Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Cynic

Re-Traced

LabelSeason Of Mist
styleProgressive Technical Death
formatAlbum
paysUSA
sortiemai 2010
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il y a des rêves bizarres qui deviennent réalité parfois. C’est ce qui s’est passé pour Cynic avec son dernier album en date, Traced In Air (2008) : quatre de ses morceaux ont été revisités par le groupe américano-hollandais dans ce rêve : « The Space For This » est devenu « Space », « Evolutionary Sleeper » s’est changé en « Evoluationary », « King Of Those Who Know » s’est métamorphosé en « King » et « Integral Birth » s’est transformé en « Integral ». Et même le titre de l’album, « Traced In Air » a été modifié en « Re-Traced ». Et voilà que ce rêve est devenu réalité avec un nouvel EP de cinq morceaux (quatre réinterprétations et une nouveauté). Vous avez remarqué une chose sans doute à la description de ce rêve : tous les titres modifiés ont été simplifiés. Il en va de même pour la pochette de l’EP, qui est en quelques sortes l’esquisse de celle de Traced In Air. Voyons si cette apparente simplification a été musicale aussi ?

Au premier abord, à l’écoute de Re-Traced, on note la disparition du chant death de Tymon Kruidenier et du vocoder de Paul Masvidal. Entendre la voix naturelle de Masvidal, sans effets, est un réel atout pour ce nouvel EP : on la sent fragile, sensible et comme soufflée dans le creux de l’oreille. Le groupe paraît être plus proche de nous et les morceaux sonnent vraiment différemment. Par contre, on déplorera dans Re-Traced l’importance moins grande de la batterie de Sean Reinert, même si elle est présente. Il y a donc une contradiction dans cette nouvelle offrande de Cynic : d’un côté, le naturel est ressorti au chant, mais d’un autre côté, la batterie et son timbre naturel ont été mis en retrait.
Ensuite, la réinterprétation propose, suivant le morceau, une durée différente des originaux : « Space » et « King » sont plus courts, « Evolutionary » est plus long, « Integral » est d’une durée similaire aux titres originaux. A l’écoute et la comparaison des albums, on se rend compte que soit le groupe a ralenti le tempo, soit il a coupé des parties des titres originaux, soit il a rajouté un sample à la fin de la nouveauté (« Evolutionary ») ou encore modifié un solo de guitare. Tout ce travail fait que les réécritures des morceaux n’ont pas été de simples copies conformes sans artifices des titres de Traced In Air. Cynic a effectué un travail de fond conséquent pour proposer Re-Traced.
Justement, parlons de ce travail :
Des petits effets sonores tout en écho, des samples planant ont été ajoutés et donnent l’impression d’être dans un rêve. Pour celles et ceux qui ont vu le film Vanilla Sky, les nouvelles versions rock électro « King » et « Evolutionary » pourraient très bien figurer dans la B.O. du film. Aussi, l’introduction d’ « Integral » est jouée avec une guitare acoustique. Tout le morceau donne un sentiment d’intimité et de proximité que n’a pas « Integral Birth », le titre original. Tout ceci est renforcé par une voix de femme apparaissant durant l’EP : elle aussi suscite l’émotion, comme ça le faisait dans « King Of Those Who Know » sur l’album précédent. D'ailleurs, c'est drôle de constater que les voix féminines du début de « King Of Those Who Know » ne figurent plus sur « King », alors qu'elles y paraîtraient naturelles...
Enfin, cet EP renferme un nouveau morceau : « Wheels Within Wheels ». Cette nouveauté est à la fois très technique, subtile et a le mérite de relancer dans cet EP la dynamique connue de Cynic. On y retrouve ainsi un son plus habituel pour Cynic et un vocoder au chant. On sent le spleen planer sur ce titre et la présence importante des deux membres hollandais du groupe : Tymon Kruidenier à la guitare et Robin Zielhorst à la basse. Depuis l’arrêt de leur projet Exivious, Cynic est leur principal centre d’intérêt. Voilà qui laisse présage d’excellents titres sur un futur album proche, à moins que les horloges qu’on entend en fond sonore dans le morceau tournent indéfiniment... Au passage, l’ajout de ces sons d’horloges en début et en fin de morceau est très réussi : ils donnent la dynamique du morceau tout en parlant d’un des thèmes majeurs des groupes progressifs : le temps qui passe.

En définitive, Re-Traced n’est pas un EP superflu. Il propose aux fans du groupe une alternative plus sensible de Cynic et une autre façon d’entendre les morceaux. La question qui se pose est de savoir si Paul Masvidal et Sean Reinert comptent réitérer l’expérience dans le futur ou si nous allons revenir vers des morceaux plus classiques pour Cynic ? C’est ce que laisserait sous entendre le dernier morceau de Re-Traced, « Wheels Within Wheels ».

1. Space
2. Evolutionary
3. King
4. Integral
5. Wheels Within Wheels

Les autres chroniques

Album

juin 1993 U-Zine

Cynic

Focus

Album

déc. 2008 U-Zine

Cynic

Traced in Air

Album

févr. 2014 U-Zine

Cynic

Kindly Bent To Free Us