Chronique Retour

Album

19/05/20 - Lien Rag

Revenge

Strike.Smother.Dehumanize

LabelSeason of Mist
styleBlack Metal Bestial
formatAlbum
paysCanada
sortiemai 2020
La note de
Lien Rag
8/10


Lien Rag

Normand qui aime le gris

Il y en a eu de l’attente ! Cinq ans ont passé depuis un Behold.Total.Rejection qui avait séduit une nouvelle fois les aficionados du genre black metal apocalyptique. Un court EP de huit minutes en 2018 n’avait pas suffi à calmer les appétits et l’annonce d’un album longue-durée l’année dernière amplifiait le sentiment de disette. Et lorsque Season of Mist catapulte sur les réseaux sociaux quelques amuse-bouches, les mêmes réactions reviennent : « Oh la la ! C’est toujours la même chose ! Que du bruit ! ». C’est comme s’habituer à une mise à jour logiciel ou à un nouvel album de Motörhead quand le père Lemmy était encore dans notre dimension. Oui, j’ose. Ça râle mais les mêmes continueront à qualifier de grande année la nouvelle cuvée après écoute. Je dis cela car en réalité ce nouvel album nous surprend et foisonne de nouv… non, je rigole.

Faisons vite, faisons court : Revenge reste Revenge. Une fidélité sans faille à la violence, la destruction et un élitisme conquérant : c’était là depuis le premier album et ça le restera encore pour un bon moment. Les blasts hystériques s’acharnent toujours autant à endiguer toute lueur d’humanité tandis que les lourdeurs continuent avec le même brio à écraser les rares survivants. Un sentiment de redite ? C’est Revenge. Oui, on a le sentiment profond d’écouter des plans vraiment très similaires à Behold.Total.Rejection. Oui, les solo de Read sont toujours les mêmes. Oui, c’est toujours aussi primitif, sans fard et cacophonique. Et alors ? L’album précédent est clairement un des fleurons de la haine de la décennie 2010. Une nouvelle salve de missiles ne fait que du bien. Pour être sûr.

Un album qui ne faiblit ja-mais. Toujours dans le headbang et le shoot d’adrénaline le plus pur. Après une première partie intense et rapide qui ne laisse jamais respirer, la deuxième moitié impose encore plus de riffs mordants et de rythmiques sans pitié. Même en plein milieu de Lightning Mythos, comment ne pas ressentir l’urgence des tambours de la guerre finale ? Bom-bom-bom. La même chose sur Death Hand (Strike Dehumanization) puis le titre final de l’album qui réaffirme à fond les influences grind que l’on entendait de plus en plus chez eux au fil des albums. La production est quant à elle l’unique indicateur d’une éventuelle « évolution » des canadiens puisque l’on entend (ou distingue) enfin des riffs sur chaque titre. Cela n’altère pour autant en rien l’esprit bruitiste et primitiviste de leur art.

Si la hype en lasse un paquet, il faut être honnête et constater que la qualité reste une des constantes du duo Read/Vermin. Si vous n’avez écouté qu’un seul album du groupe, peu importe lequel, vous ne serez certainement pas surpris. Vous avez adoré ? Vous adorerez et vous continuerez d’adorer. Les détracteurs économiseront quant à eux trente-sept minutes de leur existence et continueront à ne pas comprendre.  

Total support sans conditions.

 

Tracklist:
1. Reaper Abyss (Real Rain)
2. Reign Power (Above All Born)
3. Oath Violator
4. Salvation Smothered (Genocide of Flock)
5. Human Animal
6. Excommunication
7. Lightning Mythos
8. Self Segregation (System Torched)
9. Death Hand (Strike Dehumanization)
10. Apostasy Imposed (Takeover Mode)

 

 

Les autres chroniques

Album

nov. 2015 Balin

Revenge

Behold.Total.Rejection