Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Gorgoroth

Quantos Possunt Ad Satanitatem Trahunt

LabelRegain Records
styleBlack Metal
formatAlbum
paysNorvège
sortieoctobre 2009
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Gorgoroth c’est ni plus ni moins que le grand feuilleton de cette année 2009, de procès en représailles, de railleries en conneries, la brouille entre Infernus d’un coté et Gaahl et King Ov Hell de l’autre aura finalement tourné à l’avantage du premier et ça n’est que justice si l’on considère que Gorgoroth est et restera SON groupe. Peu importe qu’il n’ait rien ou quasi rien composé entre 2001 et 2006, Infernus à créer Gorgoroth, il se devait de le voir récupérer ses droits. Oui mais voila faire un album tout seul ce n’est pas si évident, et le bonhomme aussi talentueux soit’il se devait de s’entourer d’un line-up stable et surtout créatif. Tomas Asklund à été le premier à rejoindre le navire au poste de batteur, suivi de près par le plus surprenant Frank Watkins bien plus connu au sein d’Obituary que d’un groupe de black. Puis pour le reste Infernus à fait du neuf avec du vieux puisqu’il signe le retour de Tormentor à la seconde guitare mais aussi et surtout le retour de l’immense Pest, celui là même qui diabolisé au maximum les chefs d’œuvre que sont « Antichrist » et surtout le cultissime « Under the Sign Of Hell ». Nous étions donc en droit de nous attendre à quelque chose de grand.

S’il est préférable de préciser tout de suite que cet album n’est clairement pas le meilleur du groupe, il n’en est pas pour autant le plus mauvais. Autant être clair tout de suite ce « Quantos Possunt Ad Satanitatem Trahunt » (surement un concours avec Dark Funeral…) n’est ni plus ni moins que l’album que le groupe aurait pu sortir en 2003 pour succéder à « Incipit Satan » si le groupe aurait laisser le soin à Infernus de le composer, on y retrouve ici toutes les mélodies qui faisaient la puissance d’ « Incipit Satan » et qui furent petit à petit mise à l’écart par King au profit d’une ligne plus directe. Un retour vers de plus grosses mélodies mais aussi et surtout vers le passé, car oui il est évident qu’outre Infernus, un autre membre porte à lui tout seul l’album, je veux bien évidemment parler de Pest dont la performance ici présente est au moins aussi bonne que 12 ans auparavant. Une voix reconnaissable entre mille et surtout un placement de voix juste impeccable. Si Gaahl avait peut être pour lui la puissance, Pest lui à la rage et la haine qu’il fallait typiquement pour que le groupe puisse renaitre de ses cendres et faire oublier Gaahl. A tel point qu’un autre chanteur aurait très certainement essuyé un échec cuisant. Malheureusement cet album comporte malgré tout son lot de défaut… et commençons si vous le voulez bien par celui qui m’apparait comme le plus gros : Le jeu de batterie d’Asklund qui nous avait habitué à bien meilleur performance que la piètre prestation qu’il nous livre ici, à commencer par le ridicule début de la pourtant très bonne « Cleansing Fire » idéal pour faire danser la polka à mémé. La plupart du temps insipide son jeu plombe largement l’ambiance de l’album là où un type comme Kvitrafn l’aurait surement sublimé. L’autre gros souci c’est cette absence relative de « tubes », là où précédemment des titres comme « Incipit Satan », « Destroyer » ou « Procreating Satan » justifiaient à eux seuls l’acquisition de l’album, sur celui –ci en dehors de la très inspiré « Satan Prometheus » où Pest nous montre qu’il n’a rien perdu de son superbe chant clair bah c’est un peu le vide. Non pas que les titres soient mauvais loin de là, juste qu’ils sont plutôt fades… Bien mais pas géniaux.

Certes je comprends amplement ceux et celles qui ont étés déçus par cet album, on est encore bien loin du génie des 3 premiers, ni même de la furie d’un « Twilight Of The Idols » mais Infernus nous montre avec cet album qu’il est bel et bien de retour et qu’il va falloir compter sur son œuvre…bien loin de la blague que King Ov Hell semble nous préparer avec son nouveau projet… Ov Hell.

1. Aneuthanasia
2. Prayer
3. Rebirth
4. Building a Man
5. New Breed
6. Cleansing Fire
7. Human Sacrifice
8. Satan-Prometheus
9. Introibo ad Alatare Satanas

Les autres chroniques

Album

janv. 1993 U-Zine

Gorgoroth

Pentagram

Album

oct. 1997 U-Zine

Gorgoroth

Under the Sign of Hell

Album

juin 2008 U-Zine

Gorgoroth

True Norwegian Black Metal - Live in Grieghallen