Articles Retour

REVUE D'ACTU #19 : Déluge, Katla, Six Feet Under, Rïcïnn, OVTRENOIR, etc.

dimanche 20 septembre 2020 - Team Horns Up
Team Horns Up

Compte groupé de la Team Horns Up, pour les écrits en commun.

Ces dernières semaines, une seule véritable déception semble faire l'unanimité dans les milieux Death Metal... La rédaction de Horns Up préfère se concentrer sur les beaux retours annoncés, notamment islandais (KatlaAuðn), mais aussi les beaux noms français qui ont marqué l'actualité (Rïcïnn, OVTRENOIR, Déluge). Sans oublier un petit détour à l'Est, entre l'Allemagne (Beyond Helvete) et la région flamande (Antzaat).

Katla

Dolorès : Duo islandais marqué par la présence d'un ancien membre de Sólstafir, Katla revient trois ans après la sortie de leur premier album. Móðurástin avait ravi les fans de Metal atmosphérique et d'Islande : un album aussi gris que dynamique, où les lignes vocales et les mélodies très rock prenaient peu à peu des teintes plus apocalyptiques et orageuses, faisant intervenir des instruments différents pour créer l'atmosphère envoûtante du projet.

Clairement, le single « Villuljós » est là pour continuer d'abattre cette même ambiance pesante tout en commençant à se détacher de l'ombre de Sólstafir. Le titre de l'album (Allt þetta Helvítis Myrkur), qu'on peut très approximativement traduire comme « tout cet enfer de ténèbres » (avec un brin de politesse ?), plonge à merveille dans l'ambiance que Katla essaie de créer avec ce nouvel opus. Possible qu'on soit toujours plus profondément ancré dans cette ambiance de dépression météorologique et mentale, si l'on en croit le premier extrait qui fait défiler des paysages nordiques désolés dans nos oreilles. On attend avec hâte de voir ce que ce nouvel album nous réserve, rendez-vous le 13 novembre chez Prophecy.

OVTRENOIR

S.A.D.E : Après un premier EP de qualité sorti en 2016, OVTRENOIR revient cette année pour son premier long format. Intitulé Fields of Fire, l'album sortira le 23 octobre prochain chez Consouling Records. Et le premier titre dévoilé, Phantom Pain, est déjà fort alléchant : le son puissant et profond donne au titre une certaine majesté sombre. OVTRENOIR semble garder le cap de son premier EP en reprenant, tout du moins sur ce premier extrait, les codes établis auparavant : un Post-metal aux ambiances épaisses sans être étouffantes, équilibre délicat s'il en est. On retrouve sur cet album le même personnel que sur l'EP à savoir William Lacalmontie, Angéline Seguelas, Julien Taubregeas et Dehn Sora qui s'est, en toute logique, occupé de la pochette.

Rïcïnn

S.A.D.E : Derrière ce nom aux échos magiques et païens se cache le projet de Laure Le Prunenec (entendue chez Igorrr). Accompagnée d'une guitare, d'une batterie, d'un violoncelle et dotée d'un beau-savoir faire sur le mixage et les enchevêtrements vocaux, la chanteuse propose un premier titre de son nouvel album : Nereïd. Il y a un rapprochement évident à faire avec Björk, d'une part du fait de la voix de Laure Le Prunenec qui est capable d'atteindre une multitudes de hauteurs, mais également dans les compositions étranges et féériques qui rappellent les expérimentations vocales de l'Islandaise sur Medulla. Ne connaissant pas les premières sorties de ce projet, je ne sais pas si c'est lié au passage Laure dans Igorrr, mais clairement, les derniers instants du morceau révèlent une puissance toute metalisée qui surprend autant qu'elle réjouit. Très curieux de voir ce que l'album donnera. Sortie le 23 octobre chez Blood Music.

Beyond Helvete

Matthias : Huit ans déjà ont passé depuis la dernière sortie du projet très personnel de Natrgaard ! On aurait pu penser Beyond Helvete mort et enterré, mais le musicien solitaire allemand le ressuscite avec ce troisième album, sobrement intitulé MMXX (soit 2020, pour ceux qui auraient perdu leur latin en route) et qui sortira chez Immortal Frost Productions le 25 septembre prochain. Un album qu''on peut déjà amplement découvrir avec trois singles sortis en avance et qui démontrent, il fallait s'y attendre, que Natrgaard n'est pas revenu pour nous parler de bons sentiments. Avec Beyond Helvete il officie toujours sur l'étroite corniche qui longe le gouffre de la folie et de l'auto-anihilation, à la fois en tant qu'individu et en tant qu'espèce, comme en témoigne dès la première note un "The Way To Entelechy" à la voix déformée dans le lointain comme une expérience de dissociation de la personnalité particulièrement traumatisante. On est toutefois loin du registre DSBM dans lequel évoluait à l'époque Beyond Helvete avec des morceaux comme "The Path of Lonely Suicide" ; on retrouve plutôt une certaine hargne dans la rythmique de "From The Knowledge of Ignorance", que je n'irais pas jusqu'à qualifier de groove, mais qui s'avère quoiqu'il en soit très efficace. On verra ce qu'en penseront les fans de la première heure évidemment, mais à première vue, ce retour assez inattendu de Beyond Helvete s'avère plutôt prometteur. Affaire à suivre...

