Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Psycroptic

(Ob)servant

LabelNuclear Blast Records
styleDeath métal technique
formatAlbum
paysAustralie
sortieoctobre 2008
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« The Scepter Of The Ancients », sorti sur Unique Leader, avait fait découvrir Psycroptic à la face du monde underground. « Symbols of Failure » avait quant à lui révélé aux yeux des fans de death métal (technique) le potentiel de ces derniers. Tout portait à croire qu’après leur signature sur Nuclear Blast Records, le groupe était définitivement à surveiller de très près. « (Ob)servant » permettra-t-il à Psycroptic de s'attirer les faveurs du grand public ?! Probablement non. Mais en attendant que le death technique remplisse des stades, on peut toujours admirer le magnifique artwork de cet opus. Après la réalisation de Pär Olofsson sur le dernier, ils ont cette fois fait appel au graphiste Raymand Swanland (Deeds of Flesh) pour nous en mettre plein les mirettes.

Avant d’insérer le disque sur sa platine, on peut se poser la question sur les motivations de NB Records à vouloir recruter tous les piliers du death technique : après Nile, Arsis, Decrepit Birth, voici le tour de Psycroptic. La maison de disques nous avait pourtant plutôt habitué depuis quelques années à des groupes dont le potentiel était surtout au niveau des ventes ! Mais on ne peut que se réjouir de ce regain d’intérêt soudain pour un style normalement inaccessible… Enfin pas trop quand même quand on voit le résultat sur Ithyphallic.

Une dernière prière et hop, je me lance. Découvrir un album de Psycroptic n’est pas chose aisée. Si par malheur vous avez la (mal)chance de les découvrir en live, ce serait un exploit d’accrocher tant leur musique est complexe (et ce même en studio). Mais le talent ne manque pourtant pas pour ce groupe hors du commun.
Hors du commun de par sa technicité mais aussi de par son origine. Psycroptic peut effectivement se targuer d’être le seul représentant de la Tasmanie en terme de death métal, ou même de métal. Alors que ma découverte de ces derniers sur « Symbols of Failure » fut une surprise de taille, ce ne sera pas le cas de « (Ob)servant »…
Joe Haley, véritable maître d’œuvre des démons de Tasmanie, a pourtant le même niveau que sur ces précédents opus. Cet alchimiste de la six cordes mène une petite révolution. Tous les fans de technicité vous le diront : c’est un plaisir de l’entendre en action. Il nous berce tendrement avec ses cent riffs à la seconde, ses distorsions et autres changements de tempo. Joe Haley est un véritable colosse… aux pieds d’argile. Des pieds d’argiles qui ont respectivement les noms de Jason Peppiatt (chant) et David Haley (batterie).

L’arrivée de Jason Peppiatt (chant) fut vécu par certains comme une catastrophe. A mes yeux, il semblait donner de nouvelles perspectives au groupe. Ceci n’aura duré qu’un seul album. Sur les nouveaux morceaux, difficile d’apprécier la voix de Jason si on avait apprécié sa précédente prestation. Alors qu’il rendait encore plus complexe les compositions, ici, il arrive presque à les rendre ennuyeuses. Douloureuse mutation, n’est pas ?
Quant à David Haley, son jeu derrière les fûts n’est pas en soit mauvais, mais comment profiter de sa performance avec un son aussi médiocre ? En toute objectivité, n’importe quel abruti vous dira que le son triggé de la batterie est plus pathétique qu’autre chose. Alors que sur les anciens albums, on savourait le son naturel de celle-ci, on a affaire ici à une batterie aseptisée vraiment décevante. Même si le mixage a été fait par Logan Mader (Machine Head, Soulfly), il n'empêchera en rien les sonorités merdiques de la batterie.

Malgré les efforts des musiciens assignés aux cordes, les deux autres minent involontairement l’ensemble. Certes on a toujours le droit à des passages dantesques, mais la voix et la batterie ne tardent pas à venir bouder notre plaisir. En définitive, Psycroptic est loin d’accoucher d’un mauvais album avec « (Ob)servant » mais cela reste impossible de le juger à sa juste valeur. Ma note n’illustre pas forcément le contenu de l’opus, mais montre une certaine déception…

1. Ob(Servant) 03:23
2. A Calculated Effort 06:30
3. Slaves Of Nil 06:01
4. The Shifting Equilibrium 04:27
5. Removing The Common Bond 06:00
6. Horde in Devolution 05:21
7. Blood Stained Lineage 04:54
8. Immortal Army Of One 05:11
9. Initiate 08:00

Les autres chroniques