Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Black Label Society

Order Of The Black

LabelRoadrunner Records
styleSouthern Heavy Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2010
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Ca y est, il est enfin arrivé !! Il faut l'avouer, pendant presque une décénie, Zakk Wylde n'avait pas chômé en termes de sortie musicale. Depuis Sonic Brew en 1999, le barbu nous avait gratifiés d'un album par an jusqu'à Shot To Hell en 2006. Un rythme à la Motorhead, c'est le moins que l'on puisse dire. Seulement, à cette vitesse, on doit reconnaitre que la qualité s'était quelque peu émoussé au fil des albums jusqu'à accoucher de ce Shot To Hell, pas foncièrement mauvais pas certainement pas le meilleur album que le combo ai sortit jusque là.

Dire que le bougre a cogité l'album pendant 4 ans serai bien réducteur car Zakk a été plus qu'occupé entre son rôle de guitariste pour Ozzy Osbourne et les multiples tournées (aux Etats Unis quasiment exclusivement ...) dont la Ozzfest. Heureusement, le zombie tremblotant (oui oui on parle bien d’Ozzy) a recruté un nouveau lieutenant en la personne de Gus G, laissant ainsi du temps libre à Zakk et lui permettant du même coup de se concentrer sur Black Label Society. C'est donc selon ses dires (dixit interview Rock Hard n°102) en 94 jours que l'album a été écrit, enregistré et mixé. Trois mois donc pour concevoir cet Order Of The Black, enfermé dans le Black Label Bunker. Analyse donc de ce travail intensif !

Comme vous ne le savez peut-être pas, en studio, BLS c’est Zakk Wylde aux guitares (lead et rythmique), basse, claviers et voix et Craig Nunenmacher à la batterie. Du moins, c’était puisque ce dernier a récemment quitté le groupe pour se concentrer sur sa famille et reprendre des études de médecine. Ainsi, au revoir Craig, bonjour Will Hunt, ancien batteur d’Evanescence et de Static-X. Il y a fort à parier qu’une session studio de deux mois en compagnie d’un guitar-hero comme Zakk Wylde, doit non seulement être intimidant, mais aussi la meilleur intronisation possible au sein du groupe.

Order Of The Black donc c’est 13 titres de heavy metal sudiste. Des riffs bien gras, des rythmes de batteries martiales, quelques balades avec un peu de clavier, une voix qui sent bon le bourbon et la bière, sans oublier la marque de fabrique du père Zakk : les harmoniques sifflées qu’il accommode à toutes les sauces. On retrouvera donc des titres « classiques » du groupe comme « Crazy Horse » (hommage à un chef indien ou à une danseuse de cabaret ?) ou « Black Sunday ». Mais, chose bien plus intéressantes, on trouvera des chansons bien plus rentre-dedans à l’image de « Parade Of The Black » ou l’énormissime « Godspeed Hellbound ». Cette dernière, possède une construction tout juste géniale : passage calme à la guitare acoustique en plein milieu, reprise à la guitare doublé d’une batterie surpuissante avant d’ouvrir sur un solo explosif … JOUISSANCE !!! Ca promet de faire très mal en live !!

Ceci dit, que serai un album de BLS sans quelques balades ? C’est ainsi que l’on retrouve l’ami Zakk derrière le piano pour des titres comme « Time Waits For No One » ou « Darkest Days », certes moins inspiré que « Into This River » (hommage à Dimebag Darrell, sur l’album Mafia), mais qui offrent un temps d’apaisement entre deux titres plus bourrus ! Rare point négatif, le titre « Chupacabra » (qui au passage fait référence à une chauve souris monstrueuse que l’on trouverait au Mexique, à l’image du Dahu chez nous), branlette de manche sur guitare acoustique. Titre totalement inutile, qui n’apporte absolument rien à l’album si ça n’est de montrer qu’il arrive encore et toujours à jouer très vite, chose que l’on savait déjà.

En bref, après un Shot To Hell passable, Black Label se sera fait désiré pendant quatre longues années, mais l’attente n’aura pas été inutile, puisqu’ils nous offrent là un excellent album. Rien de révolutionnaire, certes, les connaisseurs s’y retrouveront, mais cette mouture offre bien des qualités et assez de dynamisme pour taper du pied et secouer la tête à l’écoute de ces inimitables rythmiques. Ceci dis, deux questions : Zakk laissera-t-il un jour Nick Catanese, son guitariste live participer à la composition, et si oui, quel pourrait être le résultat ? A quand BLS en France. A ces questions, des éléments de réponse (Rock Hard n°102 toujours) : Zakk est le chef et ne laissera pas de sitôt un autre guitariste composer avec lui … Dommage. Pour ce qui est de voir le groupe dans nos contrées, c’est un Zakk assez évasif qui répond que BLS passera bientôt en Europe, très probablement en France, et qu’il compte écumer tous les festivals du vieux continent. Alors … Black Label Society au Hellfest serai donc totalement plausible !!

1. Crazy Horse
2. Overlord
3. Parade Of The Dead
4. Darkest Days
5. Black Sunday
6. Southern Dissolution
7. Time Waits For No One
8. Godspeed Hell Bound
9. War Of Heaven
10. Shallow Grave
11. Chupacabra
12. Riders Of The Damned
13. January

Les autres chroniques