Chronique Retour

Album

13/11/21 - Dolorès

Iskandr

Vergezicht

LabelHaeresis Noviomagi
styleBlack Metal
formatAlbum
paysPays-Bas
sortieseptembre 2021
La note de
Dolorès
8/10


Dolorès

Non.

Les Pays-Bas sont quand même sacrément à l'honneur dans le paysage black metal du moment. Le label Haeresis Noviomagi est par ailleurs un nom à retenir et à suivre, car le label d'Utrecht avait ou a toujours pour noms les excellents Turia, Solar Temple, Fluisteraars, Empyrean Grace et le projet qui nous intéresse aujourd'hui, Iskandr. Désormais aidé par le batteur M. Koop, le nom était auparavant porté uniquement par le mystérieux O, Omar, qui tire également les ficelles du label.

Honnêtement, j'ai longtemps confondu Iskandr et Iskald, alors autant vous dire que j'ai dû écouter leurs premiers albums, Heiling Land et Euprosopon, sortis en 2016 et 2018 mais que je n'en avais qu'un souvenir flou. C'est bien la pochette de Vergezicht, nouvel opus dévoilé au début de l'automne, qui m'a interpellée. Cela dit, j'aurais pu me douter que le résultat allait me plaire : on retrouve, dans ce presque-duo, les membres des groupes cités plus haut qui sont, pour moi, parmi les meilleures découvertes de ces dernières années dans le genre.

Bien sûr, vous pouvez vous douter de ce que je vais dire : comme tout ce qui est signé sur le label et tout ce que font ces artistes, l'album est une perle. Finalement, ce qui peut aujourd'hui nous intéresser c'est de réussir à déceler ce qui différencie le projet des autres. Premier point fort : la production est tout bonnement parfaite. On exclut cette fois les sonorités constamment étranges et les ambiances trop secrètes, les voix d'outre-tombe à glacer le sang à la Solar Temple qu'il choisit ici de moins utiliser. On exclut aussi le feeling un peu plus éraillé et crasseux de Fluisteraars (du dernier, sorti en 2021). On y retrouve toutefois une vibration poétique assez comparable à Bloem (2020), notamment dans la construction des introductions des titres.

On évite aussi les boucles lancinantes qui n'en finissent jamais ! Ce n'est d'ailleurs pas un reproche, puisque c'est bien ce qu'on vient souvent chercher chez ces Néerlandais. Ici, la composition est bien ficelée et offre un bon panel de variations. L'écoute n'a pas pour but de nous bercer dans un cocon qui se tisse tranquillement. On passe, au cours du même titre, de guitares mélodieuses au possible (« Verbod ») à des passages bien plus véhéments (« Baken », « Het Slot »), ou bien même à des accalmies qui dégagent une forme de tendresse (« Gewesten der Tijd »). L'album coule comme un fleuve parsemé de bois mort, tout en gardant sa fluidité.

Le chant hurlé, grave et maîtrisé, trouve aussi de belles envolées ou des bases solides en chant clair, parfois doublées de chœurs lointains mais insidieux. L'utilisation de ces parties presque sacralisées de chorales fait vraiment partie des points forts d'Iskandr (« Bloedradd »). On grimpe facilement à bord de leur navire qui vogue entre des élans épiques et d'autres plus sentimentaux. Il y a bien sûr cette facette un peu païenne, mais les paroles autant que les scènes construites par la composition semblent plutôt répondre à des questions de spiritualité, de psychologie et de chemin initiatique, tout en utilisant des images mythologiques.

Il en ressort un album fort de belles images et de mélodies enivrantes qu'on laisse volontiers infuser. La longueur de l'album, une heure et trois minutes, n'est clairement pas un frein puisque chaque titre apporte sa pierre à l'édifice sans risquer de compromettre la construction globale. De toute manière, je vous le disais en introduction mais il fallait s'en douter : le maître semble ne pas pouvoir se satisfaire d'une création artistique médiocre. Certes, une certaine sensibilité propre à chacun(e) joue forcément, mais il est possible que l'aventure Haeresis Noviomagi n'en soit qu'à ses débuts et il est surtout indéniable qu'on sera là pour voir ce nom enflammer le grand tableau du black metal dans les prochaines années. Soufflez sur les braises !


1. Gezag
2. Bloeddraad
3. Gewesten der Tijd
4. Baken
5. Verbod
6. Het Slot

Les autres chroniques