 

Antzaat

Matthias : Toujours chez Immortal Frost Productions, on a aussi pu découvrir "Man Made Flesh Made God Machine", premier single révélé pour le groupe anversois Antzaat, qui sortira un premier album intitulé For You Men Who Gaze Into The Sun le 30 octobre prochain, après un EP datant de 2017. Un premier extrait qui nous laisse entrevoir un black metal occulte de très bonne facture, mené au chant par Ronarg, qu'on a pu voir précédemment derrière la guitare des compatriotes de Ars Veneficium. Il dispose en tout cas d'une voix solide, et ses rugissement couronnent quelques envolées mélodiques efficaces et agrémentées côté rythmique d'un usage entêtant de la caisse claire de la part du batteur Eenzaat. Un extrait prometteur qui me donne envie de découvrir ce que nous ont composé ces Flamands, preuve supplémentaire que, si on cherche du bon black metal, c'est plutôt au nord du Plat Pays qu'il faut fendre les brumes.

Six Feet Under 

Malice : Il faut qu'on parle de Six Feet Under. Bon, en fait, non - ce n'est pas forcément la chose la plus nécessaire d'une année 2020 déjà bien assez fournie en calamités. On va être honnêtes : malgré mon respect pour Chris Barnes, pour les débuts de SFU et même ("unpopular opinion", comme on dit dans la twittosphère) pour quelques-uns de leurs albums récents (Unborn, notamment, m'avait impressionné à sa sortie), ni vous ni moi n'en avons grand chose à fiche de l'album à venir, intitulé Nightmares of the Decomposed... et ce, malgré la présence aux guitares du légendaire Jack Owen, pilier de Cannibal Corpse aux côtés de Barnes et même après, de Eaten Back To Life (1990) à The Wretched Spawn (2004). 

Avec un tel mec dans le line-up (depuis 2017, mais pour la première fois à la composition sur album), les attentes pouvaient cependant être UN PEU plus hautes que récemment. Manque de pot : le nouveau titre révélé, Zodiac, est probablement l'un des plus mauvais jamais publiés par Six Feet Under. À mon humble avis, le plus mauvais. "Une pneumonie sur fond de riffs mous", me glissait un illustre ancien de la rédac' aux manies nostalgiques, et je le cite éhontément. Comme un hommage aux zodiacs de réfugiés sur la Méditerrannée, ce Zodiac est un naufrage. 

Auðn

Circé : Nouvelle entrée islandaise pour cette revue d'actu avec Auðn, black metal atmo désormais assez bien installé après deux albums, dont le dernier chez Season Of Mist.

Le troisième opus à venir donc, s'est pour l'instant dévoilé avec deux extraits. Le dernier en date, « Ljóstýra », paru il y a quelques jours, repart sur des tons plus atmosphériques, moins direct que le premier extrait. La composition assez typique alterne basiquement entre passages doux, mélancoliques et riffs black froids et sinueux sans oublier quelques touches mélodiques bien placées. Sauf que le tout reste bien fait et assez inspiré - ça passe comme une lettre à la poste, avec ce qu'il faut de finesse dans la composition et d'émotion dans le chant. Je retrouve peut-être moins les touches légèrement pagan que je sentais parfois sur les sorties précédentes, mais Auðn répète à part cela une recette assez similaire – voire même un peu plus chiadée – qui fonctionne toujours aussi bien.

 

Déluge

Circé : Cela fait déjà 5 ans que Déluge avait proposé Æther chez Les Acteurs de l'Ombre. On avait enfin eu quelques nouvelles un peu plus tôt dans l'année en apprenant que les Français signaient, non pas chez Season comme beaucoup de leurs ex-camarades de label, mais direct outre-atlantique chez Metal Blade. Et on vient donc enfin d'apprendre que le successeur, Ægo Templo, sortirait le 6 novembre prochain avec un premier morceau à l'écoute. « Opprobe » laisse pour l'instant présager un album conservant l'identité d'Æther tout en évoluant doucement en mettant un peu plus en avant la partie -core des influences du groupe. Des ajouts de chant clair, un peu de saxo, rendent la première écoute en partie surprenante. La composition semble en tout cas encore plus travaillée, variée, et en même temps porte un côté peut-être plus « accessible » (loin d'être négatif dans ce cas-là). Bref, s'il est trop tôt pour faire des paris sur l'album complet, « Opprobe » propose un bon compromis entre territoires connus et nouvelles explorations.