !
Du côté des guitares, on sent des influences allant de Necrophagist ("Repairing the Dimensional Cluster", "Merchants of Deceit") à Gorguts sur les titres les plus denses (mais le côté mélancolique des canadiens en moins). Au-delà de cette technicité à tout va, l’efficacité se créait quand même son petit territoire ("Merchants of Deceit") aidée d’une basse énorme et d’une batterie enchainant les breaks.

Pour beaucoup, ce Symbols Of Failure sera un album de free style ou un exercice de style uniquement adapté aux férus de musiques déstructurées. Les fans de technicité pure prendront donc leur pied comme pas possible, les autres se retrouveront face à un mur de complexité et d’inefficacité. Mais quelque soit le camp dans lequel vous vous trouvez, attention à ne pas abuser de cette galette car elle risque de rapidement saouler, si abus il y a…

1. Alpha Breed
2. Missionaries of a future to come
3. Merchants of deceit
4. Minions: the falleny
5. Repairing the dimensional cluster
6. Epoch of the gods
7. Our evolutionary architecture
8. An experiment in transience
9. Cleansing a misguided path

Les autres chroniques