Chronique Retour

Album

09/02/20 - Dolorès

Celestial Vault

Solar Throne

LabelAutoproduction
stylePost Black Metal
formatAlbum
paysFrance
sortiejanvier 2020
La note de
Dolorès
7/10


Dolorès

Non.

Pour celles ou ceux qui résident à Nantes ou qui ont déjà passé quelques soirées devant des concerts couleur charbon en cette jolie ville, l'album de Celestial Vault était attendu. Après quelques concerts en bonne compagnie et un changement de line-up, voilà que Solar Throne pointe le bout de son nez en ce début d'année 2020.

Si « Post Black Metal » est l'étiquette choisie par le groupe, il faut dire que l'album ne fait que contredire les idées pré-conçues qu'on pouvait se faire concernant le groupe. Des relents à la Church Of Ra des débuts, le groupe a muté pour se réapproprier ses racines Black Metal tout en continuant de puiser ailleurs au fil des influences de ses membres. Solar Throne est pourtant loin d'être homogène avec ces diverses inspirations entremêlées ! Si « Emerald Sphere » est le titre le plus Black et de loin, la facette Post refait surface de temps en temps. Mais ce qui détonne le plus, c'est bien les différents choix liés aux parties chantées, des choix assumés et surprenants. Les deux guitaristes sont également chanteurs, ce qui offre un panel vocal assez large. Du growl Death Metal (« Absurd Figure », « Solar Throne ») ou encore du chant clair nerveux (« Moonrise - Lake ») viennent çà et là offrir du relief à l'ensemble, porté par un chant hurlé plus commun (« Absurd Figure »).

Toutefois, ces choix liés aux parties vocales sont loin d'être anodins. On retrouve dans Celestial Vault une véritable mythologie, ainsi qu'une histoire bien spécifique qui se déroule au fil des titres. Solar Throne prend tout son sens une fois qu'on y décèle les différents protagonistes et les scènes qui se déroulent entre eux, avec ce qu'ils ont à exprimer et l'implication de certains lieux ou objets. Il s'agit en réalité du premier volet d'une future trilogie, vu comme une quête initiatique épique. Cette genèse évoque, à travers la métaphore, une vision très poétique du musicien et chanteur Morgan concernant le deuil et son vécu personnel. Les différents personnages de cette aventure dialoguent (ou non), créant ces différentes voix qui s'imposent d'elles-mêmes en clamant leur intention dans leur timbre. Une fois qu'on connaît cette facette de l'album, on réalise finalement que les différentes étapes sont aussi retranscrites par les évolutions des riffs, des rythmiques et des ambiances.

D'une histoire très personnelle, l'auditeur ou l'auditrice peut percevoir les métaphores filées. Cependant, la sensibilité est une part importante du groupe qui laisse chacun(e) évoluer dans son conte musical comme il ou elle l'entend. Il est toutefois nécessaire de comprendre le parti pris de Solar Throne pour ne pas passer complètement à côté du groupe. Ce qui est à la fois une très bonne idée pour donner une identité au groupe peut aussi être vu comme un véritable obstacle à la compréhension et à l'accessibilité de l'album. Le choix d'impliquer différentes voix peut sembler étrange sans contexte explicite donné.

Toutefois, l'ensemble est qualitatif, et la poésie de l'histoire représentée dans les textes est d'une grande beauté. Le guitariste, chanteur, compositeur mais aussi auteur derrière les textes écrit également ceux des albums de Regarde Les Hommes Tomber, ce qui signifie bien que l'attachement aux textes, à leur sens et à leur imbrication les uns avec les autres n'est ni nouveau ni anodin. Musicalement, si les morceaux pris séparément sont plutôt bons, il reste difficile d'être plongé dans l'album du début à la fin avec la même intensité. J'ai une certaine préférence pour « Moonrise - Lake », par exemple, mais il faut avouer que le reste de l'album n'est absolument pas comparable. On peut imaginer qu'en créant le contraste, il est plus simple et direct de créer également une narration et des événements qui s'enchaînent. Mais l'hétérogénéité de l'album (et même au sein des morceaux !) reste une potentielle barrière pour l'auditeur ou l'auditrice qui n'accrochera pas forcément à l'ensemble, tandis que l'album est entièrement fait pour être cet ensemble logique et cohérent dans son concept.

Trilogie signifie qu'il reste encore au moins deux légendes à narrer pour Celestial Vault, en leur souhaitant une cohérence encore plus claire et une production plus massive pour porter le projet.


1. Owl
2. Absurd Figure
3. Solar Throne
4. White Figure
5. Emerald Sphere
6. Moonrise - Lake